la Revisto : N° 263

Lou Felibrige – la Revisto : N° 263 – mars – avril 2011

Vous pouvez commander la revue du Félibrige : « Lou Felibrige » à : -Felibrige – Parc Jourdan – 8 bis Av. J. Ferry – 13100 Aix en Provence – Prix : 4 euros ; Abonnez vous pour : 1 an – 6 numéros : 22,50 euros. Établissez un chèque à l’ordre de : Felibrige. Pour vous abonner, il n’est pas nécessaire d’être membre du Félibrige. Courriel : contact@felibrige.org – Visitez notre site : www.felibrige.org

Résumé des articles dont nous rappelons qu’ils sont entièrement écrits en langue d’Oc.

Editorial : Le Capoulié Jacques Mouttet rappelle que le Félibrige est répandu sur tous les pays d’oc, il est chez lui aussi bien à la Félibrée du Perigord, qu’à l’Estivada de Rodez ou à la Fête virginale en terre camarguaise. Le Félibrige n’est inféodé à personne, il poursuit sa route dans l’indépendance ; il poursuit l’œuvre commencée par Mistral et prolonge sa pensée dans la compréhension, la tolérance et la concorde. « la source profonde de notre engagement, de la claire, franche et réelle vie félibréenne est assez généreuse pour abreuver sans modération ceux qui ont l’envie et l’amour des choses et de la langue du pays. »

Gide aux Saintes et aux Baux : Le Père Paul Amargier, membre associé du Félibrige, nous rappelle la rencontre et l’amitié entre André Gide et Paul Valéry. En 1891, Gide envisage de se rendre à pied aux Saintes Maries, mais Gide ne peut pas venir. Gide réitèrera sa proposition pour aller aux Baux, mais Valéry est empêché une nouvelle fois, Gide fait seul la randonnée aux Baux « les Baux sont admirables ; nous y eussions ensemble médité sur des beautés vraiment rares. (En ce temps là on savait écrire !)

A propos de la revue les chroniques de Provence : la Majorale Berengier nous raconte comment en 1912 Charles Risse fondateur de la revue « Les chroniques de Provence » prenait partie en faveur du Félibrige et nous fait part des lettres de satisfaction du Capoulié Valère Bernard et de Frédéric Mistral lui-même.

Deux histoires de femmes dans les années 50 : Mme Nemrod-Bonnal nous conte comment dans les années 50 une femme pouvait rater un emploi parce qu’elle n’avait pas de bicyclette, ou ne pas pouvoir ouvrir un compte en banque sans l’accord de son mari.

Poètes parnassiens et félibres : Mme Francesca Celi doctorante à l’Université de Montpellier nous parle de l’évolution parallèle des mouvements parnassien et félibréen ; « Le Midi mistralien rejoint en cela le Nord mallarméen dans cette quête esthétique du langage » écrit-elle (article en français, à suivre)

Joseph Franch Clapers, artiste catalan de Provence : Robert Forniès nous fait découvrir le peintre J. Franch. Né en Catalogne en 1915, il quitte son pays à la fin de la guerre civile ; après la très dure vie des camps d’internement, il finit par se fixer à St Rémy de Provence, il a laissé de très nombreux témoignages de son art dans la région.

L’institut du grenat tisse des liens entre Catalogne et Provence : M. L. Fonquernie nous apprend que le grenat est travaillé à Perpignan depuis très longtemps. A la fin du 19è siècle il devient un insigne du renouveau régionaliste catalan, régionalisme qui se manifeste entre autres lors de la santo-Estello de Perpignan en 1910. L’institut du grenat a créé un site www.institut dugrenat.com où une page est consacrée à une broche offerte par Mistral à la poésie catalane.

Des pierres qui guérissent : Le Majoral Gabriel nous raconte comment il est entré en possession d’un coffret contenant des pierres qui, selon la médecine populaire peuvent guèrir des maladies chez les hommes et les animaux.

Vieux papiers, auteurs anciens : Le Majoral Fourié nous rappelle le souvenir de Injalbert, sculpteur de la statue de Titan à Béziers, Titan qui donna son nom à la première Escolo felibrenco de la ville. Puis se créa « la cigale languedocienne » dont P.-J. Bedard et P. Albarel furent les principaux personnages après la guerre de 14 (à suivre …)

Dom Gigadas perdu et retrouvé : le Père Paul Amargier nous rappelle qu’Honoré de Balzac commença sa vie d’écrivain en écrivant des romans signé de pseudonymes, entre autres celui de Horace de Saint-Aubin. Sous ce pseudonyme il a publié en 1836 un roman « Dom Gigadas ». L’action se déroule en Camargue. Ce roman se déroule au 17è siècle avec toutes sortes de péripéties romanesques mais aussi des descriptions convenables des paysages que Balzac considère déjà comme menacés par les tranformations dues aux hommes. Ce livre a été réédité en 1992 aux éditions CPM du regretté Marcel Petit, aujàourd’hui disponible au CREDDO à Graveson.

LES NOUVELLES :

Agenda du Capoulié : du 6 janvier au milieu février, le Capoulié Jacques Mouttet a participé à une douzaine de manifestations, célébrations, réunions de travail, de Eytrac à Salon, des Saintes-Maries à Toulon.
De très nombreux Majoraux ont participé à une dizaine d’autres manifestations, réunions, célébrations.

ACTUALITÉ

Grincheux : Le Majoral Rousset revient sur l’épisode neigeux de novembre en région parisienne qui a provoqué des polémiques. Il remarque que les gens à notre époque sont de plus en plus exigeants, de plus en plus éloignés de la nature et n’acceptent plus les caprices du climat ; plutôt que s’indigner il vaut mieux s’engager, se passionner et faire front contre les difficultés.

Propositions de loi sur les langues régionales encore et encore … ! : Un sénateur de la majorité, un autre de l’opposition viennent à leur tour de déposer des propositions de loi en faveur des langues régionales, ce qui porte à quatre les propositions à ce sujet. Par ailleurs le ministre Luc Chatel a répondu contre ces propositions de lois de vieux arguments sans cesse ressassés : risque de communautarisme, mise en danger de l’unité de la République, anti-constitutionnalisme … dans tout ça le ministre oublie la devise de la République : Liberté Égalité Fraternité ! Le Majoral Pontalier dans l’article suivant montre combien une loi est nécessaire devant les énormes difficultés rencontrées au quotidien dans tous les domaines pour permettre aux langues régionales, patrimoine de la France, de continuer à vivre.

Calendrier : ce sont une quinzaine de manifestations à caractère félibren qui sont annoncées de la mi-mars à la mi-mai.

Pour les jeunes : L’association culturelle provençale de Ventabren qui décerne chaque année le Grand Prix Littéraire de Provence et l’AELOC, organisent un Prix de la jeunesse pour la Promotion de la langue d’Oc en Provence. Ils peuvent réaliser un projet historique, scientifique, littéraire ou artistique. Renseignements et envois de projets à : Association pour l’Enseignement de Ventabren en Pays d’Aix – BP 12 – 13122 Ventabren. La remise des prix se fera le 25 septembre 2011 à Ventabren où les lauréats se partageront 1 000 € de prix. Contact : acpv.cpa@free.fr

LES MAINTENANCES :

Auvergne
Décès du Majoral Clément Besombes : juste avant noël le Félibrige éprouvait ce deuil. Inhumé à Chalvignac, de nombreux hommages furent rendus au Majoral pour son engagement politique, ses actions en faveur de notre langue
-Assemblée générale de la Maintenance : Le Sendi Michel Bonnet a présidé l’Assemblée Générale présentant un bilan mitigé, des actions sont menées avec succès mais un certain nopmbre de difficultés matérielles autant qu’humaines empêchent de faire tout ce qui serait nécessaire pour la langue et la culture.

Guyenne-Perigord
-Enseignement de la langue d’oc et ateliers d’occitan : dans toute la Maintenance une dizaine d’ateliers d’apprentissage de la lengo nostro sont animés par les félibres du pays pour tous ceux qui connaissent un peu la langue ou souhaitent la pratiquer de façon plus intensive.
-Assemblées générales des Ecoles : se sont déroulées les Assemblées Générales ces Cigalas forcelasas et des Belutas del canton.
-Assemblée Générale du Bornat : elle s’est déroulée le 9 janvier. Le Président Bernard Sendres a donné un compte-rendu riche d’activités de toutes sortes, le bilan financier est bon, les actions prévues pour l’année à venir nombreuses. La Félibrée annuelle se déroulera à Belvès.

Limousin
-Fête des pastoureaux : le 16 janvier s’est déroulée, en présence des majoraux Tintou et Valière, en l’église de St Pierre de Queyroix la messe des pastoureaux chantée par l’Escòla dau barbichet. Cette fête dont les origines remontent à la fin du 15è s. a été remise en honneur en 1962 par l’Escòla dau barbichet. Superbe fête où les participants portent le costume traditionnel et chantent les noëls traditionnels limousins. Les participants se sont ensuite retrouvés au restaurant, le Majoral Valière a saisi cette occasion pour remettre la cigale de mèstre d’obro à M. G. Marchat.

Languedoc :
-Une exposition originale : C’est celle que présente le Cordon camarguais dans la Gallerie Jules Salles, Bd de l’amiral Courbet à Nîmes du 16 au 23 mars. Elle présente des « Diplômes et récompenses de tradition », témoignage émouvant des activités traditionnelles et de notre culture vivante.

Journée pédagogique : A l’initiative de Noë Daniele, du 15 au 20 mai à Lunel se dérouleront les journées pédagogiques où 400 élèves du primaire seront initiés à notre langue et à notre culture.

Vidéo pour notre culture : Philippe Reig, établi à Manduel, consacre beaucoup de son temps à filmer en vidéo les évènements de notre culture, de nos traditions, il a créé un site : www.telemistral.com que nous vous recommandons de visiter.

Provence
-Quarantième concours littéraire de l’Eissame : Belle journée que celle où on était proclamé les vainqueurs du 40è concours littéraire de l’Eissame de Salon. Une vingtaine de participants, plus de trente œuvres présentées. Des abeilles d’or et d’argent distribuées, puis un excellent repas pour rassembler participants et jury. L’après-midi magnifique spectacle donné par J-B. Plantevin et ses musiciens dans un récital entièrement renouvelé.

Colloque Paul Pons : Pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de l’ex-Capoulié Paul Pons (1910) se déroulera un colloque à Digne, salle Perchot, le 9 avril à partir de 15h. Vers 18h inauguration d’une plaque à sa mémoire. A 21h 30 soirée de chants provençaux.

LIBRAIRIE

Cuisine varoise : l’association « les amis de la cuisine provençale » de La Roque-brussane publie un livre de recettes du pays varois recueillies auprès de personnes qui les tiennent de tradition orale.
-« Recettes sorties de l’oubli » par un collectif d’auteurs – Ed. Prouvènço d’aro – 120 recettes, 320 p. en 14 x 21 cm. – 30 € envoi compris – chèque à : Amis de la cuisine provençale – commande à : Mme M. Caulet – B.P. 8 – 83136 Laroque-brussanne – 04 94 86 93 36

Célébration de l’amandier : Le Majoral Raybaud est paysan et aussi poète. Il a écrit une suite poétique publié dans un recueil pour chanter tout ce qu’il sait de l’amandier : histoire et légende, usages des amandes, beauté de l’arbre et de ses fleurs …
-« A la gloire de l’amandier » par R. Raybaud – Ed. Parlaren Var et Presses du midi – 80 p . en 14 x 21 cm. – 18 € envoi compris – chèque à Parlaren Var – commande à R. Raybaud – le grand jas – rue du château – 83470 Seillons source d’Argens – 04 94 72 14 38

Nouveau livre de J-M. Mauri : Livres de contes de l’antiquité à nos jours que l’auteur présente à sa façon avec une morale bien personnelle, le tout est plein d’humour et de fraicheur.
-« Promenades à travers les époques » par J-M. Mauri – 28 € envoi compris – chèque et commande à : Ostal del libre – 32 cité clairvivre – 15000 Aurillac.

La Provence, dis, c’est quoi ? : Pour essayer de définir ce qu’est la Provence, le félibre Marc Dumas a écrit un « Que sais-je ? » où il explique 100 mots qui ont rapport avec la Provence, un petit livre très intéressant et instructif.
-« les 100 mots de la Provence » par Marc Dumas – Ed. PUF – 120 p. en 11 x 18 cm. – 9 € – en librairie

Le limousin a sa grammaire : Natif de Tulle, l’abbé Joseph Roux a été un des premiers Majoraux nommés en 1876.
-De 1893 à 1895 il fit paraître, dans la revue Lemouzi qu’il avait fondée, une Grammaire limousine, publiée à l‘époque à seulement 30 exemplaires. Le Majoral Joudoux publie à nouveau celle-ci et la met à la portée du grand public.
-« Grammaire limousine » par J. Roux – Ed. Lemouzi – 220 p. en 15 x 23 cm. – 20 € – Commande à : Lemouzi, 13 place Municipale, 19000 Tulle

De Bretagne en Provence : Le Mèstre d’obro J-P. Sichère publie un recueil de poèmes provençaux inspirés par des extraits de poèmes de Eugène Guillevic, grand poète français, ami d’Eluard et Aragon.
-« Dins li piado d’un bretoun » par J.-P. Sichère – Ed. à compte d’auteur – 50 p. en 15 x 21 cm. – Commande à : J-P. Sichère – 390 plateau de Signargues – 30650 Rochefort du Gard

Art et science : le professeur d’université J-M. Triat, provençal, publie une somme consacrée aux ocres, un matériau employé par les hommes depuis des dizaines de milliers d’années. Il en montre tous les usages dans les arts à travers le temps et le monde ; il en donne toutes les explications scientifiques : géologie, chimie, physique ; bien sûr il consacre une belle partie aux ocres de Provence.
-« Les ocres » par J-M. Triat – Ed. du CNRS – 198 p. en 19 x 26 cm. 200 photos. – 35 € – En librairie et à CNRS éditions – 15 rue Malebranche – 75005 Paris – 01 53 10 27 00 – cnrseditions@cnrseditions.fr

DISQUERIE :

Chansons drômoises : Après avoir participé à la publication en 2005 d’un recueil de 350 chansons traditionnelles de traditions orales de la Drôme avec J-L. Ramel et P. Mazellier, J-Bernard Plantevin a effectué un choix d’une quinzaine de ces chansons qu’il joue et chante pour nous avec le groupe Rural café de P. Mazellier.
-Un beau CD qui nous offre un répertoire original et peu connu.
« Chamin d’avuro – chansons traditionnelles de la Drôme » par Plantevin et Rural cafè – CD de 45 min – Producteurs : Association Croupatas et culture et langue d’oc – 17 € envoi compris – Association Croupatas – 84110 Le Crestet – jb.plantevin@free.fr

FELIBRIGE

Echos douloureux :
-Majoral André Compan : il s’est éteint le 16 décembre dernier à Beaulieu (06). Maître en gai-sabé puis Majoral en 1969. Docteur en linguistique romane, professeur à l’Université de Nice. Auteurs de nombreux ouvrages de poésie, de grammaire, d’histoire … il était à l’origine de l’enseignement du provençal en pays niçois et avait reçu le grand prix littéraire de Provence en 2008.
-Majoral Clément Besombes : il nous a quitté le 21 décembre dernier à Mauriac (15). Majoral du Félibrige depuis 1994. Professeur au lycée de Mauriac, il fut longtemps vice-président de la FELCO. Fondateur du groupe La Miramontesa, auteur de contes et de poèmes, il avait aussi créé le musée d’Art et traditions populaires de l’Ostal roge.

Honneurs : L’Académie de Marseille a décerné le prix des métiers d’art au professeur de conservatoire André Gabriel, majoral du Félibrige.
La Majorale Odile Rio a reçu la Medaille de la ville d’Arles et la Médaille de la Région pour son engagement en faveur de notre langue.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Décembre
LMMJVSD
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits