184e anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral

184e anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral

La célébration de la naissance de Frédéric Mistral en cette année du centenaire de sa mort a revêtu à Maillane un caractère particulier.
Le Félibrige a rendu l’hommage dû, digne e solennel, le dimanche 14 septembre.

Devant le tombeau, le nouveau majoral Alain Costantini déclama magnifiquement l’invocation de Calendal et le Capoulié du Félibrige prononça le discours ci-après :

Bessai que d’ùni nous reprochon la coustànci e la fidelita qu’espremissèn à la memòri de Frederi Mistral. Respoundren que lis anniversàri soun fa pèr que res óublide e qu’en touto bono fe avouan que Frederi Mistral es pèr nautre uno referènci permanènto. Es sèmpre sus si piado qu’envisajan e que bastissèn nòsti resounamen. Tout ço que fasèn pièi pèr soun souveni, n’avèn la counvicioun, es proufichous pèr noste endeveni.
-Ansin i’a pas de se douna un sentimen de fauto d’uno fidelita que pòu sembla desamiado is iue de quàuquis un.
-La fidelita à Frederi Mistral es un devé pèr li felibre e sian fièr de lou coumpli.
-Aquelo fidelita l’avèn toucado dóu det tout de long de l’an, l’avèn viscudo, poudèn dire, dins l’estrambord de la counmemouracioun di cènt an de sa despartido.
-Un estrambord, un afougamen que provon quant Mistral demoro presènt, demoro car dins nòsti cor, que res l’a óublida, miés encaro, que tóuti l’an vougu celebra. Pèr centenau se comton li manifestacioun mistralenco sus l’ensèn di païs d’o, emai à l’estrangié. I’a rèn de coumparadis entre lou cènt-cinquantenàri en 1980 e l’envanc viscu en aquest an 2014. I’a dequé èstre espanta davans lou noumbre estraourdinàri d’inaguracioun de carriero, de plaço, de salo, lauso, buste e autre pieloun, davans lou noumbre qu’es pas de dire de counferènci, d’espousicioun, de creacioun artistico.
-Raro soun li celebracioun naciounalo que toutalison autant d’evenimen. Frederi Mistral a reüssi, cènt an après sa mort à moubilisa e à faire entèndre sa voues. Mistral es lou plus grand, sa flamo sèmpre brulo e caufo !
-L’ai tambèn proun ramenta aquest an, se i’a agu tant d’enavans à l’entour dóu centenàri de la mort de Frederi Mistral es que tóuti recounèisson la grandour de soun obro e la moudernita de soun message.
-Dins sa presentacioun de la lèi d’óurientacioun pèr la refoundacioun de l’escolo de la Republico, lou menistèri dis : « l’apprentissage et l’usage de la langue française ne sont pas exclusifs de ceux d’autres langues », rèn autre que ço que Mistral a toujours prouclama : « l’usage coustumié dóu lengage prouvençau empacho pas lou françés d’èstre parla coume se dèu ». O encaro, « La proximité de certaines langues régionales avec d’autres langues européennes permet également le développement de projets pédagogiques autour des similitudes et des différences de ces langues, voire d’apprentissages croisés », rèn autre que ço que Mistral larguè i’a quasimen cènt quaranto an : « Dins lis escolo, dins li coulège, à bèl èime s’apren li lengo vivo emai li morto, lou francés, lou latin, lou gregau, l’alemand, l’anglés, l’italian, l’espagnòu. Es dounc recouneigu, e bèn recouneigu qu’aquélis idiomo, pèr estrange, pèr aspre, pèr embouious que siegon, au-liò de nouire à l’ensignamen relargon au countràri l’esperit de l’escoulan e l’acoustumon à pensa mai pouderousamen e mai sutilamen ».
-I’a tambèn li prepaus tengu dins l’opus « Les langues de France » publica au mes de mars : crèmo au lume que soun de redoundanço plenamen mistralenco. I’aurié pièi encaro tant e tant d’eisèmple toucant l’etnougrafìo, l’envirounamen, lou patrimòni, la regioun.
Frederi Mistral disié que lou Felibrige porto em’éu la soulucioun di gràndi questioun poulitico e soucialo que boulègon l’umanita. L’idèio mistralenco fai soun camin, avèn quàuqui bòni resoun de pensa que soun ensignamen vèn de mai en mai d’atualita.
-Mistral a dubert li porto de l’aveni.
-Sènso crènto poudèn counvida la jouïnesso, impaciènto e un pau destimbourlado dins lou mounde d’aro, à s’ispira d’à-founs de la dóutrino mistralenco, pèr ié pesca la voio e l’esperanço e pièi, fisançouso, ana de l’avans.

Se malurousamen, tout despènd pas de nautre dins l’anamen dóu païs, nosto fe pèr derraba au destin li decisioun que nous soun caro rèsto imbrandablo e nosto voulounta óupignastro de metre au plan dóu jour li sublìmi principe de Frederi Mistral a pas fali en aquel an anniversàri.

Davans lou mounumen ounte despièi cènt an repauso lou Mèstre, vaqui lou sèns de nòstis àutis aspiracioun, la counsciènci de noste devé emperious. Rèndre oumenage à Frederi Mistral significo que voulèn adurre durablamen noste degu à la reneissènço que sèmpre s’esmòu, que voulèn fidelamen persegui la piouso messioun qu’entamenè pèr s’apara di négri cavaucaire e faire jiscla l’amo de-longo renadivo, l’amo jouiouso e fièro e vivo !

Jaque MOUTTET
-Capoulié dóu Felibrige

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Août
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits