Maillane le 25 mars 2019

A Maillane le 25 mars 2019

Ce lundi 25 mars 2019, la commune de Maillane et le Félibrige ont célébré le 105ième anniversaire de la mort de Frédéric Mistral. Après une messe concélébrée en provençal par le père Michel Desplanches, vicaire général du diocèse d’Aix et d’Arles, majoral du Félibrige et le père Bastian Romera, félibre mainteneur, se forma, place de l’église, un cortège conduit par les cavaliers de la Nacioun Gardiano. Au cimetière, devant le tombeau de Frédéric Mistral, se tint une cérémonie très recueillie. Elle est ordonnancée par le majoral Gui Revest : dépôt d’une gerbe de saladelle et hommage du capitaine de la Nacioun Gardiano, le majoral Guy Chaptal, déclamation de « Moun Toumbèu » de Frédéric Mistral par le majoral Henri Barthés de Béziers, discours de Jacques Mouttet, capoulié du Félibrige dont voici le texte.

 

 

Discours du Capoulié :

 

En aquéli tèms un pau desvaria ounte la desmesuro passo l’osco ; en aquéli tèms de doutanço qu’aduson l’amarun ; en aquéli tèms entenebra pèr li qu’an ges de respèt, pèr li destrùssi e li sauto-bartas de touto traco ; en aquéli tèms proun dangeirous de renegamen de la resoun e de rejit di foundamento, es-ti que, pàuris afouga dóu Mèstre maianen, poudèn-ti encaro èstre ausi, sian-ti encaro quaucarèn dins aqueste mounde que nous despasso ? Poudèn-ti encaro èstre coumprés ? Es-ti que lou Mèstre pòu encaro èstre uno lus pèr la soucieta coume amarian de lou crèire ? Aquéli questioun me tafuron, coume segur tafuraran tóuti li que crèson à l’evangèli mistralen.

E pamens, dins aquelo atualita que vivèn emé proun d’ànci, restountis lou resson de ço qu’escrivié moun predecessour Valèri Bernard, i’a cènt an, tout bèu just : « L’entèndre e lou segui ! Vaqui noste devé, vaqui lou saramen qu’avèn tóuti fa, troubant dins soun obro lou pan e la sau, l’essènci de nosto respelido… Mai aquelo obro, pèr pourta frucho, dèu deveni la sabo de noste ensignamen. Souto la butado di forço poupulàri – e di forço escrèto que res counèis – un jour vendra ounte la lengo s’ensignara dins lis escolo coume lou francés ; ounte morto la centralisacioun, vèiren refourti nòsti liberta, ounte l’engèni latin, li pople latin, liga, faran la lèi au mounde. E sara l’Empèri dóu Soulèu que pantaiavo lou Mèstre ».

Avèn bèu entèndre e segui lou Mèstre, li forço escrèto que res counèis e qu’esperan se soun abourdido en forço impuro que couneissèn bèn : li forço dóu poudé centrau que sèmpre que mai fan bàrri à la frutificacioun de l’ensignamen mistralen.

Liogo d’èstre coumprés e ausi, aquéli forço pouderouso, cènt an après l’escrituro d’aquéli rego, esvalisson lou pantai, buton au noun rèn, e nous meton à la desesperado.

Liogo d’èstre ensignado à parita emé lou francés, nosto lengo, après d’enançamen significatiéu, s’aprefoundis vuei dins la reformo di licèu e dóu bacheleirat.

Liogo de vèire morto la centralisacioun, sèmpre, Paris, dins sis arpo tèn li territòri.

Liogo de vèire refourti nòsti liberta, li proujèt de lèi que ié farien riseto soun de-longo esvarta.

Liogo de vèire l’engèni latin liga li pople, la foulié dis ome empuro l’ahicioun e l’estremisme.

Paure de nautre ! De que pòu encaro representa la pensado dóu Mèstre is iue de l’Estat e de la poupulacioun ?

Se pèr nautre, la vido luminouso e l’obro genialo de Frederi Mistral nous an douna nosto resoun de viéure, a passa lou tèms ounte lou lausavon presidènt de la Republico, menistre e saberu francés. Soun auturouso leiçoun e soun eisèmple preclar, dins li tèms que sian, trepasson la coumprenènço di decidaire.

Nautre qu’avèn la grando chanço de counèisse l’ome e soun pres-fa, de saupre lou pes de soun estampaduro, mai tambèn d’agué la gau d’avaloura la Founfòni de l’Oustau, sian aro bèn soulet à enaura sa memòri, à garda viéu lou bèn-fa de tout ço que nous a leissa. La soucieta atualo, elo, en mai de descounèisse l’ome e soun pres-fa, mespreso e foro-bandi sa filousoufìo, soun umanisme e soun universalita.

Alors, en counsciènci, en aquéli tèms tihous e mau-segur, coume faire coumprendre Mistral ?

Emile Ripert, antan, se pausavo la questioun : « Avons-nous fait assez pour lui ? ».

Afiermarai voulountié qu’avèn fa ço qu’avèn pouscu, mai i’a rèn de plus esterle que de parla i muraio. Pamens, nous dis lou Mèstre : « S’acò’s pas vuei, sara deman : – Rapelen-nous que la paciènci – Es lou cepoun de la sapiènci ». Esperant contro touto esperanço, voulèn crèire à-n-aquelo proufecìo mistralenco.

Mèstre, nous clinan emé deferènci davans voste cros, fisançous, fièr e devot.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Décembre
LMMJVSD
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits