Discours de la Coupo 2019

Discours de la Coupo 2019

 

Lors de la Santo-Estello de Pertuis, le lundi 10 juin 2019, le Capoulié Jacques Mouttet prononça le très attendu discours annuel de la Coupe. Écouté dans un silence impressionnant il fut ponctué par une extraordinaire ovation. M. le Maire de Pertuis, de nombreux élus régionaux, départementaux, municipaux et quelques trois cents félibres debout, l’applaudirent de longues minutes.

Le discours :

Nous veici dins aquelo bello plano de Durènço que despièi tres milo an, atetounido sus soun istòri se viro de-vers lou miejour, valènt-à-dire vers z-Ais. Sian dounc à Pertus, ciéuta que la dessenado voulounta parisenco meteguè en 1793 dins lou despartamen de Vaucluso, aquelo envencioun dóu centralisme. Despièi mai de cinq siècle li Pertusen van en roumavage au Mount Ventùri, van pas en roumavage au Mount Ventour ! Pertus, vuei fai soun proun pèr faire entèndre lou signau de la resoun, pèr demoura dins soun terraire de naturo que despièi lou Luberoun noun s’espandis fin qu’à la mar coume lou voudrien decreta, mai s’estènd enjusqu’i raro miejournalo dóu païs sestian. L’estacamen de Pertus à-n-aquelo realita soucialo e terradourenco s’endevèn emé li valour que represènto lou Felibrige. Dins aquesto counsciènci, Pertus manifèsto sa fidelita à nòstis idèio, à l’idèio mistralenco, à la noucioun de païs que toustèms lou Felibrige aparè.

Sèns relàmbi, lou Felibrige se bateguè contro l’egemounìo parisenco. Lou Felibrige toustèms vouguè revira l’àndi centralisaire e faire clanti au grand jour la necessita de baia i regioun li reno de soun destin. Pèr nautre, ges de doute, emé dono Ano-Marìo Thiesse, disèn : « l’enracinamen, la coumunioun entimo em’un terraire s’afiermon coume lou mai drud e lou mai envejable di patrimòni ».

D’aqueste patrimòni, i’a un ome que n’a vougu enaura l’essènci e li foundamento : Folco de Baroncelli. L’an dóu cènt-cinquantenàri de sa neissènço, douno l’óucasioun d’avaloura que mai l’obro que coumpliguè, uno obro, vuei, sèmpre atualo. Sufis de relegi sa crido : « I’a tant de centenau d’annado que touto flamo, dins lou Miejour, s’èro amoussado ! I’a tant de centenau d’annado que, souto lou cèndre lou fiò èro acata e que lou sang dourmié ! Mai lou sang noun fai que dourmi e pòu jamai mouri. Mount-Fort e tóuti li Mount-Fort qu’après éu soun vengu, an bèn pouscu pau à pau faire óublida à noste pople soun istòri, si glòri, li noum de si pouèto e de si rèino de bèuta, an bèn pouscu, à forço de ié debana de messorgo e de bava coume li serp, ié faire mespresa sa lengo, e d’un pau mai ié farien destenembra, pechaire, lou noum de soun païs : lou pople es creserèu, saup rèn, éu : n’a qu’auriho pèr escouta e ges de bouco pèr respondre. Uno pèr uno, i’an derraba tóuti si liberta, e pièi i’an barra li parpello, e a garda li parpello barrado. Mai an agu bèl à faire, noun i’an pouscu leva soun sang, e aquéu sang, unen, libre, noble, que desempièi vue cènts an soumiho, cresès-ti, qu’a pas agu lou tèms de s’acampa de sabo novo e de vigour emai d’ardour ? ».

Baroncelli coustatavo, dins soun tèms, que noste pople èro souto l’amoussadou. Se devino vuei qu’aquesto situacioun empiro claramen cade jour. Pamens soun espèr fervènt de vèire giscla de sabo novo dèu nous baia l’envanc que couneiguè e dèu empura vuei nosto determinacioun à-n-agi, à èstre digne d’éu.

Car Felibre, Baroncelli, simbèu d’uno epoco, simbèu d’un païs, simbèu d’uno dóutrino, es atuau. Provo à la perfecioun que se pòu agué un ideau de vido, que la reüssido pòu èstre à pourtado de man, qu’es poussible de capita dins d’ùni doumaine.

Baroncelli faguè tripet-pelòri de dela de ço que pòu recata la definicioun de Respelido. Fuguè un vesiounàri, un ennouvaire, un iniciaire. Vuei, li Camarguen vivon la passioun de Baroncelli tóuti li jour au travès de la sauvo-gardo de la Camargo d’antan e d’aro, dóu pargue regiounau de Camargo, di raço de biòu e de chivau Camargo qu’a sauvado, dóu vèsti e di tradicioun qu’a enlusi, mai peréu au travès de l’èime camarguen qu’a marca de soun sagèu pèr sèmpre. Baroncelli, disié faire d’espetacle « pèr acampa lis ome, pèr sauva la raço e à termo lou Païs ». Qu miés que Baroncelli capitè ? Tout fai bello provo qu’a reüssi !

Nous revèn en 2019 de tira l’entre-sièis de soun pres-fa, de se n’embuga e de se n’en servi dins nosto messioun de felibre. Lou pres-fa de Baroncelli nous fai perpensa sus lou role qu’es lou nostre e sus ço que se devrian encarga.

Alors, sènso chancello, reprenen à noste comte soun coustat e sis espèr, dins l’amiro, nautre tambèn de reüssi.

L’obro demoro inmènso. La situacioun de nosto lengo, lis agarrido que de-longo la buton au noun rèn, l’endiferènci e lou mesprès qu’esvalisson istòri e racinun di regioun aurien d’óucupa largamen noste tèms s’èro pas deja proun degaia pèr la gestioun dóu quoutidian que nous manjo tout entié, nous laisso ges de relàmbi pèr pièi s’ataca à l’essenciau de nosto toco : lucha contre la supremacìo de Paris e la negacioun di lengo e culturo regiounalo. Óucasioun de ramenta ço que l’academician de Bourdèus, Ipoulito Minier, escrivié i’a mai de cènt-cinquanto an e toujour d’atualita : « Ce que nous voulons c’est que les provinces, unies entre elles par le sentiment de leur conservation morale, forment un ensemble d’intelligence assez courageux, assez puissant, assez résolu, pour opposer une barrière à la science de contrebande, à la littérature corrompue et corruptrice, à l’art défiguré et profané. Nous voulons que la province, prenant au soleil de la pensée la place qui lui est due, oblige Paris à voir en elle, non pas une rivale (pareille prétention serait absurdité) mais un juge, ce qui est moins ambitieux et beaucoup plus grave. Ainsi acceptée cette pacifique réaction profitera à Paris en même temps qu’à la province ; à Paris en la purgeant de tous les agioteurs de l’art et du style, en doublant sa prépondérance devenue une autorité légitime ; à la province en la vengeant du mépris dont Paris l’accable, en lui inspirant, par le sentiment de sa force, le sentiment de son devoir. […]

Que reste-t-il à faire ? Peu de choses et beaucoup. Il faut que le lien intellectuel entre les provinces soit électrisé par le patriotisme provincial ; qu’il y ait sympathies vives, relations permanentes, aide mutuelle entre les villes les plus lointaines ; que le poète éclos à Marseille soit aussitôt révélé à Lille ; que l’amateur nantais encourage un pinceau toulousain ; que, surtout, les jalousies de foyer s’effacent et qu’il soit permis au voisin, s’il a du talent, d’avoir aussi de la célébrité. ».

Pouden persegui emé Olivier Grenouilleau, qu’en 2019, dis :

« Les identités régionales ne constituent pas des survivances du passé mais des constructions sans cesse évolutives. À la régionalisation fonctionnelle et à la régionalisation encadrée ont sans cesse répondu, depuis 1945, des recombinaisons politiques. Les progrès des langues régionales (…) peuvent aujourd’hui contribuer à un renouveau identitaire. Source de nostalgie pour les uns, moyen de penser collectivement le futur pour les autres, se situant à l’une des intersections entre ces deux perceptions pour beaucoup, l’idée que les régions de France sont porteuses d’identité est aujourd’hui encore, un fait d’actualité. Et un élément potentiellement porteur d’avenirs ».

De paraulo ansin nous buton à viéure emé l’espèr, à s’afeciouna que mai à l’eiretage de Baroncelli, à demoura en councòrdi emé sa filousoufìo, à adurre generousamen nosto pèiro à la mount-joio, à crèire à un nouvelun terradouren.

Emé lou dramo de Nosto-Damo de Paris, pamens, lou centralisme se fai mai que jamai senti. Paris segnourejo e tout se viro vers éu. Alors que li couleitiveta regiounalo e loucalo laisson de cop que i’a toumba en douliho lou patrimòni siéu, d’ùni an pamens destrauca de sòu pèr se counfourma à la soumessioun de principe alors que li douno di grand richas baston deja à la restauracioun. Me revènon sus lou cop li paraulo de moun predecessour lou capoulié Rèinié Jouveau qu’au Banquet de la Coupo de 1975 disié : « Fau coumprendre qu’un Prouvençau es mai proche de Sant-Trefume que de Nosto-Damo de Paris », pièi plus liuen : « …Dins uno ciéutat coume Roudès, ounte s’aubouro la plus bello glèiso dóu mounde », ço que tradus que tóuti se prousternon pas vers Paris, e que Paris recato pas tóuti li bèuta de l’univers !

Car felibre, tre l’endeman dóu malastre, lou baile m’escrivié : « Au moumen ounte lou mounde entié s’esmòu emé resoun, de l’encèndi destrùssi de Nosto-Damo de Paris ; cadun ié vai de sa plumo e de si doun. Uno lengo meritarié pas talo moubilisacioun universalo ? ». E, proun estouna, forço d’entre nautre an de-segur legi de Miquèu Feltin-Palas de l’Express, uno lettro d’enfourmacioun senado que noun-sai entitulado : « Les langues de France, ces cathédrales oubliées ». Quàuqui tros s’ameriton d’èstre larga eici : « Pourquoi, pendant que la restauration de la sublime cathédrale s’organise dans une effervescence bienvenue, laissons-nous un incendie ravager dans une indifférence générale les langues du beau pays de France ? Un incendie qui flambe depuis des siècles et aura bientôt terminé son oeuvre. » – « Le plus grave est que l’origine du sinistre, en l’espèce, n’a rien d’accidentel. Mieux – ou pire, selon les points de vue -, on connaît les coupables, en l’occurrence la kyrielle de chefs d’Etat qui ont dirigé le pays, depuis les monarques de l’Ancien Régime jusqu’aux présidents de la République, en passant par nos deux Empereurs. Tous ou presque ont cherché à mettre à bas ces modes de pensée et d’expression alternatifs, jugés dangereux pour l’unité nationale. » – « On me dira aussi que les discours ont changé. Et c’est vrai. Pas un président qui ne se dise favorable à leur enseignement. Pas un ministre de la Culture qui ne vante leur « beauté » et leur « richesse ». Certes. Mais aucun qui ne soit décidé à prendre les seules mesures qui pourraient renverser la situation et qui consisteraient à les rendre utiles – oui, utiles – pour réussir ses études, trouver un emploi ou dialoguer avec l’administration. Au contraire. Jean-Michel Blanquer les maltraite dans sa réforme du lycée… » – « Après des siècles pendant lesquels il a ouvertement cherché à les anéantir, l’Etat les laisse désormais mourir, en veillant simplement à prendre des airs de chattemite » – « D’autres n’ont pas cette prudence, qui se mobilisent pour la cathédrale de Paris tout en militant pour l’effondrement de notre patrimoine linguistique. » – « Toutes nos langues, à la vérité, expriment l’âme d’une Nation qui, n’en déplaise à certains, ne se réduit pas à Paris. Toutes méritent de voir accourir à leur chevet de valeureux pompiers, de généreux mécènes et d’attentionnés experts. Toutes représentent, à leur manière, des cathédrales de l’esprit humain. »

Vaqui dounc quàuqui verita que rejougnon la pensado felibrenco, de verita, n’en counvendrés, qu’an plenamen sa plaço dins lou discours de la Coupo d’ougan.

Se lou fiò de Nosto-Damo de Paris poudrié durbi un pau de clar-vesènço au regard dóu patrimòni inmateriau, se poudié i’adurre de counsideracioun e de respèt, fin finalo, se poudrié entrina un brigouloun de presso de counsciènci, lou malur pourtarié frucho. Mai, fau èstre pragmati : quant n’i’a en Franço d’ome pèr pensa ansin ? pèr councebre tau resounamen que sian bessai li soulet à coumprendre.

Aro, revendrai à la retourico di dicho santestellenco. Lou sort de la Causo e de la lengo es entre nòsti man. Fasèn que jamai s’amosse la cremour que trefouliguè fai cènt-sieissanto-cinq à Font-Segugno. Contro li supremacìo que nous subroundon, manifesten fieramen li sentimen patriau que nous ligon, noste biais d’èstre, de viéure e de parla. Tenen nosto plaço e aubouren li valour, l’èime e l’engèni d’Aquitàni, d’Auvergno, de Gascougno, de Lengadò, de Limousin e de Prouvènço. Oubren ! …Mai l’obro es tihouso.

N’en counvène, un felibre (emai lou Felibrige) tèn tout au cop dóu dansaire de cordo e dóu diamantié. Dansaire de cordo, estènt que sian dins l’escolo de l’equilibre : meinaja tóuti li sensibleta sènso se renega, sènso trahi l’ideau, nimai escalustra, nimai nafra degun. Diamantié, estènt que sèmpre counvèn de desfueieta soun prepaus, sa parladuro, sis argumen, sa metodo coume lou fai un taiaire de diamant pèr espanta lou mounde e faire trelusi soun art.

En aqueste an 2019, siéu segur que li mano de Baroncelli nous ajudaran à teni l’empento, à manteni lou juste balans e à farga uno entendablo paraulo.

Au moumen de brinda à nòstis esperanço e la vertu dóu Felibrige, me rejouïsse (l’ai di adematin) de la freiresso que règno entre tóuti, me rejouïsse tambèn de la counsideracioun e de l’amista que li jouine d’aro porton au vièi felibre que siéu devengu, me rejouïsse de soun enavans de sa counvergènci d’idèio emé li nostro. Me rejouïsse peréu dis amistadóusi relacioun que vèse entre la rèino Adelino e aquelo que la precediguè, la majouralo Angelico Marçais. Tout acò’s de signe que fan gau, lis avaloure dins touto sa plenour. Mostron à bèl èime que segound lou dire de nòsti paire, lou Felibrige es gai, amicau, freirenau, plen de simplesso e de franquige. Vouliéu espremi aquelo countentesso avans que d’auboura la Coupo.

Beve à la vilo de Pertus, à soun estacamen au païs sestian.

Beve à l’armounìo di terraire e dis ome.

Beve à nosto gènto rèino Adelino, beve i felibre fièr e libre.

Beve à la coumunioun dis esperit e di cor e à la fe dins l’an que vèn.

 

 

 

Jaque Mouttet

Capoulié dóu Felibrige

 

 

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Juin
LMMJVSD
     12
34567
  • 13:00 -19:00
    07-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

8
  • 13:00 -19:00
    08-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

9
  • 13:00 -19:00
    09-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

10
  • 13:00 -19:00
    10-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

11
  • 13:00 -19:00
    11-06-2019-11-06-2019

    http://www.felibrige.org/2019/03/01/santo-estello-2019/

1213141516
17181920212223
24252627282930
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits