La Coupe à Maillane

La Coupe à Maillane

Dimanche 10 septembre, l’anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral à Maillane était, en cette année 2017, marquée du sceau du cent-cinquantenaire de la Coupe. Après la messe célébrée en provençal par le père Michel Desplanches, vicaire général du diocèse d’Aix et Arles et majoral du Félibrige, c’est devant la tombeau que l’assistance vécue un moment marquant et inhabituel. De-profundis récité et invocation de Calendal dite avec conviction par le nouveau majoral Jean-Michel Turc, le capoulié du Félibrige avant de prendre la parole, sortit la Coupe de son écrin et la confia à la reine Angélique qui l’instant d’avant avait déposé pieusement une gerbe d’olivier et de laurier nouée de rubans aux couleurs or et azur du Félibrige. Dans son début, le discours du capoulié exalta la puissance, la signification de Calendal, deuxième grand poème de Frédéric Mistral et évoqua sa digne célébration dans les gorges de la Nesque, à Saint-Auban, à Aiglun, à Cassis. Puis, également dignement, dit-il, la Coupe fut fêtée à Sceaux (92), à Avignon et bientôt à Beaucaire. Il évoqua l’hymne magnifique que la Coupe inspira à Mistral. La prenant des mains de la reine Angélique, il revint sur la résolution du Conseil général du Félibrige au sujet de l’interprétation du Chant de la Coupe. Il en rappela sommairement quelques explications. Puis, très solennellement, dans le recueillement et la sérénité, Coupe en main, le capoulié voulu adouber cette décision devant le tombeau. Ces minutes ont eu véritablement quelque chose de prenant. L’émotion était palpable.

Le soir même, le baile du Félibrige parlait d’un « discours didactique, inspiré, renouvelé et patriote », mais aussi de « l’idée superbe et très émouvante, de lever la Coupe sur le tombeau du Mèstre » et d’un « très grand moment où seul le vent se manifestait : souffle symbolique de notre âme bafouée. J’ai été excessivement fier pour tous ceux qui nous ont précédés sur ce haut lieu de mémoire, pour tous ceux qui nous ont confié cette tâche, pour tous ceux qui un jour, nous ont fait confiance, nous ont confié la responsabilité du mistralisme » et d’ajouter :

« Je ne voulais manquer à aucun prix, ce moment d’intense partage félibréen. Que tout cela demeure à jamais gravé en lettres d’argent (de celui dans lequel est ciselée la Coupe) dans le cœur chacun, et que chacun y puise la force de faire luire sans fin l’Etoile à sept rais qui nous éclaire et nous guide ».

Dans le prolongement de la cérémonie l’occasion était trop unique pour ne pas se soumettre aux très nombreux objectifs des photographes. Quantité de clichés furent pris avec M. le maire de Maillane, avec les élus, avec les maillanais, avec les majoraux, avec la reine du Félibrige Angélique Marçais, avec la reine d’Arles…

Suivi la réception de la municipalité devant le Musée Mistral et au Centre Frédéric Mistral.

Belle journée dont chacun longtemps en gardera le souvenir.

Discours du Capoulié Jaque Mouttet

« Amo de-longo renadivo, Amo jouiouso e fièro e vivo ».

Vaqui lou sèns dóu segound grand pouèmo de Frederi Mistral : Calendau.

Esterello encarno l’amo de la Prouvènço, aquelo amo simbèu de la lengo e de soun aparamen, mai peréu simbèu de la naturo, simbèu de la pouësìo. À travès d’Esterello Mistral esprimo majamen e dins touto sa plenour l’amo d’uno civilisacioun esvalido que de siècle de tèms faguè lou chalun e la glòri de l’Europo, uno amo que dins uno douço desiranço Mistral aurié vougu vèire tourna viéure ; n’enauro à cha un tóuti li souveni.

Calendau es lou pouderous raconte de l’istòri nostro que tóuti devrien aprendre à l’escolo, es un inne à la liberta, à la mestrìo e à la vertu patrioutico, es uno lucho contro la centralisacioun e l’unifourmita.

Temounian au Mèstre, vuei,  respetousamen clina davans lou cros, nosto recouneissènço, nosto deferènci de nous agué alarga l’aflat de soun ensignamen, de nous agué aussa lou cor vers la counsciènci de ço que sian. Emé Calendau, un pople qu’èro à mand de s’esmara, retroubè si marco, soun istòri e sa memòri.

Mai que mai counsciènt d’aquelo realita, d’aquelo benurouso astrado, despièi li gorgo de la Nesco au mes de mai, pièi à Sant-Auban e à n-Eiglun au mes d’avoust e fin qu’à Cassis, lou 30 de setèmbre venènt, auren dignamen celebra, dins si piado, dins soun èime e la fervour, li cènt cinquanto an de Calendau.

Dignamen, peréu, avèn celebra li cènt-cinquanto an de la Coupo. A Scèus, proumié, pièi en Avignoun lou 30 de juliet e enfin sara lou proumié d’óutobre em’uno journado d’estùdi di mai drudo, à Bèu-Caire. « La Coupo d’argènt e la Cansoun de la Coupo se counfoundon dins aqueste bèn que se pòu pas dessepara. La Coupo d’argènt e la Cansoun de la Coupo fan qu’un dins ço qu’an de plus precious : la fraternita e l’ideau », disiéu en Avignoun e à Bagnèro-de-Bigorro disiéu : « Mistral suplico la Coupo que nous vèn di Catalan, de nous vueja lis esperanço e li raive dóu jouvènt, la couneissènço dóu Bèu e dóu Verai, la pouësìo pèr canta tout ço que viéu e encaro, prègo sublimo, lis àuti jouïssènço que se trufon dóu toumbèu ».

La Coupo, Mèstre, en aqueste anniversàri, avèn vougu simboulicamen l’adurre davans la capoucho blanquinello. Aquelo Coupo qu’avès reçaupudo di man di Catalan, qu’avès aubourado e que i’avès begu, la veici en oumenage fervènt e recouneissènt. Aquelo Coupo que vous ispirè l’inne magnifi qu’entousiasmè lou mounde, l’inne que sèmpre enauro vosto pensado e enrego nosto counsciènci, inne à la patrìo, à la glòri dóu terraire e à l’enavans !

La Cansoun de la Coupo que tóuti couneisson souto lou noum de Coupo santo, lou Counsèu generau dóu Felibrige n’a vougu faire evouluna li pratico ligado à soun interpretacioun. Dins un esperit d’ajustamen à noste tèms e en councourdanço emé lis usanço atualo, precouniso aro de s’auboura tre lou proumié coublet e sugeris de pas faire li bano en aquéli que dins l’envanc sarien pèr de picamen di man.

Aquelo decisioun proun marcanto mai grandamen saludado e de-longo qualificado, de flamo, de lucido, de necessàri e en acourdanço emé la vido-vidando, me siéu di, Mèstre, dins lou reculimen e la sereneta, e dins lou fin founs de ma counsciènci, de l’adouba Coupo en man, aqueste 10 de setèmbre 2017, davans vous e en reprenènt enca cop mi paraulo d’Avignoun : « Que longo-mai la Coupo d’argènt e lou Cant de la Coupo guidèsson nòsti pas. Que dins sa lus sèmpre ensignèsson au mounde la fidelita, l’umilita, l’inteligènci, la sagesso, la clarta, lou Verai e lou Bèu ».

 

Cet article a été publié par

Agenda

< 2018 >
Avril
LMMJVSD
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits