Le 25 mars 2018 à Maillane

Le 25 mars 2018 à Maillane

Ce dimanche 25 mars fut célébré à Maillane, le cent quatrième anniversaire de la mort de Frédéric Mistral. Plusieurs centaines de personnes ont assisté aux cérémonies commencées par une messe célébrée en provençal en l’église sainte Agathe. Ce 25 mars 2018 coïncidait avec la fête de Rameaux dont la liturgie fut, pour sans doute pour la première fois, prononcée entièrement dans la langue de Mistral. La père Michel Desplanches, vicaire général du diocèse d’Aix et Arles et majoral du Félibrige, officia magistralement et avec gravité au regard de la dramatique l’actualité.

Vers 11 heures 30, un long cortège conduisit l’ensemble des participants vers le cimetière. En tête les cavaliers de la Nacioun Gardiano, suivis par plusieurs dizaines de tambourinaires, les autorités, au premiers desquelles M. Joël Suppo, maire de Maillane, Jacques Mouttet, capoulié du Félibrige, la reine du Félibrige Angélique Marçais, une quinzaine de majoraux du Félibrige dont l’ancien capoulié Pierre Fabre, l’assesseur du Félibrige la majorale Claudette Occelli-Sadaillan, le sendi de la Maintenance de Provence le majoral Gui Revest, le sendi de la Maintenance de Languedoc-Roussillon le majoral Gabriel brun, mais également la reine d’Arles Naïs Lesbros, des élus, de nombreux présidents d’écoles félibréennes. Nous notions par exemple la présence de M. André Guinde ancien conseiller départemental, aujourd’hui cabiscol des Venturié ou encore les anciennes reines d’Arles Sabine Mistral ou Mandy Graillon…

Devant le tombeau se tint l’hommage traditionnel réglé par le baile du Felibrige, le majoral André Gabriel, avec dépôt de la gerbe de saladelle et le salut du Capitaine de la Nacioun Gardiano le majoral Guy Chaptal, puis la déclamation de « Moun Toumbèu » par le nouveau majoral de Forcalquier René Martel et en clôture le discours du capoulié Jacques Mouttet (lire ci-après). L’ensemble « Li Cardelin de Maiano » mirent un point final avec l’exécution des « Àvi » et de « La Respelido ». Le Maire de Maillane accueillit ensuite félibres et public devant le Musée Mistral. Au cours d’un chaleureux discours de bienvenue il évoqua le chantier de rénovation et d’agrandissement du musée.

 

Discours du Capoulié :

 

Ai escri en pourtissoun de la revisto Lou Felibrige dóu mes de mars : « Se retroubaren, fidèu, lou 25 de mars, davans la capoucho blanquinello ounte dous cop l’an renouvelan nòsti vot, ounte dous cop l’an recalivan la flamo que viéu en nous. Aqui pietadous pescan l’enavans e regeneran la fe ».

Vo, es pas simplamen l’us e la tradicioun que nous adus eici davans la toumbo dóu Pouèto. Ço que nous buto eici es l’irreversible besoun de s’embuga de soun esperit e de sa forço, de s’embuga de l’evangèli felibren e de l’esperit renadiéu que trescoulon dóu mounumen adourna de l’estello à sèt raioun.

I’a aqui, escampa en l’èr, bèn luen de la bourbouiado de pensamen e trebau empega pèr lis embàrri de la vido vidanto, de l’atualita internaciounalo o de l’orbo barbarié, lou perfum de sagesso d’un gèni inmourtau. Uno sagesso que lou Mèstre a sachu amagestra e que vuei venèn alena piousamen pèr miés afrounta lou dificile de noste tèms. Frederi Mistral draio lou camin, de vuei e de l’avenidou, coume lou draiè aièr pèr tóuti nòsti davancié. Frederi Mistral, l’ome de l’astrado nostro respond i questioun soucietalo, fargo la counsciènci de cadun.

Ansin, tout naturalamen, nous veici dous cop l’an à imploura sa bounta e soun ajudo, fisançous de trouba remèdi i mau de noste mounde e l’ardènci de crèire en l’aveni. Noun, es pas uno simplo abitudo de nous retrouba davans la toumbo dóu Pouèto. Estre eici dous cop l’an significo uno realo necessita de s’entre-mescla de sa pensado, dóu sèns de soun message, uno necessita founso de se reculi, de s’endrudi e de se refourti.

Frederi Mistral pouderous e sublime a coungreia lis elemen de la Respelido e pèr sèmpre a dubert li porto de l’aveni. Pratica soun ensignamen s’impauso coume uno eisigènci assouludo.

Mai avans « que cadun de nous-autre proufèsse ardidamen l’apoustoulat felibren », lou devé proumié que se presènto es de saché avaloura, de saché bada lou tresor que nous a leissa. Lou devé segound es de trasmetre à nòstis enfant la faculta peréu de saché avaloura e de saché bada lou tresor. Acò’s la messioun essencialo, l’escoumesso vitalo qu’en tóuti nous revèn : saupre parteja, espandi e perpetua li valour mouralo, literàri, filousoufico e soucialo legado pèr lou Mèstre, bèn inestimable, inmateriau, inagantable que souleto la fe, nosto fe pòu faire trachi.

Aquelo drudesso esperitalo es foundamentalo pèr l’endeveni de nosto semblanço e pèr sauva lou crèis.

La sabo nourriguiero jisclo à bóudre, eici souto l’aubre-de-vido davans lou toumbèu.

La degaien pas aquelo sabo, sachen l’aganta, la gaubeja, l’amadura.

Aquelo sabo nous abéuro generouso de desiranço de Bèu, de Verai e d’Esperanço.

Aquelo sabo es l’estello que d’Arbaud evoco dins si vers : « La neblasso que s’emplano – Sus lou mounde bourroula – Amoussara pas l’estello – Que nous largo soun dardai ».

Alor, sian aqui enmantela dins nosto umelita. Sian aqui cresèire, fièr e libre, sian aqui coume dous cop l’an, counfourtant nosto vido, nòstis ate e noste èime.

Noun, es pas pèr simplo tradicioun que s’agroupan eici davans la capoucho blanquinello. S’agroupan eici pèr reprene de voio, pèr se requinquiha e pèr teta lou bon la.

A l’endré qu’es pèr nautre lou plus sacra, sorgo de tóuti nòstis aspiracioun, dins lou reculimen, clinan nòsti frount.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2018 >
Octobre
LMMJVSD
1234567
891011121314
151617181920
  • 15:00 -18:00
    20-10-2018

    Cent-cinquantenaire du discours « Ço que voulèn »

21
22232425262728
293031    
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits