182ème anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral

182ème anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral

Maillane et les Félibres ont célébré le 182ème anniversaire de la naissance de Frédéric Mistral le dimanche 9 septembre 2012, en présence de Mademoiselle Angélique Marçais, Reine du Félibrige, des Syndics des Maintenances de Provence et de Languedoc-Roussihoun et de nombreux majoraux du Félibrige. Après une messe célébrée en provençal par la Père Sébastien Montagard et avant l’accueil de Madame Jacqueline Cornillon, Maire de Maillane devant la musée Mistral, s’est tenue comme de coutume une émouvante cérémonie devant le tombeau du poète. Au cours de celle-ci, le Majoral Claude Fiorenzano dit magnifiquement l’invocacioun de Calendal et le Capoulié du Félibrige prononça la paroles ci-après :

En se revirant, aqueste mes de setèmbre, vers la pountannado que s’acabo, avèn de vèire, malurousamen luen dóu pantai mistralen, ço que n’en viro de l’èime e dóu patrioutisme nostre.
-La remembranço dis evenimen qu’avèn viscu : la Santo-Estello de Sant-Iriès, la felibrejado de Scèus, la felibrejado dóu Bournat dóu Perigord, l’acamp festiéu de la Mantenènço de Prouvènço en oumenage au Majourau Enri Doriac, la felibrejado de la Sant Justin dóu Grelh Rouergas, o encaro la fèsto dóu Coustume en Arle, li sant-Aloi, li sant-Pèire o la fèsto vierginenco i Santo, nous adus à-n-un pensamen, à-n-uno coustatacioun : au travès de sa presènci, es-ti, lou pople, aderènt à nosto causo ? N’en doute forço. Lou pople es simple espetatour, lou pople pèr la maje part s’amuso de nosto culturo o se n’en ris.

Mèstre, tristo realita, mau-grat vosto obro, mau-grat voste eiritage, lou pople en generau, bèn souvènt em’éu lis edile e la prèisso se trufon de nòstis afaire, de nosto culturo, lis ignoron e quouro de cop, li traton, es toujour d’un biais risoulènt o lóugié.
Urous, Mèstre, lou jour que lou pople prendra au serious aquéli fèsto, manifestacioun e evenimen e que saran viscu coume d’evenimen semblable à tout autre de la vido vidanto de nòsti ciéuta.

Vo, esperan lou jour que lou pople aura pleno e entiero counsciènci de la valour d’aquéli moumen de fèsto o d’acampado nostro fin qu’à n’èstre boulega e trevira.
-Ansin avèn bèu faire lou bilans d’aquéli manifestacioun tant reüssido siegon, lou benefice n’es bèn maigre e s’avisan lèu de la paureta de la resulto.
-En vesènt tant de mounde e pensant que lou noumbre significo adesioun à nosto causo, sarié se faire mai-que-mai d’ilusioun.
-La realita es que lou pople s’apauris de sa richesso patrialo, la saup pas vèire, la saup pas viéure dins touto sa prefoundour, ié porto pas counsideracioun.
-Poudèn dounc pas se rejouï d’acò.

Revèn i Felibre « e se toumbon li felibre toumbara nosto nacioun », de boufa l’alen mistralen e d’alarga que mai la couneissènço dóu Verai emai dóu Bèu.
-Eisista mai e mies, faire gagna l’idèio e la resoun nostro, crèire à l’acioun de cade jour, au travai de countùni, umble, escur, que chascun pòu mena, veici l’ufanouso messioun que nous afisco, l’ufanouso messioun que nous crido, l’ufanouso messioun que nous fai Felibre.
-Dins vòsti nòbli piado, Mèstre, multiplicaren ansin lis afouga, n’avèn lou devé. La lèi dóu noumbre regis lou mounde, sieguen dounc lou noumbre !

Dous cop l’an, davans vous Mèstre, counfiermant, atestant nosto fidelita, nosto fe,
mai es-ti proun ? Nosto presènci noun dèu pas èstre qu’uno abitudo, uno routino mai lou signe fort de noste engajamen, de noste amour pèr lou terraire, pèr l’escrituro, pèr la paraulo, pèr lis ate. Èstre eici significo l’óubligacioun de prendre part à l’obro entamenado pèr li Primadié, significo èstre plenamen devoua pèr semena la bono grano e ferme pèr reclama noste degut.
-Noste degut lou demandan fai cènt-cinquanto vuech an. Demandan tout, estènt que i’a tout à demanda, tourna-mai vuei, au Presidènt de la Republico e à la nouvello Assemblado Naciounalo. Demandan uno evoulucioun resounablo de l’èime francés au regard di regioun, di lengo e di culturo de Franço. Demandan aquelo evoulucioun dins la vesioun que n’avié Lester Pearson, 1ié Ministre dóu Canada, fai quaranto cinq an en disènt : « Préconiser et vouloir préserver une identité culturelle et linguistique particulière, au sein de l’unité politique d’un Etat, peut-être une aspiration valable, saine et créatrice. L’amour que porte un individu à sa propre langue et à ses traditions culturelles, à l’intérieur d’une confédération, peut-être aussi constructif que sincère et profond. »
-Aquéli paraulo nous counforton dins nòsti counvicioun de felibre. Fau que sachon, à Paris, que dins vòsti piado, Mèstre, eisisto uno pougnado de gènt counsciènt de soun èime propre. De gènt que revendicon lou dre à la vido di pople, de si culturo, e de si lengo, lou dre de viéure de si valour umano e naturalo, just e just ço qu’avès afourti emé tant de voio, emé tant de flamo.
-A bèu s’esperlounga que mai, fau jamai s’arresta sus lou camin que meno à la vitòri, e emé l’asseguranço que li resulto li mai seguro podon veni di plus pichòti causo, jour à cha jour, sian, umblamen mai sènso fali, en armounìo emé voste coumbat, li aposto e li servènt de la Causo.

Jaque MOUTTET
Capoulié dóu Felibrige

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Août
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits