Maillane, jeudi 25 mars 2021

Maillane

ce jeudi 25 mars 2021

 

Malgré la crise sanitaire et les restrictions qu’elle impose, le 107e anniversaire de la mort de Frédéric Mistral fut célébré à Maillane ce 25 mars 2021. C’est évidemment dans le strict respect des règles imposées que les rares personnes qui y ont participé ont pu assister à la messe en provençal célébrée par monseigneur Michel Desplanches, vicaire général du diocèse d’Aix et d’Arles et suivre une courte cérémonie devant le tombeau de Frédéric Mistral. Au cours de celle-ci, ordonnancée par le majoral Paulin Reynard, baile du Felibrige, en présence notamment du majoral Guy Revest, clavaire du Félibrige, de la majorale Claudette Occelli, assesseur de Provence, du majoral Gabriel Brun, syndic de la Maintenance du Languedoc-Roussillon, de la reine d’Arles et du maire de Maillane, une couronne de saladelle fut déposée par la Nacioun gardiano et son secrétaire, le félibre Gui Bourneton lut un message du capitaine, le majoral Guy Chaptal. S’ensuivit la déclamation du poème « Moun toumbèu » par la félibresse Sabine Mistral, syndic de la Maintenance de Provence et le discours du capoulié Jacques Mouttet dont voici la teneur :

« Au lendeman de la mort de Frederi Mistral, Maurice Barrès escrivié à la véuso dóu pouèto : « C’est maintenant l’apothéose qui commence. Maillane devient un lieu sacré, un temple à ciel ouvert, où les générations iront en pèlerinage réciter les poèmes immortels sur la tombe du héros et méditer, comme nous avons tous fait, l’exemple d’une vie si puissante et si pure. Plus que Saint-Trophime et l’Arc de Saint-Rémy, tout autant que le Rhône et la Durance, son œuvre durera. » (1)

De dela li coustrencho e lis embroi de la criso sanitàri, sian efetivamen en roumavage perpetuau, lis annado an bèu degruna, perpensan de-longo l’obro dóu Mèstre que s’esperlongo, ufanouso, au fiéu di jour e di generacioun.

Frederi Mistral, a dreissa ço que se pòu dire lou memouriau de noste èime e de nosto civilisacioun, a reviéuda li souveni istouri, a ramenta li legèndo, a mantengu li tradicioun, a enaura la lengo maire ; a reviscoula dins lou pople ço que ié mantèn l’amo e la persounalita.

Es aquelo eterno recouneissènço à l’astrado que fuguè la siéuno e à l’edifice qu’a basti que temounian tóuti li jour de nosto vido e plus particulieramen dous cop l’an à Maiano à l’entour d’uno toumbo ; la toumbo d’un mage, que d’uno estello à sèt raioun porto l’image.

Pamens, l’envirouno a gaire chanja : l’aplanage que Mistral vèi coume un flèu, l’unifourmisacioun de la soucieta, l’escafaduro de la memòri istourico e lou despuiamen di referènci i tradicioun, sèmpre nous castigon souto la joto de Paris segnourejant.

L’eterne coumbat pèr la lengo, pèr li lengo regiounalo en generau, n’es à l’ouro d’aro un di eisèmple que crèmo au lume.

Mai, la souvenènço fervourouso de Frederi Mistral, me meno, vuei, à ramenta un pougnènt souveni de moun egrègi predecessour à la Cigalo de Marsiho, Brunoun Durand, courouna pèr lou Mèstre au mes de mai 1913 e parti quàuqui mes après à Paris pèr entamena sis estùdi à l’Escolo dis Encartamen. Escouten-lou : « Un matin de mars, en croumpant un journau à-n-uno boutigolo de la plaço de la Bastiho, m’aplantère, atupi, ensuca davans li tres mot que me trauquèron vertadieramen lou cor : « Mistral es mort ». Vese encaro l’endré, l’ouro, la coulour griso di nivo, la boulegadisso e lou fourniguié dóu poupulas que grouavo à moun entour… e iéu, tanca coume un buto-rodo, emé li lagremo que regoulejavon, me semblavo que veniéu de cabussa d’un cop dins la niue d’un invesible garagai. Oublidarai jamai l’empressioun de soulitudo, de lassitudo, d’anequelimen que m’aclapè au founs de ma niue parisenco en relegissènt, dins moun chambroun d’estudiant eisila, li pajo souleiouso de Mirèio e dis Isclo d’Or. » (2) « E aro, après tant d’annado ennivoulido o luminouso, tant de jour de chale o de lagremo, tant de dòu qu’an maca ma vido, après tóuti li boulouverso d’aquéu siècle achavani, noun pode revèire l’oustalet mistralen e la capoucho blanquinello dóu cementèri maianen sènso repassa lis image d’aquéu printèms flouri e gramacia lou Mèstre qu’ai tant gaire couneigu, mai qu’aclinavo tant generousamen lis alo de soun engèni pèr assousta li pàuris aucelounet que venien tout just de creba l’iòu pèr faire si proumié piéu-piéu. » (2)

Aqueste testimòni s’endevèn pan pèr pan emé la citacioun de Maurice Barrès. Se n’escampo touto la poutènci dóu Mèstre, la drudesso e lou soulas de soun obro, l’aflat sacra de Maiano e dóu toumbèu. En fin de comte, baio l’esplico de l’infinido deferènci, de l’oumenage eternau e de la recouneissènço sèmpre regenerado enaura à respèt de Frederi Mistral.

Nosto presènci davans lou cros caup dins aquest entre-sentimen.

Maiano es tout à-n-un cop lou recatadou de nosto foundamento e de nòstis esperanço, esperanço boutado en lusour dins la counclusioun de Brunoun Durand quouro interpreto lou biais dóu Mèstre en escrivènt : « aclinavo tant generousamen lis alo de soun engèni pèr assousta li pàuris aucelounet », valènt à dire pèr proutegi e encouraja li jouine de vint an qu’entamenavon soun apoustoulat.

Vaqui la leiçoun que retendren dóu mèstre dins si 83 an.

Leiçoun de trasmessioun e de fisanço envers l’aveni, aquelo memo fisanço que pourtan vuei i jouine que nous sucediran.

Leiçoun que longo-mai fara lusi l’apouteòsi de la Respelido e la glòri mistralenco. »

(1) Paul Souchon, Mistral poète de France, Tallandier, 1945, p. 289.

(2) Universalité de Mistral, L’Astrado, 1965, p. 173.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2021 >
Décembre
LMMJVSD
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits