La Revisto N° 313

« Lou Felibrige » – La Revisto N° 313 – Juillet – aoùt 2019

Revue « Lou Felibrige » à commander à Felibrige – 8 bis avenue Jule Ferry – 13100 Aix-en-Provence

Prix 5,00 € le numéro : Abonnez-vous :  1 an – six numéros :26,50 €. Etablissez un chèque à l’ordre de : Felibrige. Courriel : contact@felibrige.org – Visitez notre site : www.felibrige.org

Résumé  des articles dont nous rappelons qu’ils sont entièrement écrits en langue d’oc

Editorial

 

En attendant le compte rendu complet de la Santo-Estello de Pertuis, le Capoulié propose la lecture du rapport moral qu’il a présenté au Conseil général du Félibrige le 10 juin 2019. Dans son propos le Capoulié a rappelé les paroles qu’il avait prononcées lors de son élection en 2006. Il s’était engagé alors à servir le Félibrige de toute sa force afin d’en assurer le fonctionnement et le développement. Diriger une pareille structure est une lourde charge qui implique de nombreuses tâches quotidiennes : rédaction des circulaires statutaires, des procès-verbaux, des invitations, des ordres du jour; les réponses aux courriels; l’organisation des Santo-Estello; la publication de la revue, sa rédaction, sa fabrication; les demandes de subventions… Sur le plan de l’action Jacques Mouttet regrette de ne pas pouvoir intervenir pleinement auprès du gouvernement, des ministres, des parlementaires. En dépit de ces insuffisances, il se félicite d’enregistrer chaque année l’adhésion d’une centaine de personnes. Il ne perd pas l’espoir de voir un jour notre vieille institution s’imposer dans la société comme le légitime dépositaire d’une pensée, celle de Mistral et des primadié. Résolument optimiste, le Capoulié constate l’harmonie qui règne entre les félibres qui sont invités à militer davantage pour la Cause.

Hommage à la reine Marguerite Priolo (1913-1920)

Samedi 30 mars, dans le petit cimetière de Manzac-sur-Vern, dans le Périgord, les félibres ont rendu hommage à Marguerite Priolo, épouse Gaillot, qui fut reine du Félibrige de 1913 à 1920. Elle était née à Brive-la-Gaillarde en 1890 et mourut en 1955 à Manzac-sur-Vern. Elle fut la dernière reine que connut Frédéric Mistral. Elle est restée dans toutes les mémoires comme « la reine au barbichet ». Elle fut choisie par le lauréat des jeux floraux Brunoun Durand. La cérémonie s’est déroulée en présence des deux petites-filles de la reine, de sept majoraux et du capoulié.  Le majoral Paul Valière déclama un poème qu’avait écrit en son honneur, en 1912, Jean-Baptiste Chèze. Le majoral Jean-Loup Deredempt, quant à lui, récita un poème écrit par un majoral, bien contemporain, le Provençal René Raybaud. Jacques Mouttet, au terme de son discours, déposa sur le tombeau de la défunte une gerbe faite de branches d’olivier coupées dans le jardin de Brunoun Durand.

Au moment de l’impression de cette revue N° 313, les félibres ont appris le décès subit du majoral Paul Valière. Les obsèques se sont déroulées le 25 juin, à Pierre-Buffière.

Les 150 ans des Chorégies d’Orange

Le majoral Paulin Reynard rappelle que la première des représentations, alors désignées comme les « fêtes » d’Orange, se déroula le 21 août 1869 et que la scène était éclairée à l’électricité. Les fondateurs de ce spectacle en plein air furent des félibres. Le plus célèbre est François, Fortuné Fernand-Michel, alias Antony Réal. Frédéric Mistral était présent à cette première et fut follement applaudi. Antony Réal avait composé une cantate en son honneur dont nous retiendrons la phrase la plus révérencieuse : « Troubadours du Midi, triomphez par Mistral !  » Dans cette continuité, le 22 juin 2019, 600 collégiens et lycéens, assemblés sous la bannière de « Pop the opera » ont chanté un couplet et le refrin du « Cant de la Coupo ».

LA TRADITION

Philippe Reig nous présente une méditation sur le concept de tradition. Il précise que tout ce qui vient du passé n’est pas forcément tradition, qu’il y a, bien évidemment, antinomie entre permanence et rupture. En Camargue, pays de traditions par excellence, Philippe Reig note qu’il y eut des changements dans la façon de conduire les taureaux. Il en est de même avec la conduite des troupeaux de moutons, ou la manière de vendanger. Ce texte, pour son auteur, est avant tout une piste de réflexion sur laquelle nous sommes invités à nous engager.

Journée André Chamson

La majorale Pierrette Berengier nous fait savoir que le rassemblement annuel sur la tombe d’ André Chamson se déroulera le samedi 3 août, au col de la Lusette. Départ à 11H sur le parking à l’entrée de l’Espérou. Pour le repas, prendre contact avec Pierrette Berengier : 04 75 36 83 71 ou 06 42 79 98 02 – pierrette.berengier@free.fr

LI NOVO

 

Agenda du Capoulié

Du 20 avril au 10 juin le Capoulié a effectué 13 déplacements.

ACTUALITES

2019, année internationale des langues autochtones

Alors que tous les 15 jours une langue disparaît de la surface de la terre, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2019 « l’Année internationale des langues autochtones, afin de préserver, mettre en valeur et revitaliser les plus de 4000 langues parlées par les peuples autochtones à travers la planète ». A ce propos, la majorale Pierrette Berengier nous indique que cet appel nous concerne et que nous avons le devoir de faire quelque chose pour la lengo nostro, en particulier auprès des jeunes.

Hommage du Félibrige à Folco de Baroncelli

En cette année du cent-cinquantième anniversaire de la naissance de Folco de Baroncelli, félibres et Camarguais se sont rassemblés, le 26 mai, sur la tombe du Marquis aux Saintes-Maries-de-la-Mer. Etaient présents le Capoulié, la majorale Claudette Occelli-Sadaillan, le Capitàni Guy Chaptal, la reine d’Arles Naïs Lesbros. Bérenger Aubanel, arrière-petit-fils du Marquis prononça quelques mots émouvants.

Nice la Belle, Escolo felibrenco

Le 20 avril,  a été inaugurée, sur la façade du siège social du groupe Nice la Belle, la plaque portant la mention « Escola felibrenca ». Cette fière revendication pourrait inspirer d’autres « Escolo ». C’est déjà fait pour le Grelh Rouergas.

La stèle Frederic Mistral à Fourques

David Ribes nous signale que la stèle supportant le buste de Mistral, inaugurée à Fourques en 2014, s’est enrichie de  quatre plaques à la gloire du Maître de Maillane.

Deux rendez-vous à ne pas manquer

– Le 14 septembre, à Toulouse : inauguration de la statue de Frédéric Mistral. La cérémonie sera précédée, la veille, par un colloque universitaire à l’Ostal d’Assezat, siège de l’Académie des Jeux Floraux.

– Le festival Langue et Musique 2019 se tiendra aux Saintes-Maries-de-la-Mer le 21 et 22 septembre. Il y aura notamment un récital de la soprano Cécilia Arbel qui interprètera des mélodies de la Mireille de Gounod, une exposition, une conférence du majoral Michel Desplanches. Le dimanche un hommage sera rendu au Marquis sur sa tombe. L’après-midi le groupe Bandùra donnera un spectacle musical.

LES MAINTENANCES

 

Maintenance d’Aquitaine

 

Journée de culture occitane du Bournat

Elle s’est déroulée le 28 avril à Mussidan. Ce fut l’occasion pour Lo Bornat dau Perigòrd d’inviter M. Michel Feynie, docteur en anthropologie, à faire une conférence sur le thème : « De l’animal de trait au tracteur dans le Landais ». L’orateur prit comme paradigme son village de Saint-Géraud-de-Corps. Le tournant s’opéra en 1948 avec l’arrivée du tracteur. Un grand changement se produisit dans le monde rural. Notamment on passa de la polyculture à la monoculture. Pour ne pas rester sur une note pessimiste le conférencier indiqua qu’aujourd’hui d’autres modes de production, plus favorables à l’homme comme à la terre, apparaissent. Il s’agit de l’agriculture biologique ou de la permaculture.

Maintenance d’Auvergne

 

Pierrefort honore Pierre Célestin Delrieu

Le 25 mai, la médiathèque de Pierrefort (Cantal) a pris le nom du majoral Pierre Célestin Delrieu. Au cours de la cérémonie il appartint au majoral Nadal Lafon de faire l’éloge de ce grand félibre auvergnat. Il fut élu majoral en 1982, titulaire de la Cigale de Gascogne, portée auparavant par Henri Mouly. Son œuvre littéraire est très riche. Il écrivit en français ses souvenirs d’aviateur pendant la seconde guerre mondiale sous le titre « Feu du ciel, feu vengeur ». Tout le reste est à la gloire de l’Auvergne. N’oublions pas, non plus, qu’il traduisit en langue d’oc, en deux séries, des contes d’Henri Pourrat. Il a laissé également une monographie du village dans lequel il s’était retiré : Rouffiac.

La journée de la maintenance d’Auvergne se déroulera dimanche 25 août, à Cayrols. On y célèbrera l’abbé Jean Simon Mathieu.

Maintenance de Gascogne Haut Languedoc

Le 10 mai a été inauguré à Rodez le nouveau local du Grelh Roergas. Il est sis 17 boulevard de la République, entre le musée Denys-Puech et la MJC. Il recèle de nombreuses archives, notamment celles cédées par le professeur Hans Stroh. Ces documents peuvent être consultés chaque dernier mercredi du mois, de 14H à 16H 30.

Maintenance de Languedoc-Roussillon

Le majoral Gabriel Brun se félicite du bon déroulement de l’assemblée générale de la Maintenance qui s’est tenue à Saint-Gilles-du Gard le 27 avril. Dans son discours de Saint-Gilles  il a fait part de ses préoccupations de syndic, en particulier de son souci de la transmission de la langue faite essentiellement par des enseignants bénévoles. En ce qui concerne la défense de la course camarguaise, la Maintenance a décidé d’adhérer à « L’Association Cultures et Patrimoines Camarguais » qui semble la mieux placée pour faire avancer le dossier auprès de l’UNESCO.

 

Maintenance de Provence

C’est en présence de quelques 70 félibres dont 14 majoraux que s’est déroulée l’assemblée générale de la Maintenance de Provence dans la ville d’Orange qui n’avait pas accueilli un tel événement depuis 1931. L’ordre du jour fut respecté exactement et tous les rapports furent votés à l’unanimité sauf le rapport financier adopté à la majorité absolue. Les majoraux Alain Costantini, Gilles Désécot, Jean-Michel Turc, sous syndics sortants ont été réélus. Sept délégués ont été désignés pour représenter la Maintenance à la Santo-Estello : Gérard Pascal, Gaston Geoffroy, Alain Guiony, Jacqueline Bataille, Marie-france Guigoni, Stéphane Jardin, Michel Petit. Le syndic Guy Revest a annoncé sa décision de quitter prochainement sa charge. Après l’aiòli partagée au bar-restaurant du Marché aux légumes les félibres qui l’ont voulu, ont visité la ville d’Orange sous la conduite d’Alain Costantini qui fut aidé pour la visite du Théâtre antique par Paulin Reynard qui est chez lui en ce lieu.

Miquèu Pellegrino mèstre en Gai Sabé

Le 17 mai, au siège administratif du Félibrige, Jacques Mouttet épingla la cigale de Mèstre en Gai Sabé sus la poitrine de Miquèu Pellegrino, lauréat des grands jeux floraux septénaires du Félibrige. Le poète lyrique était entouré de ses amis artistes, les majoraux André Gabriel, Jean-Bernard Plantevin, Mireille Durand qui ne manquèrent pas de chanter avec lui.

Une Estello pleine d’avenir

Le groupe de danse L’Estello de l’Aveni, association fondée en 1906, est un des treize groupes de maintenance des traditions en Arles. Lucette Grandmaison est sa présidente depuis 31 ans. Outre des cours de danse, les adhérents bénéficient des cours de langue provençale de Philippe Reig. Le groupe compte d’ores et déjà une demie douzaine de félibres.

Angélique Marçais a reçu sa cigale de majorale

La cérémonie s’est déroulée le samedi saint, 20 avril, au théâtre Francis Gag de Nice. Elle a été ouverte  par les élèves de l’École des Orangers où enseigne Angélique qui offrirent des fleurs à la reine Adeline. Stan Palomba, président de Nice la Belle prit la parole le premier. Vint ensuite le tour de Pierre-Louis Gag et de Jean-Luc Gag, représentant le maire de Nice. Paulin Reynard, le directeur des cérémonies céda ensuite le micro aux parrains d’Angélique : Valéry Bigault et Claudette Occelli-Sadaillan. Le Capoulié Jacques Mouttet, parrain d’Angélique à titre exceptionnel, salua la quatorzième femme élue au Consistoire. Il fit remarquer que la première majorale fut élue en 1941 alors que le première femme élue à l’Académie française ne le fut qu’en 1980. Dans l’esprit du Capoulié il s’agissait en outre de faire entrer la jeunesse au Consistoire. On chanta, bien entendu, l’hymne niçois Nissa la Bella et pour clôturer l’événement, le Chant de la Coupe. Angélique et son collègue Frédéric Jolibois, métamorphosés en comédiens, nous offrirent également un acte de la pièce La demande en mariage  de Tchekov.

Les Fêtes Vierginenco

Ces fêtes à la gloire du costume d’Arles se dérouleront, sous les auspices de La Nacioun Gardiano, le 28 août, aux Saintes-Maries-de-la-Mer, en présence de la reine d’Arles et de ses demoiselles d’honneur.

FELIBRIGE

Paulin Reynard nouveau majoral

Le Consistoire a admis en son sein Paulin Reynard, titulaire de la Cigale de Camp-Cabèu. Il est né à Bedoin (Vaucluse) en 1990. Il est désormais le cadet du Consistoire et le plus jeune majoral élu. Après un triple cursus Provençal-lettres modernes et musicologie et un BTS audiovisuel en gestion de production,  il occupe depuis 2015 le poste de directeur de production aux Chorégies d’Orange.

LIBRAIRIE

 

Les Jouveau, une dynastie pour le Félibrige

Cette publication rassemble les communications de deux colloques consacrés à Elzéard, Marius, René et Marie-Thérèse Jouveau. Ce numéro de Culturo Nostro peut être commandé pour 5€ plus le port à Félibrige, Parc Jourdan 8 bis avenue Jules Ferry 13100 Aix-en-Provence

Les actes du colloque 2018 de l’ALCEM

Le majoral Gilles Désécot, trésorier de L’Association pour les Langues et Cultures Européennes  Menacées nous signale la parution des actes du Colloque de l’ALCEM qui s’est déroulé à Nice, en juillet 2018. Il est publié par le Félibrige dans la collection Culturo Nostro. A commander au siège administratif du Félibrige avec un chèque de 15€ (10€ + 5€ d’envoi) à l’ordre du Félibrige.

Histoire de Nice

Il s’agit de la quinzième édition du livre du regretté majoral André Compan : « L’histoire de Nice et de son comté ». Cet ouvrage de 500 pages est accompagné de plus de mille illustrations – Éditions Campanile – 28€

Lousero

Le majoral Robert Rousset a noté une erreur dans le Trésor du Félibrige. Il faut en effet écrire Lousero et non Lausero. Selon Pline l’Ancien, l’étymologie est Lesora (devenue par métathèse losera).

La racine serait pré indo-européenne.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Juin
LMMJVSD
     12
34567
  • 13:00 -19:00
    07-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

8
  • 13:00 -19:00
    08-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

9
  • 13:00 -19:00
    09-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

10
  • 13:00 -19:00
    10-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

11
  • 13:00 -19:00
    11-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

1213141516
17181920212223
24252627282930
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits