la Revisto » : N° 286

« Lou Felibrige – la Revisto » : N° 286 – Janvier – Février 2015

Vous pouvez commander la revue du Félibrige : « Lou Felibrige » à : Felibrige – Parc Jourdan – 8 bis Av. J. Ferry – 13100 Aix en Provence – Prix : 4,50 euros ; Abonnez-vous pour : 1 an – 6 numéros : 26, 50 euros. Établissez un chèque à l’ordre de : Felibrige. Pour vous abonner, il n’est pas nécessaire d’être membre du Félibrige. Courriel : contact@felibrige.org – Visitez notre site : www.felibrige.org

Résumé des articles dont nous rappelons qu’ils sont entièrement écrits en langue d’oc.

Editioral : 2014 a été une année riche, mémorable, celle de la célébration du centenaire de la mort de Frédéric Mistral, les manifestations sont venues de toutes parts et le Félibrige se réjouit de cette volonté de ne pas oublier le Maître de la Renaissance provençale. Au seuil de l’an nouveau, le Capoulié présente ses vœux : poursuivre, fermement et vaillamment l’action, attiser l’extraordinaire flamme mistralienne de 2014, garder conscience d’appartenir à un peuple fier et libre, partager avec lui ses biens et ses espoirs, pour empêcher que la langue ne se perdre et la réalité d’Oc ne s’éteigne. Il ajoute avec la reine Angélique, ses souhaits de réussite, de santé pour 2015, et que dans l’amitié qui est notre marque, nous élevions toujours le drapeau de la victoire !

Le parler marchois, son identité et sa nature : Communication du Félibre D. Viargues, lors du colloque du 26 octobre 2013 à Crozant dans la Creuse, organisé par l’association « Les Fruits du Terroir » d’Éguzon-Chantôme, (Indre). Ce’étaitle premier colloque consacré exclusivement au dialecte d’oc marchois, sur le plan linguistique, mais aussi toponymique et historique, géographiques, culturels et religieux. La zone de recherche, comprend aussi les territoires des départements des régions où fut autrefois usitée la langue d’oc, c’est à dire, 4 départements de la région Poitou-Charentes, la Vendée, ainsi que le Cher et l’Indre dans la région Centre.

Amitié entre provençaux et russes à la Belle époque (1880-1914) : La France et la Russie sont liées depuis 1051 avec le mariage du roi de France Henri 1er et Anne de Kiev. Liens renoués au 18ème avec Diderot, Voltaire et la tsarine Catherine la Grande. Il y a eu les liens d’amitiés entre Yvan Pranichnikov et les félibres de Provence (Baroncelli, d’Arbaud, M. Jouveau, etc.). Pranichnikov est l’un des fondateurs de la Nacioun Gardiano. Avec Antoine-F. Marion, Nicolas de Semenow, en relation avec Frédéric Mistral, ces russes et français ont été citoyens de l’Europe bien avant l’heure. En novembre 2012, l’Observatoire franco-russe publiait une analyse intitulée « France-Russie : renouveau et défis d’un partenariat stratégique ».

AGENDA :
Du 18 octobre au 14 décembre 2014, le Capoulié du Félibrige a honoré de sa présence 17 manifestations, et un certain nombre de majoraux ont représenté le Félibrige lors de nombreux évènements.

ACTUALITÉS

Motion, réponse de la présidence : « …Monsieur François Hollande m’a confié le soin de vous assurer qu’il a été pris connaissance avec la meilleure attention des observations que vous lui avez soumises sur ce sujet majeur pour l’avenir de notre pays.…La superposition et quelquefois l’enchevêtrement des compétences, entre nos quatre niveaux d’administration territoriale – région, département, intercommunalités, communes – engendrent des doublons et des surcoûts, brouillent la lisibilité de l’action publique et diluent les responsabilités.…Le faire aboutir (ce projet) implique des bouleversements dont chacun mesure l’importance : treize grandes régions contre vingt-deux aujourd’hui ; une carte intercommunale profondément remaniée autour d’agglomérations et de communautés de communes ayant une taille critique ; enfin, la suppression des départements d’ici 2020, tout en ménageant la possibilité de trouver d’ici là la meilleure formule pour les territoires ruraux, qui doivent conserver un échelon politique et administratif pertinent… »

Lettre du Capoulié aux sénateurs des pays d’oc, du 5 novembre 2014 demandant : « … d’intervenir, sans attendre, pour mettre à l’ordre du jour le vote du texte portant ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, adopté par l’Assemblée nationale le 28 janvier 2014, texte n° 320 (2013-2014) transmis au Sénat le 28 janvier 2014. Article unique : Après l’article 53-2 de la Constitution, il est inséré un article 53-3 ainsi rédigé :« Art. 53-3. – La République peut ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires adoptée à Strasbourg le 5 novembre 1992, signée le 7 mai 1999, complétée par la déclaration interprétative exposant que : « 1. L’emploi du terme de «groupes» de locuteurs dans la partie II de la charte ne conférant pas de droits collectifs pour les locuteurs des langues régionales ou minoritaires, le Gouvernement de la République interprète la charte dans un sens compatible avec la Constitution, qui assure l’égalité de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ;« 2. Le d du 1 de l’article 7 et les articles 9 et 10 de la charte posent un principe général n’allant pas à l’encontre de l’article 2 de la Constitution, en application duquel l’usage du français s’impose aux personnes morales de droit public et aux personnes de droit privé dans l’exercice d’une mission de service public, ainsi qu’aux usagers dans leurs relations avec les administrations et services publics.» Merci de nous permettre d’informer de l’avancement de ce vote plutôt symbolique, mais encourageant pour les défenseurs de la langue d’oc que nous sommes au Félibrige depuis sa fondation par Frédéric Mistral.

Pen-club de langue d’Oc : l’A.G. s’est tenue à Montpellier, le 29 novembre. Rapport d’activités présenté par son président le professeur Jean-Frédéric Brun, renouvellement d’une partie de son C.A. et de son Bureau. Puis des projets ont été soumis : participer au comité international des écrivains de la Paix, des écrivains emprisonnés, poursuivre la publication d’œuvres en langue d’oc, sur internet. Un rassemblement des PEN méditéranéens se déroulera à Narbonne du 11 au 14 juin 2015. Le Pen-d’Oc ne manque pas travail, tous les écrivains du Midi, pétris de respect, de tolérance y sont les bienvenus.

À Arles, deux reines pour les Mireillettes : Le 14 décembre, 60 fillettes de 7 à 10 ans ont quitté le bonnet d’enfant pour prendre officiellement la cravate, à l’occasion de la 5ème promotion des Mireieto. Pour commémorer le 100ème anniversaire de la mort de F. Mistral, le comité d’organisation dirigé par Mme Jonin-Langleta, avait invité Angélique Marçais, reine du Félibrige, comme marraine d’honneur. En compagnie de la reine d’Arles, Angélique a accueilli les fillettes. Après un défilé dans les rues d’Arles, l’accueil à la mairie par le maire M. Schiavetti, les fillettes ont été reçues à St Trophime et invitées à la représentation d’une pastorale dans le chœur de la primatiale.

Echos des maintenances

Auvergne

Les Tres Rouquets et autres œuvres, de Zacarias Chanet (1851-1916) présentés et traduits par Noël et N. Lafon, portraits imaginaires par J-P Goudounesque. 144p. 12,5 € (port 1,5 €). Editions del Convise, 9 place de la Paix, 15012 Aurillac cedex – 04 71 43 16 16 – revista@lo-convise.com
Récit en vers, qui fait le tableau d’une vieille cordonnerie il y a 150 ans, des origines de la profession, jusqu’à son évolution actuelle. Entre rire et tragédie, c’est un sujet d’animation à la Harry Potter avant la lettre.

Gascogne-Haut Languedoc :

Vie de la maintenance : après la démission du syndic, selon l’article 68 des statuts du Félibrige, le Capoulié a demandé au félibre mainteneur Bernard Maurel, doyen des sous-syndics de Gascogne-Haut Languedoc, de convoquer une A.G. qui se tiendra le 18 janvier 2015 à l’Ostal d’Occitanià à Toulouse. Le Bureau élu en 2011 sera renouvelé.

Un hommage à F. Mistral à Saint-Mamet a été rendu le 6 décembre, au majoral B. Sarrieu devant sa stelle, à l’initiative de l’association Nati Vati toti Comenges et des félibres de la maintenance, avec lectures de poèmes de Mistral, puis dépôt de fleurs au cimetière sur la tombe du maître gascon.

Languedoc-Roussillon :

Siaguètz « tendéncio » ? parlatz la lengo d’oc ! une reflexion de P. Astruc, président de l’Escolo Gabalo – Lis ami dóu païs — sur l’état de la langue d’oc, à la suite d’un colloque à Clermont ayant pour thème « L’occitan en Auvergne au 21ème siècle ». La langue d’oc semble de plus en plus prisée à l’école primaire, permettant d’apprendre plus facilement les langues étrangères. Une étude au Pays Basque a montré que les élèves maitrisant une langue régionale, sont meilleurs en français et en mathématique. À l’université, en France, l’occitan a une place très étroite… les étudiants d’Erasmus oublient la langue de leurs ancêtres. Une porte entrouverte : l’agencement des rythmes dans les écoles et le tiers temps à meubler !

Limousin :

L’Ecole félibréenne Peire Loïs a reçu les Pastoreus de la Valoina pour la veillée annuelle, la troupe a joué des pièces sous formes de tableaux et de danses traditionnelles, montrant la vie d’un paysan après la guerre et le début de la modernisation, pour un public venu nombreux applaudir les acteurs, danseurs, chanteurs et musiciens, récompensant un travail sérieux reconnu qui a fait la réussite de cette soirée.

Provence :

Le 18 octobre, le Félibrige Maintenance de Provence, rendait un hommage à la reine Vivette Jonnekin, disparue il y a 20 ans. L’assesseur de Provence, Claudette Occelli, et le chargé de mission Gérard Pascal furent les maîtres d’œuvre de la journée à Solliès-Ville où notre reine avait travaillé pendant des années pour la culture provençale. Après l’accueil par le Maire de la ville, le majoral Revest, syndic de Provence, a remercié celles et ceux qui avaient participé à cette commémoration, avant d’inviter la foule à visiter le musée du costume provençal. Après la communication de la majorale Ocelli, le programme s’est poursuivi avec une messe en provençal par le père J-C Pittomez. Au cimetière, en présence de la municipalité, on a fleuri la tombe de la reine et de son époux le majoral Jonnekin. La chorale de l’école félibréenne Lou Raioulet de Sièis-Fours entonna la Coupo, un vin d’honneur offert par la municipalité clôtura la manifestation.

Premier festival du livre niçois en langue d’Oc : organisé par la reine Angélique et son frère, le 5 décembre au Trident à Nice, où le Félibrige était invité. Le majoral J-L Caserio et le félibre J-L Asplanato ont tenu le stand du Félibrige. Ceci pour mettre en lumière les productions en langue et sur la langue (grammaire, dictionnaires, études, théâtre, poésies, contes…). Au programme : conférences, présentations et vente de livres, dédicaces, musique et bal…

Quand une cigale se pose au théâtre, le 29 novembre à la salle des fêtes de Lagarde-Paréol (84), 150 personnes faisait fête à Monique Goumare, qui recevait la cigale d’argent de Mestresso d’obro, des mains de son frère le majoral Courbet, en présence des autorités municipales, et du majoral Costantini. Monique Goumare conduit depuis plus de 20 ans la troupe de théâtre « li levènti de l’entracte » qui a reçu deux fois la Fuvello d’or au festival de Fuveau (2006 et 2014) et, depuis plusieurs années, elle fait jouer des enfants, dans notre langue. Ensuite le groupe provençal de Bédarrides donnait un petit récital de chants, les tambourinaire ont joué des musiques traditionnelles. La troupe « li Levènti » enthousiasma le public en interprétant le dialogue des deux pères, tiré du chant VII de Mireille, qui leur valut précisément cette année la Fuvello d’or.

FELIBRIGE.

Séance du Consistoire : réunis le 22 novembre à Sebazac-Concourès, les majoraux ont été reçus par le mainteneur P. Bony, président « Lo Grelh Roergàs ». Sous la présidence du Capoulié Mouttet, assisté du Secrétaire Général le majoral Gabriel et du trésorier le majoral Revest, le Consistoire a traité de questions actuelles touchant l’action du Félibrige en matière de protection et de diffusion de la langue d’oc, d’une manifestation nationale en faveur d’une loi sur les langues régionales qui pourrait se faire l’an prochain. Le Capoulié a informé ses confrères que le majoral Marc Lagaly, le priait de noter sa décision de mettre fin à ses fonctions et charges dans le Félibrige. Acte fut pris de sa démission de syndic, mais pas de Majoral. Une amicale lettre du Consistoire lui sera adressée. Les discussions portèrent sur un séminaire félibréen de réflexions, un projet de voyage en Lorraine, la 3ème édition de Librejado, d’un évènement autour de « musique et langue », de la publicatiopn d’une étude scientifique sur la farandole …

Réunion des Syndics : le Capoulié a réuni les syndics le matin du 22 novembre à Sebazac. Les syndics étaient accompagnés de membres de leur Bureau. Des questions concernant l’organisation, l’administration, la représentativité, la gestion et le travail des maintenances étaient à l’ordre du jour de cette rencontre. Un point fut établi sur la contribution des maintenances à la revue Lou Felibrige, sur leur présence dans les organes régionaux et les académies des régions de langue d’Oc. Enfin chaque syndic a donné la date de son A.G. Le syndic François Pontalier a dit son souhait de cesser son mandat à la prochaine A.G. ; le syndic Michel Bonnet a présenté les grandes lignes de la Sainte-Estelle prochaine.

LIBRAIRIE

Armana Prouvençau : Il sort juste pour les fêtes. Riche contenu : hommage aux poilus de la Grande guerre, petite biographie de J-H Fabre, par le majoral Courbet, etc.
Edition de la Maintenance de Provence – prix : 15 € port compris. Payer et commander à : Alain Guiony : 53, avenue Mirabeau, 13530 Trets – 04 42 61 43 48 – ou à : Brigitte Dempton – Appartement 53 – 5 allées de Provence – 04100 Manosque – 06 62 25 46 73 – Chèque à : Félibrige Maintenance de Provence. – bregido_estello@orange.fr

Recueil de Documents dialectaux de Rhône-Alpes : un regard différent sur la guerre de 1914-1918 en langue d’oc ou en franco-provençal, avec traduction en français, concernant 4 départements : Ardèche, Loire, Isère et Drome. A savoir que le mot « patois » est employé depuis longtemps par les défenseurs du franco-provençal.
« Les poilus parlaient patois » – 256 p. en 11 x 16,5 cm – 10 € – commander à : EMCC – 18 rue Childebert – 69002 Lyon – 04 78 29 76 22 – lperrin@le-tout-lyon.fr

Paul Vezian (1869-1952) ne fut pas mobilisé mais a laissé un petit cahier comprenant 58 sonnets, d’août 1914 à septembre 1917. Retrouvé au fond d’une grande boîte par sa petite fille Mireille, ils présentent un véritable intérêt car jamais publiés, comme si le poète avait voulu les oublier.
« Paul Vézian, Poèmes de guerre – 1914-1917 » – Traduits du provençal et présentés par Anny Herrmann – Ed. Nombre 7 – Nîmes – 135 p. en 22 x 15,5 – 13 € port compris. Commander à Anny Hermann – 1, rue de la Jonquière – 30660 Gallargues-le-Montueux – piherr@free.fr

Terminée la transmission orale de génération en génération ! temps béni des veillées au coin du feu ! Ce recueil-collectage de nouvelles est salutaire et fait œuvre de mémoire. Avec illustrations de L. Pastorelli et préface du majoral Domenge, traduction en niçois de Jérémy Marçais.
« Esba, histoires de sorcellerie à Ilonse en Tinée » de Pascau Colletta – Ed. Baie des Anges – 81p. en 21 x 25 – trilingue gavot/niçois/français – 14,90 € – www.baiedesanges-editions.com

Les derniers mois du Marquis : … du Marquis de Baroncelli… mort à Avignon le 15 décembre 1943. En novembre 1942 les allemands occupent son Mas de l’Amarée, s’y installent et détruisent un peu tout, les meubles pour se chauffer, des taureaux pour manger un peu de viande, volent des outils et objets personnels de Baroncelli. Il écrit souvent à sa vieille amie Jeanne de Flandresy, au palais du Roure, lui conte ses malheurs.
« Le crépuscule du Marquis » : correspondance Baroncelli / Jeanne de Flandreysy – Ed. les Ecrits du Palais – 125 p. en 14 x 21 cm. – 12 € port compris – payer et commander à : Palais du Roure – 3 rue collège du roure – 84000 Avignon.

Mistral réédité, il s’agit de Mirèio avec 43 illustrations de Jean Droit parue dans l’édition en français de Piazza en 1923, et du premier tome de Prose d’almanach.
« Mirèio » de Frederi Mistral – Ed. des régionalismes – 232 p. en 16 x 24 – 28,50 €
« Prose & nouvelle prose d’almanach» – Ed. des régionalismes – 190 p. en 16 x 24 – 19,95 €
www.editions-des-regionalismes.com

Cette version en parler gascon de la Chanson de Roland est une restitution du patrimoine linguistique et littéraire occitan. Considérée comme l’épopée fondatrice de la nation française, ce poème dans la version de P. Bec, prend une dimension nouvelle, où il a mis toute sa science de la langue et son art poétique.
« La canta de Rotland » traduction occitane de Pèire Bec – Edicions Jorn – 142 p. – 18€ – 38 rue de la Dysse – 34150 Montpellier.

L’enfance de Petit Pierre : Maître Mazodier sait conter, il écrit ce recueil de souvenirs d’enfance en parler cévenol ; le livre bilingue est accompagné d’un lexique en fin d’ouvrage, qui nous informe sur les particularités du vocabulaire cévenol, avec de nombreuses photos.
« Pichot Pèire » par Pierre Mazodier – Ed. à compte d’auteur – 200 p. en 14 x 21 cm. – 18 € port compris – payer et commander à l’auteur : le Ranquet – 30960 Le Martinet – 04 66 24 79 63

“Li meloudia caturadi” une aide pédagogique d’Estève Betti et Jeremy Marçais qui en font un outil pédagogique pour les enseignants. Ce conte nous explique la fameuse fête de la musique, qui vient peut-être de Nice… – 12 € – commander à : F.A.C.N. – 2 ter rue Pierre Blancon – 06300 Nice – 04.92.04.11.81 – comte-de-nice@orange.fr.

Vie quotidienne du côté de Die : Une belle histoire d’amour contrariée par les familles. Politon et Rosa, sont voisins, ils ont 7 à 8 ans en 1913, jouent ensemble, mais les parents de Politon sont huguenots et ceux de Rosa catholiques, terrible différence quand ils souhaitent se marier …
« Entre la Bastiá e lo Perier – vès Bretta » – par Han Schook – Ed. Lo Pitron – bilingue – 230 p. en 15 x 21 cm. – 21 € port compris – payer et commander à l’auteur : 26150 Ponet et St-Auban

Au temps de la Reine Jeanne : En 1343, à Naples, mort du roi Robert le sage. Il était duc d’Anjou, roi de Naples et comte de Provence. Avant de mourir il décide que sa couronne ira à sa petite fille Jeanne. Elle monte sur le trône à seulement 17 ans. Ce roman historique, bien documenté, est écrit en français, nous pouvons revivre ce XIVème siècle ou les passions, les envies, les jalousies se déchaînent et nous tiennent en haleine jusqu’au terme de l’ouvrage.
« Meurtres à Naples » par Joëlle Delange – Ed. l’Harmattan – 7 rue de l’école polytechnique – 75005 Paris – 200 p. en 13,5 x 21,5 cm. – 19,5 € – en librairie.

FELIBRIGE

Sainte-Estelle de la Roquebrou du 22 au 26 mai 2015.

Suit : la liste des majoraux.

En ce début de 2015, pensez à payer votre cotisation-abonnement (25€) ou votre abonnement seul (26,50 €). Faites abonner vos amis, associations et médiathèques. Mai saren, mai faren ! (Au plus nous serons, au plus nous ferons !) Chèque à : Felibrige, envoyer à : Félibrige – parc Jourdan – 8bis Av. jules Ferry – 13100 Aix-en-Provence.

AVIS :
Si vous souhaitez rencontrer la secrétaire ou venir chercher quelque chose à notre siège administratif à Aix-en-Provence, prenez rendez-vous. L’accueil téléphonique 04 42 27 16 48 du lundi au jeudi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h. Pour tout renseignement, demande ou commande, le plus simple est d’utiliser l’adresse internet : contact@felibrige.org

Cet article a été publié par

Agenda

< 2019 >
Novembre
LMMJVSD
    1
  • 10:00 -13:00
    01-11-2019

    http://www.felibrige.org/?p=2945&preview=true

23
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930
  • 11:00 -16:00
    30-11-2019

    http://www.felibrige.org/2019/11/06/moubilisacioun-generalo/

 
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits