Santo-Estello de Nice

Santo-Estello de Nice – 13 au 17 mai 2016

LOGO_SANTO_ESTELLO_final_QUADRI.jpg

La Santo-Estello est le congrès du Felibrige, c’est en même temps un festival de culture d’oc. Cette année la Santo-Estello se déroulait à Nice du 13 au 17 mai ; à Nice ville de palaces avec sa baie des anges et sa promenade des anglais ; Nice, ville où se cotoient des personnes du monde entier ; Nice avec son histoire particulière entre Provence et Italie ; Nice qui a su garder une culture locale riche et qui continue à pratiquer volontiers le parler niçois.

A3_div-_13.jpg

Cette Santo-Estello, initiée par M. Jean-Luc Gag, conseiller municipal, était présidée par le Capoulié Jacques Mouttet. Ce sont environ 400 félibres qui sont venus de tous les Pays d’oc qui s’étaient donné rendez-vous à Nice pour l’occasion.

Vendredi 13 mai :

A4_div-_13.jpg

Dès 16h 30 les félibres étaient déjà nombreux au jardin Albert 1er pour un hommage à Frédéric Mistral au pied de la plaque qui lui est dédiée, la fanfare des Sapeurs-pompiers de Nice a superbement illustré la cérémonie. Le mèstre d’obro Etienne Buravand y déclama magnifiquement les premiers vers de Calendal, des gerbes furent déposées par le représentant du Maire et par le Capoulié avant que chacun prononce une courte allocution.Un peu plus tard, tous se dirigeaient vers la rue Jules Gilly, à la salle du Sénat, pour inaugurer une belle exposition conçue par la ville de Nice sur le thème « le Félibrige et les niçois ». Cette exposition très bien documentée retraçait l’histoire du Félibrige à Nice depuis la création, par Léandre Sardou, de « l’Escòla de Bellanda » en 1880 jusqu’à nos jours. Histoire marquée au cours des années par trois Santo-Estello (1936 – 1960 – 1982), par quatre Majoraux : Pierre Devoluy, Joseph Giordan, André Compan, Adolphe Viani.

10-13_A-M.jpg

C’est vers 18h 30 que les félibres se retrouvaient au Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain. Dans l’auditorium, M. Hervé Barelli expliquait, avec compétence et beaucoup de détails, les relations compliquées et bien souvent conflictuelles entre Nice et la Provence, faisant remarquer en particulier qu’appartenance culturelle et appartenance à un état sont souvent bien différentes ; ceci ayant permis aux niçois de conserver une culture et un parler aujourd’hui encore bien vivants.

1-DSCN2536.jpg

En soirée, sur la place St François se déroulait la « Fête des mai » avec concours de jeux traditionnels le Pilou et le Mourra dont les coupes ont été remises aux vainqueurs par le Capoulié Jacques Mouttet. La soirée se terminait par un bal traditionnel.

Samedi 14 mai :

1-DSCN2543.jpg

Dès le matin 8h, place Garibaldi, à l’espace des associations s’est réuni le Bureau général où, entre autres choses, ont été examinées les propositions d’attribution de titres de Maître d’œuvre, et Maître en gai-savoir, de lettres de félicitation ainsi que les demandes d’adhésion d’associations au Félibrige.

22-14_M.jpg

A 9 heures et demie, au même endroit ce sont les majoraux qui se sont réunis en Consistoire. Là on a parlé des soucis, du Félibrige face aux prises de position de la plupart des parlementaires avec le refus par le Sénat d’autoriser la discussion sur les possibilités par la France de ratifier la Charte européenne des langues régionales, sur le refus des députés de voter une loi en faveur des langues régionales. Bien sûr on a évoqué les inquiétudes quant aux attaques quasi permanentes, un peu partout en France contre l’enseignement des langues régionales. Différents projets ont été évoqués pour 2017 devant ensuite être présentés au Conseil général du lundi, en particulier celui d’accorder une place plus importante aux jeunes félibres. Enfin un nouveau Majoral a été élu en la personne de M. Gilles Désécot d’Antibes Juan-les-pins, il est Vice-président régional du Félibrige pour les Alpes-maritimes, professeur de provençal depuis de très nombreuses années, organisateur de quantités de manifestations félibréennes dans son secteur, poète à l’occasion, il a aussi été le principal organisateur de cette Santo-Estello de Nice. Pendant ce temps les félibres pouvaient suivre différents circuits de visite thématiques dans Nice (langue niçoise, Nice barroque, cité belle époque, chapelles des pénitents …).

1-DSCN2563.jpg

L’après-midi, au Palais de la Méditerranée les deux groupes niçois d’Arts et traditions populaires, « la Ciamada nissarda » et « Nice la Belle » donnaient un remarquable spectacle de danses traditionnelles du pays niçois.
A la suite se tenait une table ronde où ont été évoqué les Majoraux du pays de Nice : Pierre Devoluy par l’ancien Capoulié Pierre Fabre ; Joseph Giordan par Roger Casiglia ; Francis Gag par son petit-fils Jean-Luc ; André Compan par son fils Michel. Ce fut un petit colloque très enrichissant où les propos des conférenciers étaient souvent teintés d’émotions personnelles.
Après avoir profité des restaurants de la vieille ville où étaient proposé tout l’éventail des plats traditionnels niçois, les félibres — et nombre d’habitants de la ville — se retrouvaient au Palais de la Méditerranée pour un magnifique spectacle de chants polyphoniques des Alpes du sud donné par l’incontournable Corou de Berra, de renommée internationale, conduit par M. Michel Bianco

Dimanche 15 mai :

1-DSCN2585.jpg

Le matin, vers 9h, un certain nombre de félibres se retrouvaient sur le Boulevard Carabacel pour rendre hommage à Pierre Devoluy, qui fut Capoulié du Félibrige au début du 20è siècle, décédé à Nice, une gerbe de la Ville et une gerbe du Félibrige furent déposées devant les plaques qui rappellent sa mémoire.
-A 10h les félibres, en grand nombre, se joignaient aux fidèles habituels à la cathédrale Sainte Réparate. La messe était célébrée en partie en niçois par le Père Michel Angella, administrateur de la cathédrale, son remarquable sermon a été très apprécié de tous.

1-DSCN2595.jpg

A la sortie de la messe un cortège s’est formé pour parcourir les rues du vieux Nice devant une foule enthousiaste, on y voyait les groupes folkloriques venus des 6 Maintenances des Pays d’oc, ceci pour affirmer la diversité des Arts et traditions populaires de nos pays.

1-DSCN2597.jpg

En tête se trouvaient le Capoulié Jacques Mouttet, la Reine du Félibrige, la niçoise Angélique Marçais, et le Maire, Président du Conseil régional, M. Christian Estrosi, ainsi qu’un certain nombre de membres de la municipalité dont M. Jean-Luc Gag.

1-DSCN2622.jpg

Le cortège s’est terminé sur la place Pierre Gauthier où ont été prononcés les discours d’usage ; on y a remarqué en particulier la détermination du Capoulié d’œuvrer et non d’observer et la volonté du Président Estrosi de faire interdire l’emploi du sigle PACA pour désigner la Région Provence-Alpes-Côte d’azur.

129-15_A-M.jpg

Ce sont quelques 400 personnes, félibres ou non, qui se sont rassemblées l’après-midi au Palais de la Méditerranée pour assister à la Cour d’amour présidée par la Reine Angélique. Là, les uns après les autres, les ensembles des différentes Maintenances dansèrent, montrant toute la richesse des costumes traditionnels des Pays d’oc ainsi que la maîtrise des danseurs et la variété des danses. Etaient présents : pour Aquitaine : lo Bornat dau Perigòrd ; pour Auvergne : lous Bouscas ; pour Gascogne-Haut Languedoc : Les Pastourelles de Campan ; pour Languedoc-Roussillon : la Joventut de Perpignan ; pour Limousin : l’Estella limousina et pour Provence : la Capouliero.

139-15_A-M-2.jpg

En fin d’après-midi, devant le même public se déroulait la séance académique des Laus : tour à tour les nouveaux majoraux, élus l’an dernier, ont prononcé l’éloge de leur prédécesseur, éloge du Majoral François Mouret par le Majoral Gabriel Brun, éloge du Majoral Adolphe Viani par le Majoral Jean-Bernard Plantevin.

153-15_S.jpg

Pareillement en soirée la foule comblait la grande salle du Palais de la Méditerranée où le Théâtre Niçois de Francis Gag donnait la pièce « Raça ‘stirarassa ». Une pièce remarquable écrite par Jean-Luc Gag, sur un canevas établi autrefois par son grand-père Francis Gag. Comédie de mœurs, bien enlevée, parfaitement jouée avec des acteurs qui n’ont d’amateur que le nom ! Le public unanime leur a fait une ovation.

Lundi 16 mai

D1_dil-_16.jpg

1-DSCN2649.jpg

Comme de coutume les Félibres se sont réunis dès 9h pour le Conseil général constitué des majoraux, des Sendi (présidents régionaux), des délégués des six Maintenances. Là, le Capoulié Jacques Mouttet dans son rapport moral disait entre autres : « Ansin, lou grand merite dóu Felibrige, mau-grat lis entravadis e l’endiferènci es de s’èstre sèmpre mantengu, d’agué passa lis an e lis embàrri sènso s’acipa, de demoura viéu, bèn-anant e enveja. Vaqui ço que retenèn de noste Felibrige : la forço, la tenesoun, e, sarié qu’au travès qu’aquéli mot, lou Felibrige es uno vitòri ».
Jacques Mouttet donna ensuite le rapport d’activités pour 2015, il dit les nombreux voyages qui l’ont conduit à la rencontre des Félibres de toute la terre d’Oc, sa satisfaction de voir que le nouveau Conseil départemental des Bouches du Rhône a officiellement décidé de poursuivre les travaux de rénovation du Museon Arlaten après bien des vicissitudes. Il rappela la belle participation du Félibrige à l’Estivada de Rodez. Il dit sa satisfaction d’être allé avec une importante délégation de félibres en Lorraine, sur les lieux même des combats, rendre hommage aux soldats calomniés du 15è corps, d’autant plus que depuis 100 ans ceci ne s’était pratiquement jamais produit ! Il fit état également de la lettre ouverte au Président de la République ainsi qu’à certains ministres déposée le 23 octobre dans 37 préfectures du sud de la France, lettre ouverte demandant que les régions nouvelles tiennent compte de la réalité historique et culturelle de chaque « pays », demandant aussi que cesse la discrimination de fait subie par les langues et cultures régionales, qu’une loi soit rédigée et votée en faveur de celles-ci ; il faisait remarquer que les média ont accordé de très nombreux compte-rendu au sujet de cette lettre, que de nombreux parlementaires et personnalités ont fait part de leur soutien à ces revendications. Il parla aussi du travail du Conseil de l’Ecrit Mistralien qui de jour en jour modernise le Trésor du Félibrige et dont les premières actualisations seront bientôt mises en ligne sur un site internet ; des éditions du Félibrige qui ont publié les « Actes du colloque Pau Pons », les « laus » de majoraux et une traduction en langue d’oc de poèmes de Tagore.
De plus, sur proposition du Consistoire, le Conseil général du Félibrige a adopté à l’unanimité une motion qui va être adressée au gouvernement, celle-ci demande essentiellement : « … que les régions du sud de la France conservent les noms attachés à leur histoire ou aux usages : Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes, Languedoc-Pays catalan, Provence-Alpes-Côte d’Azur et, que le nom de cette dernière ne soit plus réduit au vilain acronyme de PACA, que l’utilisation de ce sigle, ou tout autre pour les nouvelles appellations qui seront retenues, soit puni par la loi ».
Il y eut bien sûr le compte-rendu des activités des Maintenances, le bilan financier et la présentation du budget de l’année prochaine, tout ceci pleinement satisfaisant. Le Capoulié a remercié le Secrétaire général André Gabriel ainsi que le Trésorier M. Guy Revest pour le travail accompli avec sérieux, compétence et rigueur tout au long de l’année.
Enfin le Capoulié a annoncé que l’année prochaine la Santo-Estello se déroulera à Bagnères de Bigorre. Les propos du Capoulié ont été illustrés au fur et à mesure par un diaporama qui montrait les différentes activités félibréennes.
Pour l’exercice de l’année à venir le Conseil général a donné son accord pour les actions du Félibrige : préparation les Grands Jeux floraux septennaires de 2018 ; colloque, en janvier 2017 à Béziers, consacré au linguiste et grammairien Jules Ronjat ; rénovation du site internet www.felibrige.org ; colloque : « le Félibrige dans la guerre de 14-18 » ; célébration en 2017 du cent-cinquantenaire de « Calendau » poème de Frédéric Mistral, et du cent-cinquantenaire de « la Coupo santo » ; participation à l’Estivada de Rodez du 21 au 23 juillet …

1-DSCN2654.jpg

Après la levée de séance, ce sont près de 250 félibres qui se réunissaient dans une salle voisine au Palais de la Méditerranée pour le « Banquet solennel de la Coupe ». Suivant la coutume y furent proclamés le nom du nouveau Majoral :

165-16_A-M.jpg

M. Giles Désécot,

166-16_A-M.jpg

et celui de M. Alain Bruneau Maître en Gai-savoir ; puis les noms des nouveaux Maîtres d’œuvre et ceux des personnes ayant reçu une lettre de félicitations du Félibrige.

185-16-05_A-M.jpg

Le Capoulié M. Mouttet prononça son discours de la Coupe disant entre autres propos : « … Pour nous Félibres, l’identité doit rapprocher et non opposer. C’est une façon d’affirmer des convictions et des racines certainement, mais en même temps, de comprendre d’autres groupes humains, d’avancer ensemble, de leur apporter de l’aide, de leur parler, de travailler ensemble. Quel enrichissement, quel devoir que de saisir l’identité des uns et des autres. L’identité ne s’impose pas, ne se subit pas. Les identités aussi nombreuses qu’elles soient façonnent la face du monde, rayonnent comme un bien universel » ; et citant Amin Maalouf, il ajoute : « Ce qui est meurtrier, c’est de définir son identité contre l’autre ».

1-DSCN2713.jpg

En soirée c’est dans le Théâtre Francis Gag que les félibres ont pu apprécier avec grand plaisir un spectacle donné par les jeunes niçois qui apprennent leur langue dans différents établissements scolaires de la ville, spectacle composé par leurs professeurs, tous profondément passionnés par la culture et la lengo nostro.

Mardi 17 mai

1-DSCN2739.jpg

Vers 9h deux cars se présentaient sur l’avenue des Phocéens pour emmener une centaine de félibres à la découverte du pays mentonnais.
En fait dans un premier temps ils allaient jusqu’à La Turbie pour y admirer le Trophée des Alpes érigé sur l’ordre d’Auguste quelques années av. J-C. après qu’il ait soumis à Rome les différentes tribus gauloises des Alpes. Les Félibres écoutèrent avec intérêt et plaisir les explications au sujet de ce monument, à la fois claires et savantes, de M. Michel Compan, docteur en histoire, explications sur son origine, ses vicissitudes au cours des siècles, sa restauration au 19è siècle et les aménagements récents.

1-DSCN2746-2.jpg

Ensuite les cars descendirent sur Menton où les excursionnistes s’arrêtèrent d’abord pour découvrir la collection de palmiers et d’autres plantes exotiques du jardin Maria Serena. Visite terminée, Madame Martine Caserio, adjointe au Maire et épouse du Majoral Jean-Louis Caserio reçut les félibres au nom de la municipalité, quelques discours d’usage, remises de médailles et bel apéritif firent de ces instants un moment chaleureux.

220-16-05_A-M.jpg

Les Félibres se rendirent ensuite au Casino Barrière où un excellent repas leur fit découvrir quelques spécialités de la cuisine mentonnaise.
L’après-midi tous se retrouvèrent à la Mairie où Madame Caserio à nouveau leur fit les honneurs de la ville et leur montra la magnifique salle des mariages décorée par Jean Cocteau, peintures aux murs et au plafond, tapis, candélabres, portes, tout provient de l’inspiration du Maître et rend ce lieu unique.

240-16-05_A-M.jpg

Ensuite sous la conduite du Majoral Caserio, les félibres allèrent visiter dans la vieille ville la basilique Saint Michel et ses trésors baroques.
Vers 19h les cars étaient à nouveau à Nice sur l’avenue des Phocéens, les félibres se dirent au revoir espérant bien que l’année prochaine à Bagnères de Bigorre la Santo-Estello serait aussi bien réussie !

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Novembre
LMMJVSD
    1
  • 10:00 -13:00
    01-11-2019

    http://www.felibrige.org/?p=2945&preview=true

23
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
  • 11:00 -16:00
    30-11-2019

    http://www.felibrige.org/2019/11/06/moubilisacioun-generalo/

 
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits