Discours de la Coupo

Santo-Estello d’Aigues-Mortes
-Un énorme succès
-Jacques Mouttet réélu Capoulié du Félibrige

Cité historique, entre mer et étangs, en plein pays de bouvine, Aigues-Mortes (Gard) accueillait du 6 au 10 juin la Santo-Estello, congrès-festival du Félibrige.
-Quelques 600 félibres venus de l’ensemble des pays d’oc, s’y sont retrouvés pour participer aux nombreuses séances de travail, bien sûr, mais aussi pour profiter de nombreuses manifestations qui font de ce congrès un véritable festival de la culture et de la langue d’oc.
-Lors de ce Congrès le Capoulié (Président national) M. Jacques Mouttet a été réélu à l’unanimité pour un troisième mandat de quatre ans à la tête du Félibrige sous les ovations des félibres.

Au cours de ce congrès :
– deux nouveaux majoraux ont été élus : Guy Chaptal, capitaine de la Nacioun gardiano, de Vendargues (30) et Alan Costantini d’Orange (84), président de l’Escolo dóu Cièri et du Flourege d’Avignon.
– Trois nouveaux Sòci (membre associé) ont été élus : Maria Cretu de Bacau en Roumanie, Cyril Hershon d’Angleterre, Shunsuke Nakata jeune professeur de l’université de Tokyo.
– ont été évoqués certains évènements particuliers : les célébrations pour le 100è anniversaire de la mort de Frédéric Mistral, au moins 450 manifestations : expositions, concerts, inaugurations, colloques, théâtre, éditions, dans tout le Midi, mais aussi à Paris, en Suisse, en Catalogne ou en Roumanie … !
– de nombreux projets ont été annoncés.
Au cours de ce congrès également, entre expositions, inaugurations et animations, les félibres et la population ont pu participer à :
– un colloque sur la vie quotidienne, les problèmes, l’avenir du Pays d’Aigues-mortes,
– un spectacle équestre sous les remparts d’Aigues-mortes à la mémoire de Folco de Baroncelli,
– un colloque sur la décentralisation, la présence de la langue d’oc au Japon et la doctrine mistralienne au travers des écrits du Maître de Maillane,
– à la cour d’amour avec les escolo des Maintenances, placée sous la présidence de la Reine Angélique,
– un cabaret-théâtre « Mistral, tout ou rien » superbement donné par le Théâtre La Rampe,
– une conférence à deux voix illustrée de nombreuses projections, par le suisse Henri Niggeler et Jean-Bernard Plantevin sur les relations entre l’illustrateur suisse de Mireille, Eugène Burnand et Frédéric Mistral.

Enfin le mardi 10 juin les félibres se sont rendus au Pont-du-Gard pour visiter le monument et le musée qui lui est consacré.
La Santo-Estello s’est terminée par les allocutions d’au-revoir à l’Hôtel de Ville d’Aigues-Mortes.

C’est le lundi 9 juin, au cours du « Banquet solennel de la Coupo », que le Capoulié prononça la discours que voici :

Discours de la Coupo

-Santo-Estello d’Aigo-Morto
-Dilun 9 de jun 2014

-Gènto Rèino,
-Car Felibre,

Entre Rose e Vidourle au jougnènt de Prouvènço e de Lengadò, long dóu canau dóu Rose à Seto e souto l’aflat de la Tourre de Coustanço e de la Tourre Carbouniero, nous veici en Aigo-Morto, terro d’istòri, terro d’acuiènci, terro de tradicioun. I’a eici un envanc, uno forço, un èime propre qu’ajudo à coungreia lis aspiracioun que nous avivon. Aquéli vertu nous permeton tambèn de miés sesi li sentimen de souvenènço que se manifèston aquest an.
-D’efèt, car felibre, sian dins uno annado de remembranço.
I’a cènt an la voues triounflanto de Frederi Mistral s’amoussè, e pamens, li generacioun que l’an segui trefoulisson encaro à l’evoucacioun dóu Mèstre.
-L’endeman de la mort de Frederi Mistral, proun de marrit proufèto anounciavon que lou Felibrige èro defunta. Èro mescounèisse que la pensado escricho noun pòu disparèisse (li rouman disien « scripta manent »).
Li Felibre en 1914, mau-grat lou dòu, aubourèron l’enavans, countunièron piousamen la Reneissènço coume un devé, counvincu qu’èro l’óumage lou mai fidèu que se posque rèndre à la memòri de Frederi Mistral. N’en sian li fidèus eiretié, li fèrmi countuniaire.
-Lou Capoulié Valèri Bernard parlavo de Mistral coume d’uno Enfluènci agissènto e, apoundié : « Es de noste devè de nous demanda quéntis esfors rèston à faire pèr escala sèmpre plus aut fin qu’à la toco sublimo qu’es la recounquisto d’uno lengo. Quéntis esfors rèston à faire ? Tóuti lis esfors : lis esfors que se realison e que se bastisson emé la susour, emé lou sang, em’uno voulounta de ferre. Lou Mèstre a escri lou Libre, nous a baia l’estrumen e la matèri, à nautre de basti e de faire bàrri de car ». La refleissioun es lindo, lou message clar, cènt an après demoro nosto resoun d’èstre felibre.

Li majourau acampa i’a cènt an dins lou Palais di Papo avien la counvicioun que lou biais lou meiour d’ounoura la memòri dóu grand Mistral, èro de marcha la man dins la man e d’espandi l’obro sublimo de l’inmourtau pouèto, vaqui mai lou moudèlo e la draio que jamai decessèron e qu’es sèmpre lou foundamen que nous meno.
-Pièi encaro dins la remembranço, nous fau souveni que pèr la Santo-Estello de 1914 tengudo en Avignoun gaire mai de dous mes après la mort de Mistral, li felibre èron vengu en roumavage à Maiano e, reçaupènt li felibre a l’oustau dóu Mèstre, Madamo Mistral em’afecioun fisè au capoulié l’estello d’or que Frederi Mistral pourtavo au tèms de soun capouleirat e demandè que desenant, en souveni d’éu, se trasmeteguèsse de Capoulié en Capoulié.
-Acò’s un resson qu’apartèn à nosto memòri felibrenco e que devèn pas desóublida.
-Autro counmemouracioun, dins un pau mens de dous mes sara lou centenàri de la declaracioun de la guerro de 14. Lou païs èro à mand de resclanti dóu tron espaventable, de s’aprefoundi dins lou malastre : pountannado tant doulentouso dóu grand chaple afrous e repugnant.
Avèn lou devé vuei de saluda la valènci dis ome, de se clina emé grand respèt sus l’umeliacioun que, tant de cop, an subi, coume lis acusacioun infamo facho au XVen cors d’armado. Vo, avèn de nous clina sus soun ardimen, sus soun sacrifice.
-Avèn tambèn vuei, en aquesto sesiho soulenno de la Taulejado de la Coupo, de ramenta emé lou bate-cor un fa d’istòri qu’escriguè Le Figaro, quouro en 1919 sounè l’ouro de rèndre justiço au cors quingen d’aquelo armado : « Les hommes, des Méridionaux tous, courbaient la tête, assommés, ahuris des roulements sinistres qui jamais ne s’interrompaient. L’heure de monter à l’assaut approchait ; les chefs inquiets de demandaient si leur signal serait entendu, quand tout-à-coup une voix murmure la Coupo Santo de Mistral. Un autre s’y joint, bientôt plusieurs l’imitent, le murmure est devenu le chant de la tranchée, et, l’heure sonnée, c’est aux accents de cette Marseillaise provençale que les soldats du XVe corps accomplissent les actes d’héroïsme qui leur ont valu la citation dont ils sont aujourd’hui si fiers ».

Ate de valènci qu’esmòu, que sèmpre esmóura, qu’esmóura tant que faren obro de memòri.
-Lou Felibrige i’a paga soun degut, mai li felibre jamai decessèron au front de se preóucupa de la toco, de l’ourganisacioun, de l’aveni dóu Felibrige fin qu’à founda d’escolo, edita de journau emai faire la Santo-Estello dins li trencado e de ié legi lou discours dóu Capoulié. Qunto bello leiçoun de courage, de tenesoun, de determinacioun, de voulounta e de fe.
-Tàlis evoucacioun nous emplisson d’uno treviranto emoucioun, li lagremo n’en vènon is iue.
-Dins lou rebat de la memòri, 2014 fai peréu miraieja lou cènt-cinquantenàri de la despartido de Jaussemin, amirable precursour, semenaire e vigourous, de noste Felibrige, lou mounumen dreissa dins Agen n’en mostro la poutènci : « Aro, entre si dos mar, la lengo d’o fai flòri… O Jaussemin nous as venja ! »
-Lou devé de memòri nous coumando d’agi, de longo e sènso nous leissa destourba pèr que que siegue, à l’eisèmple di felibre ourfanèu après la mort de soun Mèstre e di felibre di prat bataié e que sèmpre s’aubourèron, moustrant sa determinacioun intato à coumpli la toco felibrenco.
-Óublidèn pas jamai que lou Felibrige es un moudèle de counsideracioun, uno escolo d’educacioun que recato en soun sèn li clau de la sapiènci, de l’inteligènci, de la counsciènci d’un pople. Lou Felibrige, lou poudèn dire sènso trop de croio, es l’amo dóu pople dins ço qu’a de prefouns, d’autenti e de subre-bèu. N’en sian li gardian, n’en sian li messiounàri, n’en sian li garant, n’en sian lis avivaire.
-Lou role vostre, car felibre, es capitau, es grèu : es pas un amusamen, un passo-tèms dóu dimenche o uno farfantello. Au fin founs de l’èime de tout felibre boulis l’envejo d’encapa lou proujèt felibren, l’envejo, lou besoun, l’empencho de douna, de se douna. Es d’aquel enavans que reüssiren d’impausa nòstis idèio, que faren gagna enfin lou pantai tant afeciouna de nòstis egrègi davancié.
-Avèn la chabènço d’agué dins nòsti man la grano e la frucho de l’eiritage, nous revèn de trouba lou biais d’encapa la frutificacioun e d’alarga la semenço. Nòsti generacioun an de crea, d’imagina pèr qu’adugon sa part au crèis de la mount-joio d’à cha pau aubourado. Acò’s lou desfis que devèn pas manca, l’escoumesso magnifico que nous tèn en aio.
-Cado generacioun fabrego un maioun de l’ufanouso cadeno qu’entamenèron li Primadié, sian, nautre felibre en 2014, lis artisan d’un d’aquéli maioun, e pas mai. Sian ni mai ni mens, ni pu fort ni pu feble, ni pu meritous, ni pu entestardi, sian dins la lignado, sian fidèu à la pensado, tenèn nosto plaço, noste rèng.
-Mai ço qu’es segur es que sian bèn pau à respèt de l’istòri, raport à cènt sieissanto an de Felibrige, au regard de milié e de milié de felibre que nous an precedi e que coume nautre an oubra, an douna, an fa avança lou mistralisme. Umelita e forço s’impauson dounc dins nòsti biais de faire, de resouna, de coumpli nosto vido de felibre.
-Sian lou roudage dóu Felibrige atuau coume nòstis einat lou fuguèron antan e coume nòsti sucessour lou saran deman.
-Dins aquel anamen dis an, l’astrado nous fisè la celebracioun di cènt an de la despartido dóu Mèstre. Avèn pas de se pausa de questioun pèr saupre coume aurien fa d’autre à nosto plaço.
-Avèn fa coume n’avèn agu la sentido, lou besoun e de noste miés. Atrouban la resoun d’aquelo endevenènço dins lou destin. Lou destin a fa qu’un jour devenguessian felibre, que dins nosto vido de felibre toumbè lou funèbre anniversàri e que se retroubessian, lou cor abrasa, à la tèsto de la counmemouracioun.
-Nous sian encarga de nòsti respounsableta, avèn agi coume d’autre seguramen aurien fa, enfiouca d’uno memo fe, fort d’un meme ensignamen e counvincu d’un meme devé. À tóuti li tempourado d’ome e de femo se soun sucedi pèr toustèms, entreteni bon fìò. Sian d’aquéli. Sian d’aquéli que sabon perpetuï, mai que sabon peréu èstre dubert à la culturo universalo, à la vido vidanto dóu mounde tout en aparant lou bèn de famiho.
-Lou Felibrige es proun alarga, se nourris de la sabo lindo di font primadirero, counèis lou sens prefouns de la counsciènci umano, devino sa piouso toco dins lou silènci de l’èstre.
-L’enavans coustata pèr celebra la mort dóu Mèstre, encourajo à crèire, à persegui, à pantaia la branco dis aucèu. Tras lou retra de Mistral, li regard subran se viron de-vers nautre, de cop que i’a, descuerbon lou pres-fa felibren, pièi, d’ùni coumprenon miés noste desrèi fàci à-n-uno lengo injustamen amudido.
-Celebra lou centenàri de la mort de Frederi Mistral, es faire obro utilo pèr sa memòri mai tambèn pèr l’espandimen de l’Idèio qu’èro la siéuno. Espandi l’Idèio dóu Mèstre es l’ate lou mai pregound e pamens lou mai naturau pèr un felibre, es noste umble devé, l’óubolo esperitalo qu’avèn de nous aquita en respèt à-n-aquel ome remirable que soun obro inmènso vuei se perlongo e fai flòri.

Es eisa de coumprendre nosto voulounta, de pas leissa s’esvali aquelo Idèio coungreiado pèr un tant grand engèni, qu’a pausa li soulìdi foundamento de l’acioun à mena en moustrant la draio drecho à segui pèr l’aveni. Felibre, en seguido de tant e tant de nòsti davancié qu’an carreja sa pèiro au clapié, sian respounsable, cènt an après, d’aquéu Tresor inestimable que nous a lega Frederi Mistral.
-Lou temouniage de nosto fidelita assouludo au Mèstre se mostro que mai aquesto annado anniversàri, que nous religo i pountannado prestigiouso de nosto istòri em’ i felibre valènt que lis an viscudo.
Es dounc dins la souvenènço que reprendrai, adoubado coume li ressènte, mai en sa memòri, li paraulo prounounciado pèr lou Capoulié Fèlis Gras i’a cènt-sege an d’acò eici meme en Aigo-Morto : « Nous vaqui, acampa en famiho à la taulo dóu festin Sant-Estelen. Anan recounfourta nosto fe en bevènt lou vin de la Coupo santo, qu’es lou sang de noste terradou, e en cantant l’inne naciounau qu’es lou pan dis amo e di cor fidèu ».
-« O Mèstre venera, que de l’Invesible au mitan de nous autre m’ispires à l’ouro de vuei, faren lou sarramen de resta liga mai que jamai dins voste souveni, dins vosto pensado e dins la claro voulounta. Aquesto Coupo l’aubourarai vers vous ! Que voste aflat nous fague lume, o Mèstre ! e nous tremude e nous empure ».

En aquest an 2014, aubourarai la Coupo au Mèstre Frederi Mistral emai tambèn à la glouriouso memòri di bon sourdat de la guerro de 14.
Aubourarai enfin la Coupo au Felibrige aigo-mourten, en tóuti li felibre qu’emé fe e enavans, baion d’alen au Felibrige, e à nosto douço Rèino Angelico.

Jaque MOUTTET
-Capoulié dóu Felibrige

Cet article a été publié par

Agenda

< 2022 >
Mai
LMMJVSD
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits