Cent-cinquantenaire du discours « Ço que voulèn »

Cent-cinquantenaire du discours « Ço que voulèn »

Le Félibrige conviait à célébrer les cent-cinquante ans du mémorable discours aux félibres catalans de Frédéric Mistral « Ço que voulèn » (Ce que nous voulons), prononcé à Saint-Rémy-de-Provence le 9 septembre 1868.

La séance, ce samedi 20 octobre 2018 a réuni un très nombreux auditoire, salle Henri Rolland à Saint-Rémy-de-Provence.

Après la lecture de cette célèbre harangue, dans laquelle Frédéric Mistral s’insurgeait du mépris et de l’abandon des fondamentaux de la civilisation provençale, André Gabriel, secrétaire général du Félibrige, replaça le discours dans son contexte et fit un rappel historique du statut de la langue d’oc. Jacques Mouttet, capoulié du Félibrige, reprit quelques paroles du discours « de la Coupe » 2018 prononcé le 21 mai à Bergerac : « … Demoro sèmpre lou meme escor pèr lou racinun nostre, lou meme mesprés pèr nosto lengo, pèr nosto propro istòri e, mai que mai vuei, avèn pas de rougi davans degun, avèn de reprendre noste rèng e tout faire pèr recounquista noste ounour. Mounte i’a plus qu’uno póusso prouvincialo, aguen la croio, dins la fidelita mistralenco, de vèire reflouri nòsti ciéuta dins ço qu’an de verai e de plus precious… Dins l’esperit dóu discours de Sant-Roumié, es capitau, vuei : de revendica la recouneissènço di culturo d’espressioun regiounalo ; de revendica l’eicecioun franceso di culturo d’espressioun regiounalo fàci au moundialisme que meno perdre la foundamento di civilisacioun, fàci à l’unifourmita impausado pèr li grand menaire dóu mounde. Nòsti revendicacioun dèvon prendre lou rebous de l’erso de foulige que nego li diferènci e fai au mole tóuti lis individu de la terro… …Nous fau, cènt-cinquanto an après, renouva li suplicacioun de Frederi Mistral en lis ajustant au miés à noste tèms… »

L’Assemblée des jeunes du Félibrige, par les voix d’Angélique Marçais et de Paulin Reynard, durant une vingtaine de minutes démontra avec vigueur et conviction la contemporanéité des propos de Frédéric Mistral et revendiqua avec force « ce que nous ne voulons plus ».

« Ce que nous ne voulons plus » fut également le thème de la conclusion du Capoulié Jacques Mouttet :

– Voulèn plus que se vire l’esquino à-n-uno veritablo poulitico publico en favour di lengo regiounalo.

– Nous ne voulons plus d’aversion à une véritable politique publique en faveur des langues régionales.

– Voulèn plus que siegue fa estras de l’article 6 dóu Caièr di cargo de l’audiò visuau.

Nous ne voulons plus que l’article 6 du Cahiers des charges de l’audio-visuel soit bafoué.

– Voulèn plus d’emissioun televisado adoubado pèr de pèr li parisen. Quouro traton de nòsti region, liogo de s’acantouna à d’amusèti que cavon un pau founs li causo dóu terraire, que s’arreston enfin de pipa mot de l’istòri, culturo e lengo nostro.

Nous ne voulons plus d’émissions télévisées faites par des parisiens pour les parisiens. Lorsqu’ils traitent de nos régions, au lieu de se limiter à des récits anecdotiques, qu’ils s’intéressent un peu plus profondément aux fondamentaux du terroir, qu’ils s’arrêtent enfin de passer sous silence l’histoire, la culture et la langue régionale.

– Voulèn plus d’enarque is afaire que counforton lou mole qui nous vèn en òdi.

Nous ne voulons plus d’énarques aux affaires qui confortent le moule qui nous exaspère.

– Voulèn plus de la pensado unico qu’escafo la memòri di pople e que mando lou mounde dins uno insoufrablo unifourmita.

Nous ne voulons plus de la pensée unique qui efface la mémoire des peuples et qui jette le monde dans une insupportable uniformité.

– Voulèn plus que li media regiounau se desinterèsson de la realita regiounalo, que n’en siegon pas lou resson alor que souvènti-fes n’en porton fieramen lou noum.

-Nous ne voulons plus que les médias régionaux ne prennent pas la mesure de la réalité régionale, qu’ils ne s’en fassent pas écho alors que souvent ils en portent fièrement le nom.

– Voulèn plus qu’escape i couleitiveta territourialo la libro chausido d’adurre l’ourse e lou loup.

Nous ne voulons plus qu’il échappe aux collectivités territoriales le libre choix d’introduire l’ours et le loup

– Voulèn plus de fausso regiounalisacioun, mais vèire tourna-mai baia i regioun d’ùnis iniciativo que s’encapon à-n-un besoun naturau de liberta e de responsableta qu’uno centralisacioun abusivo proun souvènt enebis.

– Nous ne voulons plus de fausse régionalisation, mais voir restituer aux régions certaines initiatives qui correspondent à un besoin naturel de liberté et de responsabilité rendues trop souvent impossibles par une centralisation abusive.

– Voulèn plus vèire nòsti territòri mescla dins de subre couleitiveta sènso amo que negon lis identita especifico de cade relarg.

– Nous ne voulons plus voir nos territoires plongés dans de mega collectivités sans ame qui anéantissent les identités spécifiques de chaque contrée.

Voudriéu à-n-aqueste sujèt reprendre li paraulo de moun predecessour lou capoulié Pau Roux : « Cette régionalisation ne doit pas arriver à créer des métropoles régionales puissantes et pleines d’orgueil, qui prendraient simplement la place de Paris et qui régenteraient, sans compréhension et tolérance, le territoire dont elles sont la capitale ».

Dins aquel esperit, s’agis de counserva d’èime à nòsti territòri. Lou Felibrige a toujour apara la noucioun de païs e s’es toujour atrouba criti de-vers li despartamen. Es dounc essenciau pèr éu que la diversita e l’especificita di territòri siegue respetado.

Clavarai emé lou discours de Frederi Mistral à la Santo-Estello d’Albi en 1882 : « Li soucieta umano soun soumesso à dous balans countràri, que soun lis elemen de soun prougrès e de sa vido… L’unitarisme, éu, s’uno fes a lou vanc e que rèn noun l’arrèste, vès, passo l’aplanaire sus tóuti li clouquié, sus tóuti li clapié, sus tóuti li courage ; e, tenènt ges de comte ni dis usage, ni de l’istòri, ni de la lengo, ni dóu climat, vòu faire tóuti bèure à la memo coucourdo, vous chanjo pau à pau la nacioun en troupèu ; pièi un jour, vèn un moustre que pòu dire, en vesènt l’aplanimen de tóuti : « Voudriéu que lou mounde n’aguèsse qu’uno tèsto pèr pousqué la sega ».

«  De la coumbinesoun d’uno lèi unitàri emé l’independènci qu’es necessàri à l’ome, sourtira dounc, iéu crese, la digneta pèr tóuti, la liberta, la vido, e la varieta dins l’armounìo ».

 

Aquéli sàvi paraulo soun la foundamento de la pensado dóu Mèstre. A jamais decessa d’afierma que l’unita franceso èro facho pèr toujour e qu’es counsacrado autant pèr lou malur, en coumun parteja, coume pèr la coumuno glòri. Es pèr acò que lou Felibrige de vuei clamo : « ço que voulèn plus ».

 

Ces sages paroles sont à la base même de sa pensée : avec ses amis, il n’a jamais cessé d’affirmer que l’unité française était faite pour toujours et consacrée autant par les malheurs partagés en commun que par les communes gloires. C’est pour cela que le Félibrige d’aujourd’hui clame : « ce que nous ne voulons plus ».

 

– Photo Jean-Landry Nicolas et Guy Revest

 

Cet article a été publié par

Agenda

< 2018 >
Novembre
LMMJVSD
   1234
567891011
  • 09:00 -17:00
    11-11-2018

    http://www.felibrige.org/2018/09/29/lou-11-de-nouvembre-2018-au-bos-de-santo-estello/

12131415161718
19202122232425
2627282930  
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits