Maiano pèr lou 190en anniversàri de Frederi Mistral

Fervour à Maiano pèr lou 190en anniversàri de Frederi Mistral

Ferveur à Maillane pour le 190e anniversaire de Frédéric Mistral

 

Comme cela avait été annoncé, le dimanche 13 septembre, le 190e anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral fut célébré avec un programme minimum. Seule la messe célébrée en provençal par monseigneur Michel Desplanches et magnifiquement chantée par la chorale Le Pont de l’Arche de Graveson fut maintenue. Dans le strict respect de la réglementation sanitaire en vigueur, quelque cent-cinquante personnes réunies dans la cour du Centre Frédéric Mistral, y ont participé. Parmi elles, nous notions la présence des majorales Mireille Durand-Guériot et Claudette Occelli-Sadaillan, assesseur de Provence ; des majoraux Gabriel Brun et Guy Revest, syndics des Maintenances du Languedoc-Roussillon et de Provence ; des majoraux André Gabriel, Jean-Bernard Plantevin, Jean-Michel Turc.

A l’issue de la messe, ordonnancées et présentées par le secrétaire général du Félibrige, le majoral Paulin Reynard, une première partie protocolaire permit d’entendre M. Eric Lecoffre, maire de Maillane, et madame Eugénie Gros, adjointe déléguée à la culture ; une seconde partie fut constituée des paroles prononcées habituellement devant le tombeau : lou De-profundis récité par le majoral Michel Desplanches ; l’invocation de Calendal dite par Naïs Lesbros, 23me reine d’Arles et enfin le discours du capoulié Jacques Mouttet.

Conformément aux consignes, seulement une délégation réduite composée du Capoulié, du Maire, de la reine d’Arles, des majoraux et des élus, prit alors le chemin du cimetière. Le capoulié déposa une gerbe d’olivier et de laurier noble nouée aux couleurs or et azur du Felibrige sur le tombeau de Frédéric Mistral et, Li Cardelin, les félibres-tambourinaires présents : Michel Bernard, Annelyse Chevalier, Gabriel Feutrier, André Gabriel, Paulin Reynard qui avaient accompagné le petit cortège, jouèrent Lis Àvi.

Ainsin s’achevait, malgré la difficile situation, ce moment d’hommage mistralien vécu avec ferveur.

– Discours du capoulié à la fin de la version en provençal.

Coume anouncia, dimenche 13 de setèmbre, l’anniversàri 190en de la neissènço de Frederi Mistral s’es tengu à minima. Souleto la messo celebrado en prouvençau pèr mounsegne Miquèu Desplanches e magnificamen cantado pèr la couralo Le Pont de l’Arche de Gravesoun fuguè mantengudo. Dins lou perfèt respèt de la reglamentacioun sanitàri, acampa dins la grand cour dóu Cèntre Frederi Mistral, mai de cènt-cinquanto persouno i’an participa. Noutavian la presènci di majouralo Mirèio Durand-Guériot e Glaudeto Occelli-Sadaillan, assessour de Prouvènço ; di majourau Gabriéu Brun e Gui Revest, sendi de Lengadò-Roussihoun e de Prouvènço ; di majourau Andriéu Gabriel, Jan-Bernat Plantevin, Jan-Miquèu Turc.

Messo acabado, ourdounançado e presentado pèr lou baile dóu Felibrige, lou majourau Paulin Reynard, uno proumiero partido proutoucoulàri permeteguè d’entèndre M. Eric Lecoffre, maire de Maiano, e dono Eugenìo Gros, ajouncho delegado à la culturo. La segoundo partido fuguè coustituïdo di paraulun prounouncia de coustumo davans lou toumbèu : lou De-profùndis recita pèr lou majourau Miquèu Desplanches ; l’envoucacioun de Calendau dicho pèr Naïs Lesbros, 23enco rèino d’Arle e enfin la dicho dóu capoulié Jaque Mouttet.

Counfourmamen i counsigno, souleto uno pichoto delegacioun coumpausado dóu Capoulié, dóu Maire, de la rèino d’Arle, di majourau e dis elegi, prenguè alor lou camin dóu cementèri. Lou capoulié pausè sus lou cros dóu Mèstre uno garbo d’óulivié e de lausié nousado i coulour or e azur dóu Felibrige e, Li Cardelin, li felibre-tambourinaire presènt : Miquèu Bernard, Anoliso Chevalier, Gabriéu Feutrier, Andriéu Gabriel, Paulin Reynard qu’avien fa l’acoumpagnado à la delegacioun, jouguèron Lis Àvi.

Ansin s’acabè, mau-grat la tempourado mal-eisado, aqueste moumen de remembranço mistralenco ferventamen viscu.

 

Dicho dóu Capoulié :

Au mes de mars, alors que l’epidemìo tancavo lou mounde au siéu, es pèr la pensado qu’erian agroupa à l’entour de la capoucho blanquinello. Avèn vuei riboun-ribagno, représ l’endrechiero de Maiano, mai lis endevenènço sèmpre restregnon lis enavans, e dóu cop restregnon la celebracioun mistralenco à-n-aqueste soulet moumen de remembranço un pau aluencha de la glèiso Santo-Agueto e dóu cementèri. Sian pamens, dins l’inmudablo fidelita au Mèstre, e, mau-grat tout, devot, e fort de nosto candour, sensadamen, se figuran clina davans lou toumbèu.

Aquelo countagioun nous destimbourlo proun, coume destimbourlo la vido soucialo en generau. Nous enebis de mena li foundamento ditado pèr lis estatut proumieren dóu Felibrige que, dins la simplesso e la franqueso lauson entre tóuti li vertu, la gaieta, l’amista e la fraternita.

Mau eisa, d’aquelo passo, de metre en obro tàli definicioun primadiero qu’apellon au rescontre, au desbord, à la divertissènço, à l’enavans e i liame entre lis un e lis autre. Avalouren dounc la preciouso matinado que nous pourgis la souvenènço de Frederi Mistral pèr viéure un franc moumen de retroubado, d’armounìo e d’ardènci, trespassant li retengudo impausado despièi sièis mes.

Mistral unis, Mistral recampo, Mistral acampo en pleno councourdanço emé la leiçoun que nous a leissa. Bello óucasioun de medita soun message e lou miracle sènso fin que coungreiè tras la respelido d’uno lengo, soun enaussamen literàri e pouëti.

Lou grand-fa, l’engèni de Frederi Mistral fuguè de metre uno civilisacioun sus lou candelié, de prepausa un moudèlo de soucieta, d’amagestra uno filousoufìo universalo, de fissa uno dóutrino foro dóu tèms que derouïs, d’alarga un umanisme vertadié : veici coume crèmo au lume l’espandido dóu miracle. En un mot, es ço que se dis lou Mistralisme.

Drudo definicioun qu’escapo en res de sis eiretié, en tóuti aquéli que sabon e que lou recounèisson coume un engèni. Mai encaro fau-ti faire saché au mounde l’espandido e lou sèns de soun pres-fa, aquesto odo sublimo à la vido, à la terro, à la naturo, à la pouësìo, odo trelusènto de clarta e de moudernita.

En despié de la couvid-dès-e-nòu, di reboulimen e de la mau-parado que tirasso, Mistral countùnio, sèmpre Mistral enraiouno. Midamo, Messiés, cars ami, car felibre, en aquéli tèms embouia, Mistral fai signau e alargo la vertu, rebuto lis oundado seculàri e si tempèsto e sis esglàri. La grandour de Mistral refourtis e assoulo, counvince de noun se desfisa, de crèire de-founs i séuvo armouniouso e i calanco souleiouso.

Si mane agisson vuei sus nosto tenesoun, sus nòstis decisioun, sus nòstis ate, parieramen coume antan sa persouno agissié sus lis èstre que viravon à soun entour e qu’à tout èime lou seguissien.

Caviha dins noste incounsciènt, Mistral demoro presènt, atiéu e enfluènt dins li gèst de noste quoutidian : vivèn sènso se n’avisa souto soun gouvèr. Menaire d’ome e aparaire di pople, estigadou dóu gai-sabé, adusèire dóu sentimen de fierta e avivaire de l’inmènso flambour de la patrìo, Frederi Mistral emé paciènci, simplesso, e sagesso amaduro un principe uno escolo de vido contro tout ço que nous ensuco.

Prouvan eici que lou miracle mistralen porto èime, valour e espèr, que sèmpre empuro l’enavans di fort, que rènd ardènt e afouga aquéli que sabon lou percebre.

Mèstre, fidèu, devot e reculi, nòstis óumage respetous dins la grandour di remembranço que sauvo l’esperanço.

 

Jaque Mouttet

Capoulié dóu Felibrige

 

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Août
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits