A Maillane ce 25 mars 2015

A Maillane ce 25 mars 2015

Ce mercredi 25 mars 2015, la commune de Maillane et le Félibrige ont célébré le 101ième anniversaire de la mort de Frédéric Mistral. Après une messe dite en provençal par le Père Michel Desplanches, Vicaire Général du diocèse d’Aix et d’Arles et Majoral du Félibrige, se forma devant l’église, malgré une pluie battante, un imposant cortège qui se rendit au cimetière. Devant le tombeau de Frédéric Mistral, lors d’une cérémonie très recueillie, ordonnancée par le Baile du Félibrige André Gabriel, fut procédé tout d’abord au dépôt de la gerbe de saladelle et à l’hommage du Capitaine de la Nacioun Gardiano, le Majoral Guy -Chaptal. Par la suite, le Majoral Guy Revest, Syndic de la Maintenance de Provence, lut « Moun Toumbèu » de Frédéric Mistral et le Capoulié Jacques Mouttet prononça le discours publié ci-après.
-A l’issue de cet émouvant moment toujours sous la pluie et avec un vent glacial, Monsieur Joël Suppo, Maire de Maillane reçut la nombreuse assistance, à l’abri, dans le Centre Frederi Mistral, et offrit un vin d’honneur.
-Parmi les personnalités on notait la présence d’une grande partie du Conseil Municipal de Maillane, de la Reine d’Arles et bien entendu des représentants du Félibrige : l’ancien Capoulié Pierre Fabre, les Majorales Claudette Occelli-Sadaillan, Assesseur de Provence et Marie-Noëlle Dupuis, Assesseur de Languedoc-Roussillon, M. Gabriel Brun, Syndic de Languedoc-Roussillon, et bien d’autres Majoraux.

Discours du Capoulié :
-Mèstre, nous veici fidèu au rendès-vous en aquéu jour de recourdanço coume l’erian avans lou centenàri e coume lou saren sèmpre. I’a pas pèr nautre un an mai soulenne que l’autre. Tóuti lis an se valon. Soulet comto lou sèns dóu devé que nous atiro, nous apello, eici, davans la capoucho blanquinello.
-Pamens, lou fau recounèisse, de dela nòsti rèng, pèr uno moulounado de mounde qu’an pas noste culte, l’an 2014 atrivè un envanc unamime e universau à la glòri dóu Mèstre. Tóuti i’an trouva li merite que lausan nautre, tóuti li jour. Poudèn que se n’en rejouï e lou Felibrige se rejouïs en particulié de tau sucès, dóu regard que s’es pourta uno annado de tèms sus soun foundadou, sus soun obro e sus ço que ié devèn. Vo, forço persounalita e couleitiveta, tout-à-n-un cop o pèr cop d’astre se soun avisa de ço que represènto Frederi Mistral, de soun pres-fa, de soun engèni, mai subre-tout de ço que sarian vuei sènso sa vengudo un bèu jour de 1830.
-Uno annado de tèms, au través de l’eiritage sacra que nous leissè, tóuti avalourèron la leiçoun, l’auto e grando leiçoun dóu Mèstre de Maiano.
-Tóuti lis elegi (municipau, regiounau, despartamentau emai deputa), an recouneigu li qualita, la prefoundeta, lou verai de soun message. Posque aqueste ressentimen se persegui e passa lis an longo-mai. Vèire la fidelita que nous fai bèu lume, envesti tóuti li qu’an manifesta l’an passa un envanc mistralen, sarié la mai bello de nòstis esperanço. Mai quant saran li que dins sis ativeta journadiero auran lou reflèisse, l’idèio naturalo de se referi à la filousoufìo mistralenco ?
-Risco lèu que s’óublidon lis ate magnifi coumpli e li bòni paraulo prounounciado l’an passa. Passa lou sant, passa la fèsto, se dis. -Passa lou centenàri, passa l’enavans e bessai li resoun d’ounoura lou Mèstre.
-E pamens… aurien, nòstis edile, de s’avisa, de s’ispira, de metre en pratico li sàni valour enaurado pèr Frederi Mistral. Li visto geniouso de Frederi Mistral respondon talamen is interrougacioun de la vido vidanto, de la soucieta. Lis elegi que prenon la peno de lou legi recounèisson quasimen tóuti que Mistral es sèmpre d’atualita. Mai, metre en pratico sa dóutrino acò, coume se dis, es de figo d’un autre panié, demando de courage, demando de refuta li ligno counvenciounalo de la poulitico, estènt que sarié ana d’à rebous, ana au contro de la vesioun jacoubino que meno la Franço. I’a de counvenènço que fan mestié pèr èstre dins lou mole e garda sa plaço.
Avèn pas la croio d’afierma que Mistral adus de soulucioun à tóuti li proublèmo, mai avèn la fermo counvicioun que n’en dounarié proun dins li debat d’aro.
-Soulo l’audàci, de-bon, poudrié chanja li vièiis abitudo, chanja li biais de pensa qu’embarron dins de visto estrecho pèr fin que la manivello vire toujour dóu meme biais. Ansin, après tant de bèllis intencioun, espremido l’an passa, pouden-ti espera que lis elegi faguèsson siéuno e meteguèsson en pratico li principe mistralen ?
-Sian-ti dins l’ilusioun que d’ùni n’en tratè la Causo Felibrenco e que Frederi Mistral ié respoundeguè magnifacamen au travès de sa celèbro dicho de Roco-Favour ?
-« L’ilusioun, es elo que buto li valènt à l’erouïsme, l’ilusioun es la fado que trais dins la sournuro li pantai de lumiero ! L’ilusioun es la voio que fai viéure e reviéure mai que la car e que lou sang ».
-Se sentèn en pleno legitimeta, sian primamen dins li piado dóu Mèstre. La determinacioun, la fidelita e l’amour qu’es nosto marco, noun soun pèr nautre de farfantello passagiero. L’ilusioun es nosto forço, nosto lus e nosto fe.

Jaque MOUTTET

Capoulié dóu Felibrige

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Octobre
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits