la Revisto N° 289

« Lou Felibrige – la Revisto » : N° 289 – Juillet-Août 2015

Vous pouvez commander la revue du Félibrige : « Lou Felibrige » à : Felibrige – Parc Jourdan – 8 bis Av. J. Ferry – 13100 Aix en Provence – Prix : 5,00 euros ; Abonnez-vous pour : 1 an – 6 numéros : 26, 50 euros. Établissez un chèque à l’ordre de : Felibrige. Pour vous abonner, il n’est pas nécessaire d’être membre du Félibrige. Courriel : contact@felibrige.org – Visitez notre site : www.felibrige.org

Résumé des articles dont nous rappelons qu’ils sont entièrement écrits en langue d’oc.

Editioral : Bref résumé du rapport moral présenté par le Capoulié lors du Conseil Général du Félibrige le 25 mai 2015 à la Ste-Estelle : « … Conforté par mon élection, l’an passé, vous m’avez donné quelques raisons de penser que, ma façon d’agir pour conduire notre Félibrige, vous plaît… la fonction du Capoulié doit être de pratiquer la sagesse, sans autoritarisme ou diktat, pour une œuvre à partager dans la concertation, le respect, la tolérance, avec l’aide de tous, dans le seul but d’avoir un Félibrige fort… le Félibrige a continué en 2014-2015, à mouvoir des influences intellectuelles et morales qui ne sont pas à dédaigner. Je suis confiant, que par la seule vertu d’un message de paix et de concorde, le Félibrige obstiné, fraternel et amical pourrait rassembler l’espérance de tous ceux qui veulent retrouver une saine vie nourrie de richesse humaine et des profondes valeurs de notre civilisation méridionnale. »

La Cabrette : 120 ans. La revue auvergnate a connu quatre périodes :
– la première Cobreto (1895-1900), avec Vernemouze,
– la deuxième (1920-1939), avec Henri Dommèrgues,
– la troisième (1947-1948) éphémère reprise après guerre,
– la quatrième de 1958 à nos jours, dirrigée par Jean Fay et Alfred Prody au début, puis par Jean Fay et Clément Besombes sur la fin, enfin par Michel Bonnet, son directeur actuel.
-L’idée de La Cabrette est liée à la fondation du Félibrige. Le premier numéro est sorti en 1895 à 7000 exemplaires, illustré avec le fameux Félix Tourdes. (par le Majoral Noël Lafon).

Louis Foucard (1852-1915) : Artiste des plus émouvants du Marseille 1900, était l’aîné d’une famille modeste, du quartier de La Plaine Saint-Michel. Au décès de son père, il quitta l’école pour chercher du travail. Il voulait, plus que tout, monter sur scène et jouer la comédie. À 20 ans, un directeur le repéra et le fit jouer. Mistral le remarqua dès 1891, journaliste il écrivait des chroniques dans les journaux régionalistes. Il est l’auteur d’une Grande Pastorale en 5 actes. Quelques jours avant sa mort, sourd et mal-voyant, il jouait encore pour les blessés de guerre à l’hôpital militaire de Marseille. Son ami Valère Bernard dit dans son éloge funèbre « Comme la cigale, il est mort en chantant ».

Florian et Sceaux.
Sceaux : félibrée 2015 du 5 au 7 juin. Sous le signe de J.-P. Claris de Florian, la félibrée a marqué la fin de la translation de ses cendres. La vie et l’œuvre de Florian furent évoquées dans une conférence et le Capoulié évoqua Florian et l’origine de la tradition félibréenne de Sceaux.
-Après la messe, sous la conduite de M. J-L. Oheix, les félibres passèrent dans le jardin nouvellement aménagé. Désormais les bustes de Florian et de Frédéric Mistral sont côte à côte au sud du bassin, les autres colonnes semblent leur faire une allée d’honneur. (par la Cigale du Trélus o de Sant-Maime).
– Florian et les félibres, la naissance de la tradition félibréenne à Sceaux. À Sceaux et à Paris, Mistral imposa son autorité et ses idées. Les fêtes félibréennes de Sceaux ont jalonné et marqué l’Histoire du Félibrige. Rendons hommage à Paul Arène à qui l’on doit ce formidable conte qui valut à la ville de Sceaux le titre de Sòci du Félibrige, et à tous ceux qui ont perpétué jusqu’à aujourd’hui ce pèlerinage. Autour d’une banale tombe une enclave méridionale a pris corps. 85 ans après sa mort, Florian fabuliste et homme de lettres languedocien donnait vie à la Félibrée de Sceaux. (J. M.)
-Pourquoi Florian ? Dans une longue pièce, Mous soubenis, datée de 1830, le poète Jasmin, reconnaît Florian parmi les auteurs qui l’ont influencé. Lorsque l’on sait l’importance historique de l’œuvre et de l’action de Jasmin, précédant celles du Félibrige, pour la renaissance des lettres d’Oc dans la première moitié du 19ème siècle, il est important de remarquer cet aveu. Les premiers félibres parisiens firent de Florian un des leurs et décidèrent, à partir de 1878, de venir lui rendre hommage chaque année. (Majoral J-François Costes).

Excursions mistraliennes :
-Au château d’Aiglun : Esterelle évoque devant Calendal son petit château d’Aiglun, dernier bien de la famille des Baux. Aiglun, dans les Alpes-maritimes, est à 6-700 mètres d’altitude, assez isolé de tout. Y-a-t-il seulement eu un jour un château dans ce lieu ? Dans le village accroché à la montagne il y a par contre l’auberge de Calendal, où jusqu’alors on ignorait tout du poète et de son œuvre. Plus au nord, à -Saint-Auban, à l’entrée de la cluse se trouve une plaque commémorative posée en 1966, restaurée en 2014 par le maître d’œuvre Gilles Desecot, en plein accord avec la mairie.

Le sable de l’Anglore : c’est le titre d’un recueil de poèmes du poète-majoral Pierre Millet ; car ce sable, est sans doute source de poésie. Près de Pont-St-Esprit, on peut aller au point même où se joignent le Rhône et l’Ardèche, là où paraît-il demeurait l’Anglore. Pour y aller suivez les indications données dans cet article, il paraît qu’on trouve là des paillettes d’or dans le sable apporté par l’Ardèche ! (Par C de Z).

AGENDA :
Du 18 avril au 7 juin, le Capoulié du Félibrige a honoré de sa présence 11 manifestations, et un certain nombre de majoraux ont représenté le Félibrige lors de nombreux évènements.

ACTUALITÉS

Toujours la Charte… la proposition de loi constitutionnelle portant ratification de la Charte européenne des langues régionales adoptée par l’Assemblée nationale le 28 janvier 2014 n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Sénat. Le Capoulié a écrit en novembre 2014 à l’ensemble des sénateurs du Midi à ce sujet. Une proposition de loi constitutionnelle ne peut aboutir que suite à un référendum et … il n’en est pas question ! C’est donc au moyen du Congrès que le Président a décidé de faire avancer le dossier. François Hollande Président de la République a écrit le 1er juin 2015 au député Jean-Jacques Urvoas : « … j’ai demandé à la Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, de préparer un projet de loi constitutionnelle ayant cet objectif. Il sera prochainement soumis au Conseil d’État. Je souhaite qu’il soit inscrit à l’ordre du jour du Parlement dans les meilleurs délais. »

Et la réforme des collèges. Le 18 mai dernier, le Capoulié a écrit à Madame La Ministre de l’Éducation Nationale, lui faisant part de « …. ma réelle perplexité et ma profonde inquiétude en ce qui concerne l’enseignement des langues régionales lors de l’annonce de la réforme des collèges et à la lecture de votre courrier du 17 avril dernier… Avec la réforme annoncée du collège, les langues régionales d’abord limitées aux Enseignements Pratiques Interdisciplinaires (E.P.I.) avec une heure hebdomadaire, pourraient, dans un second temps, être enseignées sur les moyens des établissements en complément des E.P.I. une heure en 5ième et deux heures en 4ième et 3ième ce qui paraît bien réducteur et aléatoire selon les dotations horaires plus ou moins abondées allouées aux établissements… Le risque de voir – à court terme – disparaître l’enseignement des langues régionales à part entière au profit d’une simple sensibilisation culturelle évoquée dans les E.P.I. selon les choix des Conseils pédagogiques et des chefs d’établissement est bien fondé. Serait-ce l’objectif de cette réforme ?…”

Région Aquitaine Midi-Pyrénées : L’OPLO. M. David Grosclaude, conseiller régional d’Aquitaine, entama une grève de la fain le 27 mai passé, pour mettre en lumière le mépris de l’État et la non publication au J.O. d’un décrêt nécessaire pour rendre officiel la création d’un office public de la langue, voté en juin 2014 par les Conseils régionaux d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées. Le Félibrige publia un communiqué avec un passage du discours de la Coupe qui répond point par point à la situation dénoncée, dans la droite ligne des revendications félibréennes qui ont justifié sa fondation et marqué son histoire, il salua ensuite avec déférence l’acte déterminé et courageux du conseiller régional d’Aquitaine.
-Un document, donnant satisfaction à la demande, co-signé par les Ministres de la Culture et de l’Éducation nationale, adressé aux deux présidents de régions, parvenait au greviste de la faim le 3 juin, mettant ainsi fin à son action.

Le Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur adoptait le 29 mai, le Contrat de Plan Etat région 2015-2020 en ces termes : « La région bénéficie d’un dispositif culturel important, à forte visibilité, souvent prestigieux mais présentant des points de fragilité. La culture, dont la promotion des langues régionales, doit avoir pour rôle premier de consolider et raffermir les liens sociaux tout en participant du développement économique de la région et en renforçant son attractivité ».

Echos des maintenances

Aquitaine

Inauguration d’une plaque bilingue place de Jasmin : de son vrai nom Jacques Boé, il est né à Agen le 6 mars 1798. Il doit son pseudonyme familial à une fleur de jasmin qu’arborait son père. C’est le poète le plus représentatif de ce début du 19ème siècle. Ses œuvres nombreuses sont réunies dans un recueil « Las papilhòtas » en souvenir de son métier de perruquier. Une plaque à sa mémoire a été inaugurée à Agen le 12 mai dernier en présence du Capoulier, du maire de Maillane et des autorités municipales d’Agen.
-Paroles du Capoulié à l’occasion de l’inauguration de cette plaque : « Frédéric Mistral avait considéré comme un devoir d’aller assister et applaudir à la glorification du grand poète méridional… Oui, Monsieur le Maire, je me fais un devoir tout à la fois d’honorer la prestigieuse personnalité de Jasmin, puis, avec émotion et humilité de poser mes pas dans ceux de Mistral et enfin de témoigner à la ville d’Agen toute ma gratitude au regard de son engagement pour prolonger le souvenir de notre grand prédécesseur Jasmin et inscrire son enseignement, son actualité dans le monde d’aujourd’hui …»

Journée de Culture Occitane du Bornat du Périgord : à Roufignac le 6 mai, en l’honneur de :
– « Justin de Selves (1848-1924), le Félibrige de son époque ».
– Seconde partie consacrée à d’autres personnalités occitanes : Quercy, Perbosc, Jasmin, Lachambeaudie, Bouilhac, Clédat, Leroy et Guillaumie.
– puis Jacques Lascaux évoqua Guy Bonnet (1925) en lisant avec émotion le poème « Les anes de Marsaneix ».

Manif à Périgueux pour l’occitan à l’école ! Quelques 300 personnes se sont retrouvées à Périgueux pour crier leur colère face à la nouvelle réforme des collèges. Le défilé était animé par un groupe de musiciens, coloré par de nombreuses banières dont celle du Bornat du Périgord, le Félibrige.

Gascogne-Haut Languedoc :

Le 30 août 2015, un hommage sera rendu à Philadelphe de Gerde, contact avec la majorale Paulette Baylac-Serret : paulettebaylacserret@orange.fr

Félibrée au pays de l’ours à Arbas les 28 et 29 août prochains, conférence du majoral Jean-Claude Dugros sur La Fin’Amor, hommage au majoral Louis Dejean, cour d’amour, animations musicales, prendre langue avec Evelyne Auban, syndic : 06 52 96 87 37

Limousin :

Passées à L’Unesco : À Limoges, dans l’hôtel de Région, le 23 avril dernier, séance solennelle de remise des diplômes d’inscriptions des Ostensions limousines sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Désormais deux thèmes limousins, marquants, sont inscrits au patrimoine de l’Unesco : la tapisserie d’Aubusson et les Ostensions limousines (les prochaines en 2016). Les limousins sont très fiers, de marquer ainsi leur forte identité.

Provence :

Le Félibrige en mouvement :
– 19 septembre, sur une idée de la Maintenance de Provence et avec son concours, le Félibrige organise une grande journée poétique et musicale. Elle se déroulera à Marignane, ouverte à tous et gratuite. À 18h : vin d’honneur offert, puis dîner (19 h) servi sur réservation, s’inscrire auprès de : Felibrige – 8 bis av. Jules Ferry – 13100 Aix en Provence , chèque de 25 € /personne. Evènement à ne pas manquer pour partager la poésie, la musique classique et moderne. Nous vous espérons nombreux.
– 23 octobre, dépôt en préfecture d’une lettre ouverte portant sur les revendications linguistiques et régionalistes exprimées par le Félibrige.
– 24 octobre, journée nationale et unitaire en France pour les langues régionales. À Pélissane, manifestation pour la transmission de notre langue et de notre culture. Félibres ou non, la Maintenance de Provence propose de venir nombreux affirmer votre foi mistralienne. La journée débutera à l’Espace le Félibrige par l’inauguration d’une plaque en l’honneur de Marie-Louise Jullien. Repas libre, pique-nique.

Rappel, position félibréenne adoptée par le Consistoire le 23 mai 2015 : « Considérant la situation catastrophique de la langue d’oc et toutes les menaces qui pèsent lourdement sur sa transmission, et partiellement son enseignement, le Félibrige ne peut rester indifférent à l’organisation des manifestations en dehors de tous partis politiques. En conséquence, le Félibrige encourage les félibres à participer aux manifestations qui leur sembleront les plus conformes à l’esprit mistralien. »

LIBRAIRIE

Dans le mortier de l’Aiòli : De 1891 à 1899 Mistral écrira dans son journal l’aiòli, des articles très nombreux et variés, un moyen pour manifester ses idées. « Rajado d’escrituro dins lou Mourtié dóu journau l’Aiòli » écrits de Frédéric Mistral, présentés par Bernard Giély – Ed. Prouvènço d’aro – 670 p. en 14 x 21 cm. – 23 € – chèque à l’éditeur : 18 rue de Beyrouth – 13009 Marseille – 06 83 48 32 67 – lou.journau@prouvenco -aro.com

Dans un village provençal après guerre : témoignages sur la vie d’un village de Provence, Pierrelatte, devenus aujourd’hui un document ethnologique . « Remembranço – Pierrelatte 1944 à 1955 » par Maurice Blanc
– Ed. à compte d’auteur – bilingue – 145 p. en 15 x 22 cm. – 15 €, port compris – payer et commander à : Maurice Blanc – 7 allée des félibres – 26700 Pierrelatte – 04 75 04 22 61.

Réédition du Poème du Rhône : Cette réédition est très intéressante par la présentation qu’en fait Mme Magrini, le Poèmer du Rhône était le sujet de saz thèse de doctorat. « lou pouèmo dóu Rose » par Frédéric Mistral, présenté par C. Magrini – illustré
– Ed. A l’asard Bautezar – 400 p. en 14 x 20 cm. – 23 € – en librairie.

Mistral toujours nouveau : un nouveau livre sur Mistral qui nous fait découvrire des aspects peu connus ou méconnus du Maître de Maillane. « Présence de F. Mistral » par un collectif sous la direction de Sylvestre Clap – richement illustré – Ed. les amis du Palais du Roure – 180 p. en 21 x 23 cm. – 20 €
– Palais du Roure – 3 rue collège du Roure – 84000 Avignon.

Trois Nouvelles nouvelles : trois récits bilingues qui mettent en scène des situations et des personnages un peu étranges.
-« Esperit de sau » par Mathieu Poitavin – – Ed. l’aucèu libre – 160 p. en 10 x 17,5 cm. – 14 € – L’Aucèu libre – les brus – 800 ch. de la gare – 30250 Salinelles.

Notre Histoire : un remarquable résumé de l’Histoire de Provence dans sa globalité, détaillé sans longueur, tout y est : Provence, Comtat-venaissin, comté de Nice et Principauté d’orange « La Provence des origines à nos jours » par Régis Bertrand
– Ed. Ouest-France – 128 p. en 19 x 26 cm. très nombreuses illustrations – 18,5 € – en librairie.

FELIBRIGE

Election – Nominations 2015
-Le Consistoire du Félibrige, à Laroquebrou le 23 mai 2015, sous la présidence du Capoulié Jacques Mouttet a élu félibre majoral :
– titulaire de la Cigale de la Patrie, précédemment tenue par François Mouret, le félibre mainteneur Gabriel Brun d’Aigues-Mortes.
– titulaire de la Cigale du Ventoux, précédemment tenue par Adolphe Viani, le félibre mainteneur Jean-Bernard Plantevin de Mazan.
Le Consistoire a fait des maîtres et maîtresses d’œuvre, attribué des Lettres de Félicitations, dont la liste est dans la revue du Félibrige n° 289.

Le Conseil Général du Félibrige réuni à Saint-Etienne Cantalès, le 25 mai 2015 a réintégré comme école félibrenne la Société d’art et d’histoire du mentonnais de Menton et fait Ecoles félibréennes : Nati Vati tóuti coumenges de Bazin-Garraux, et l’école de l’Óuliveto d’Ùpi.
La simple adhésion au Félibrige (art. 18 des statuts) fut acceptée pour le Quadrille sisteronnais, fanfare du Boumas de Sisteron.

Séance de réflexion : « des idées pour l’Idée » : sous la présidence du Capoulié, lors de la Sainte-Estelle, les félibres se sont rassemblés en séance plenière, puis répartis en 4 groupes de travail, pour réfléchir sur l’actualité et le devenir du Félibrige. On a retenu : des constations intéressantes, des commentaires et remarques judicieux. Il faut donc maintenant réfléchir pour définir et créer des solutions appropriées.

Rassemblement des présidents / cabiscòu d’écoles félibréennes : c’est la première fois que le Capoulié les réunissait, assisté du secrétaire général, du trésorier et des syndics. Cette réunion faisait suite à une lettre que le Capoulié leur avait adressée, afin que chacun puisse exprimer de vive voix, ses réflexions et souhaits, dans l’unité de la mission qui les attend.

Liste des nouveaux mainteneurs inscrits au cartabèu en 2014 des n° 15213 au 15317 (cf. la revue n° 289).

Écho de douleur : le majoral Lucien Durand, maillanais de naissance, est dédédé à Martigues, le 19 avril dernier, à 85 ans. Majoral, titulaire de la Cigale du Mount Ventùri en 1989, à la suite du majoral Pierre Rouquette. Il organisa deux Santo-Estello à Martigues en 1991 et 2006. Assesseur de Provence de 1995 à 2010. Il accomplit un travail marquant auprès des collectivités publiques, de l’Education nationale, à FR3, au Coloc, à Televoc ou à l’Aeloc. Homme tolérant, de consensus, le Félibrige perd, avec Lucien Durand, un grand serviteur de la Cause. Le Félibrige exprime à son épouse et à sa fille la majorale Mireille Durand-Guériot ses sentiments de compassion.

Mortuorum, la liste des mainteneurs que nous avons perdus entre les Santo-Estello 2014 et 2015, est dans la revue n° 289.

Santo-Estello 2016 : le Conseil Général du Félibrige lors de la Ste-Estelle, a adopté, à l’unanimité, la candidature de la ville de Nice, pour organiser la Santo-Estello, présentée par par la Reine Angélique et par Jean-Luc Gag, Conseiller municipal, porteur d’une lettre officielle du Député-maire de Nice.
-Le déroulement des fêtes se passera dans le vieux Nice, de la place Garibaldi au Palais de la Méditteranée du 13 au 17 mai 2016. Pour l’hébergement il est recommandé de contacter au plus tôt :
– Office du tourisme – B.P. 4079 – 06302 Nice cedex 4 – 08 92 70 74 07
– info@otcnice.com – http://www.nicetourisme.com –
http://www.nicetourisme.com/pdf/DOC/Hebergement_Nice.pdf

Estivada de Rodez : pour la 22ème édition, le Félibrige sera présent, sur l’avenue Victor Hugo. Le stand sera tenu sous la responsabilité du majoral Gabriel Brun. Nous y présenterons comme d’habitude notre organisation, nos actions, activités, éditions et aussi les félibres qui le voudront, vendront et signeront leurs œuvres écrites. Les félibres intéressés pour tenir le stand ou proposer leurs livres doivent se faire connaître près du majoral Gabriel Brun 04 66 53 72 49 – -Felibrige.languedocroussillon@orange.fr

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Octobre
LMMJVSD
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits