cigale Gascouno, o de Douzo

Une brillante cérémonie

pour la remise de la cigale de majoral à Paulette Baylac-Serre

Bel événement ce samedi 28 avril 2012 à la Maison du Village de Gerde (Haute-Pyrénées) à l’occasion de la remise de la cigale d’or de majoral du Félibrige à Madame Paulette Baylac-Serret par le Capoulié du Félibrige.
-La séance parfaitement réglée par Madame Brigitte Bascaules se déroula en présence d’une nombreuse assistance parmi laquelle on notait la présence de M. Michel Wachter, Maire de Gerde ; de M. Gérard Trémège, Maire de Tarbes, Conseil Régional ; des Majoraux du Félibrige Marc Lagaly, Georges Passerat, François Pontalier, Michel Samouillan, Guy Revest. Après un sympathique mot d’accueil du Maire de Gerde et un agréable divertissement proposé par les Amis de Philadelphe de Gerde par les Pastourelles de Campan, les parrains de la Majorale Baylac-Serret délivrèrent des chaleureuses paroles de satisfaction et d’amitié.
-Le Capoulié Jacques Mouttet, s’exprima puis longuement et remit solennellement la Cigale d’or, dénommée Gasgouno o, de Douzo, à Madame Paulette Baylac-Serret qui devenait ainsi le quatrième titulaire de celle-ci. Les applaudissements furent nourris. La nouvelle majorale exprima ses remerciements, sa joie et son émotion dans une allocution fort appréciée. Les applaudissements reprirent et enfin accompagnée des musiciens des Pastourelles la Coupo Santo retentit superbement.
-Nous proposons ci-après la lecture du discours du Capoulié du Félibrige dans ses versions provençale et française :

Moussu lou Maire,
-Madamo la Majouralo,
-Madamo la Cabiscolo,
-Madamo la Presidènto
-Moussu lou Counseié Regiounau
-Midamo, Messiés lis elegi,
-Messiés lis Sendi de Gascougno-Naut Lengadò, d’Aquitàni e de Prouvènço,
-Midamo, Messiés,
-Car Counfraire, cars Ami,

Nous veleici en païs de Bigorro ounte sian plus vengu despièi 1971, èro pèr la Santo-Estello de Bagnero de Bigorro ounte moun peirin en Felibrige, Reinié Jouveau, fuguè elegi Capoulié.
-Nous veici à Gerdo pèr un moumen unique, bèn-astra e freirenau, nous veici acampa pèr faire cachiero à Dono Pauleto Baylac-Serret, que lou Counsistòri dóu Felibrige a elegi felibresso-majouralo à la Santo-Estello di Sànti-Marìo de la Mar lou 11 de jun darrié en lioc e plaço de la regretado Cloutildo Lamazou-Betbeder.
-Mai, en se retroubant à Gerdo, nous baias l’óucasioun, Madamo, Moussu lou Maire (e vous n’en sian devènt), de remembra la tant piouso memòri de nosto Filadelfo, de la grando figuro dóu devé patriouti is ardènti paraulo, de la flamo pouëtesso que fuguè en 1899 lou quatren Grand laureat di Jo flourau dóu Felibrige, l’arderouso pouëtesso à l’envanc pur e sincèro qu’a pivela e empura, la mai bello pouëtesso dóu Felibrige que d’en pertout se ié picavo di man e d’en pertout fuguè venerado. Me permetrés pièi d’evouca lou souveni d’uno autro damo direitamen ligado au noum de Filadelfo de Gerdo (e à mis annado de jouine felibre), uno damo qu’à la belesso disié li pouèmo de Filadelfo, ai eici e en aqueste moumen uno pensado pèr Dono Angély.
-Me baias tambèn l’óucasioun de saluda l’obro de memòri e de trasmessioun coumplido pèr Les Pastourelles de Campan e pèr lis Amics de Filadèlfa de Yerda e de ié dire publicamen mis astru e ma recouneissènço.
-Revenèn à vous, gènto Majouralo.
-Au travès de la letro de presentacioun que vòsti peirin, la Majouralo Glaudeto Occelli-Sadaillan, lou Majourau Jòrgi Passerat e lou Majourau Michèu Samouillan, adreissèron à si counfraire, emai au travès de si message e paraulo que venèn d’entèndre, vous an, vòsti peirin, forço bèn racounta, revendrai dounc pas sus voste pres-fa e sus li merite que vous fan ounour.
-Mai, avans que se presènte lou moumen soulenne de vous espingoula la cigalo d’or de majourau, ensigne simbouli de voste nouvèu titre, me permetrés, de baia quàuquis esplico sus l’óurigino d’aquelo cigalo, soun istòri, si titulàri e sus lou Felibrige.
La Cigalo Gascouno, o de Douzo que vous an fisado, Gènto Dono, nòsti counfraire majourau, fuguè aquelo, en 1876, de l’abat Leounce Couture. Es éu, soun primadié, que la batejè de Gascouno, o de Douzo, dóu noum de soun païs e de la ribiero que passo dins soun vilage de Cazaubon. Ero un eclesiasti saberu, proufessour d’umanita, de filousoufìo, de lengo roumano. A tengu de noumbróusi founcioun de trìo e a presida la Soucieta istourico de Gascougno. Vint-e-sièis an après, en 1902, la Cigalo Gascouno, o Douzo se pausara sus lou pitre d’un de nòsti meiour pouëto, un di foundadou de l’Escolo Gastoun Febus (soun secretàri generau quasimen quaranto an de tèms), lou moudèste e noun mens marquant Michèu Camelat defunta fai just cinquanto an aquest an. Gardara la cigalo sieissanto-e-un an. Sara pièi pourtado de 1963 à 2008 pèr la Majouralo Cloutildo Lamazou-Betbeder defuntado à 102 an. Cloutildo Lamazou-Betbeder fuguè Rèino de l’Escolo felibrenco Gastou Febus, n’en devenguè pièi la presidènto en seguido de Simin Palay. Sa neboudo Miquelino devendra Rèino dóu Felibrige en 1976 souto lou capouleirat de Reinié Jouveau.
-Aquelo cigalo l’avès coumprès, es un pau particuliero, proumieramen a jamai barrula, jamai quitè la Gascougno e segoundamen detèn dous record, aquéu dóu majouralat lou mai long de l’istòri (lou de Camelat), e es uno di dos cigalo (em’aquelo dóu Mount-Ventùri) atribuïdo en 1876, que coumto lou mens de titulàri, valènt-à-dire quatre.
L’astrado a dounc vougu qu’en 2011 emé l’eleicioun de Dono Baylac-Serret la Cigalo Gascouno, o de Douzo demourèsse en Gascougno.
-Vole vèire soun arribado dins la valado de Campan coume un reviéure dóu Felibrige en Bigorro e dins li Pirenèu en generau. Aquelo cigalo d’or que se pauso dins vòsti mountagno, es un lume segur qu’a d’alumina l’avenidou e l’esperit felibren d’aquelo encountrado nostro.
-Caro Majouralo Baylac-Serret, vous veici dounc la quatrenco titulàri de la Cigalo Gascouno, o de Douzo, vous veici un di cinquanto qu’an la cargo de garda la tradicioun felibrenco e de manteni noste mouvemen dins la draio qu’enreguèron li Primadié en favourisant e en ourganisant au pu aut nivèu tóuti lis acioun que pareiran indispensablo à l’aparamen dóu patrimòni, au respèt de l’identita au mantenemen em’à l’enançamen de la lengo e de la culturo di païs d’O.
-Vous veici dins aquelo noblo e enauranto founcioun de Majourau e vous pode afourti que lou Counsistòri se regaudis de vous avé aro demié li siéu. Voste role aro, coume lou de tóuti vòsti counfraire, es d’acampa lou mounde e de l’adraia de-vers mai de coumprenesoun.
-Li Majourau an d’èstre de membre agissènt, e de prendre la part de travai que ié revèn dins l’amiro de mies faire viéure lou Felibrige, d’empura soun enavans, de faire clanti sa paraulo.
-Midamo, Messiés que nous fasès l’ounour de vosto presènci, e que bessai vous escapon li resoun, lis us e l’ourganisacioun dóu Felibrige pènse qu’ai de vous n’en dire un pau mai sus nosto vièio e noblo soucieta. Sènso tira de long, vaqui à la lèsto ço que poudèn resumi.
-En foundant lou Felibrige en 1854 li Primadié se dison de restaura, d’apara e d’espandi la lengo e la literaturo prouvençalo, mai proun lèu e naturalamen, la grano semenado greiara sus tóuti li terro d’o.
-Long dis an pièi lis estatut dóu Felibrige an evouluna dins sa redacioun mai lou founs sèmpre demoro. Li darrié, vouta en 1997 à Sarlat dison : « Lou Felibrige es establi pèr apara, manteni e enaura la lengo, la culturo, la civilisacioun e l’identita di païs d’O ; pèr afreira e empura tóuti aquéli que se recounèisson dins la Pensado e l’Obro de Frederi Mistral. »
-158 an après sa foundacioun, lou Felibrige perseguis soun pres-fa dins la fermo rego de si davancié.
-Lou Felibrige se despartis en regioun terrenalo e amenistrativo que s’endevènon i relarg de la lengo d’O : es li Mantenènço. Li Mantenènço soun beilejado pèr un Sendi (un presidènt regiounau). Qu que siegue qu’intro au Felibrige es nouma Felibre-mantenèire, i’a pièi quàsi cènt-vint assouciacioun que nen fan partido e qu’apelan lis Escolo Felibrenco.
-Tambèn lou Felibrige es representa à l’estrangié pèr li mèmbre assoucia, soun li Sòci dóu Felibrige desparti dins lou mounde entié.
-Enfin au nivèu naciounau, li majourau, coustituïsson lou Counsistòri dóu Felibrige, meno d’acadèmi de cinquanto membre, garanto de la filousoufio e de l’istitucioun felibrenco. Soun elegi à vido, e l’avèn di, soun titulàri d’uno cigalo que se pòu coumpara à-n-un fautuei d’academician, d’aiours segound lis us academi, se tèn uno sesiho soulenno, dóu tèms de la Santo-Estello (lou coungrès dóu Felibrige), li majourau nouvelàri prounóuncion lou laus de soun predecessour.
-Aurés dounc, caro amigo, la cargo, davans l’assemblado santestelenco, de lausenja la memòri de la regretado Cloutildo Lamazou-Betbeder.

Midamo, Messiés, lou Felibrige decan di mouvemen d’aparamen e d’espandido de la lengo d’O, toustèms a sachu faire valé li foundamento d’uno soucieta armouniouso.
Vuei encaro, dins aquelo fidèlo endrechiero, lou Felibrige tèn targo pèr faire counèisse e recounèisse de tóuti, li lengo e culturo minourisado, l’istòri nostro, li valour simplo de nòstis encountrado fàci à-n-un mounde destimbourla e à l’abestimen generau que tóuti li jour nous aclapon un pau mai.
-Lou Felibrige evouluno, se mouderniso e agis :
– en coungrès de Castihounés, en 2010, ramentè un cop de mai qu’aparo la lengo d’O dins la diversita de si parla.
– publico uno revisto tóuti li dous mes, a crea i’a quatre an lou Counsèu de l’Escri Mistralen qu’a pèr toco de metre à jour lou Tresor dóu Felibrige, a crea Felibrige-edicioun
– a reourganisacioun si mantenènço, uno reformo adóutado l’an passa.
– agis devers lis elegi, e revendico publicamen, pèr carriero quand lou fau, la necessita d’uno lèi en favour di lengo regiounalo
– a adu pièi sa countribucioun à la preparacioun di proujèt de lèi sus li lengo regiounalo.
– ramento quand n’a l’óucasioun qu’a enventa lou regiounalisme e la necessita d’uno vertadiero decentralisacioun.
-Basto, Midamo, Messiés, après li Sarrail, li Palay, li Grangé, li Camelat, li Dejan e vosto davanciero Cloutildo Lamazou-Betbeder, li Pirenèu retrobon un majourau, es dire l’aboundènci dóu pres-fa qu’es de coumpli, es dire touto l’esperanço que metèn en vous.
-Vaqui i’a de pan sus la cledo. Sabe, caro Majouralo, que sias de bon uno afougado de la Causo e que sarés sèmpre lèsto pèr adurre vosto pèiro au clapié. Vous sabe peréu emé proun de caratère e de voulounta pèr èstre fisançous dins la reüssido de l’obro que vous espèro.
-Me permetrès enfin d’adreissa noste respetous salut à Moussu Baylac-Serret pèr la bono gràci que n’acetè de vous vèire prendre aquelo nouvello founcioun.
E aro, après aquelo charradisso, bessai un pau longo, e en vous renouvelant mis astru e mis encourajamen e touto moun amista, siéu particulieramen urous de vous espingoula la Cigalo Gascouno, o de Douzo.

-Jaque MOUTTET
-Capoulié dóu Felibrige

Version française du DISCOURS DU CAPOULIÉ

Nous voici en pays de Bigorre, où nous ne sommes plus venus depuis 1971, c’était pour la Santo-Estello de Bagnières de Bigorre au cours de laquelle mon parrain au Félibrige, René Jouveau, fut élu Capoulié.
Nous voici à Gerde pour un moment unique heureux et fraternel, nous voici réunis pour fêter la félibresse Paulette Baylac-Serret que le Consistoire du Félibrige a élu Félibre Majorale à la Santo-Estello des Saintes-Maries-de la Mer le 11 juin dernier en remplacement de la regrettée Clotilde Lamazou Betbeder.
Mais en se retrouvant à Gerde vous nous donnez l’occasion, Madame, Monsieur le Maire, (et nous vous en sommes reconnaissants), de rappeler la pieuse mémoire de notre Philadelphe, de la grande figure du devoir patriotique aux ardentes paroles, la brillante poétesse qui fut en 1899 le quatrième Grand Lauréat des Jeux Floraux du Félibrige. La fougueuse poétesse à l’élan pur et sincère qui a fasciné et enflammé, la plus belle des poétesses du Félibrige qui partout était applaudie et vénérée.
Vous me permettrez aussi d’évoquer le souvenir d’une autre dame directement liée au nom de Philadelphe de Gerde (et à mes années de jeune félibre), une dame qui déclamait admirablement les poèmes de Philadelphe, j’ai ici, en ce moment, une pensée pour Madame Angély.
Vous me donnez l’occasion également de saluer, avec joie, l’œuvre de mémoire et de transmission réalisée par Les Pastourelles de Campan et par Les Amis de Philadelphe de Gerde, vous me donnez l’occasion de leur dire publiquement mes compliments et ma reconnaissance.
Revenons à vous Madame la Majorale. Au travers de la lettre de candidature que vos parrains, la Majorale Claudette Occelli-Sadaillan, le Majoral Georges Passerat et le Majoral Michel Samouillan, adressèrent à leurs confraires, et au travers de leurs messages et paroles que nous venons d’entendre, vos parrains, vous ont, très bien présentée, je ne reviendrai donc pas sur les mérites qui vous font honneur, mais avant que ne vienne le moment solennel de vous épingler la cigale d’or de Majorale, insigne symbolique de votre nouveau titre, vous me permettrez de donner quelques explications sur l’origine de cette cigale, son histoire, ses titulaires, et sur le Félibrige.
La Cigale Gascouno, o de Douzo que vous ont confié, chère Madame, nos confrères Majoraux, fut celle en 1876 de l’abbé Léonce Couture, c’est lui qui lui donna son nom de Gascouno, o de Douzo du nom de son pays et de la rivière qui coule dans son village de Cazaubon. C’était un savant ecclésiastique, professeur d’humanité, de philosophie, de langue romane. Il a tenu de nombreuses et remarquables fonctions et il a présidé la société historique de Gascogne. 26 ans après, en 1902, la cigale Gascouno, o de Douzo se posera sur la poitrine d’un de nos meilleurs poètes, un des fondateur de l’école Gaston Phébus, (son secrétaire général durant presque 40 ans), le modeste, mais non pas moins marquant, Michel Camelat décédé il y a exactement 50 ans cette année. Il gardera la cigale 61 ans. Elle sera ensuite portée de 1963 à 2008 par la Majorale Clotilde Lamazou-Betbeder disparue à l’âge de 102 ans. Clotilde Lamazou-Betbeder fut Reine de l’Ecole Félibréenne Gaston Phébus, elle en deviendra la Présidente à la suite de Simin Palay. Sa nièce Micheline deviendra Reine du Félibrige en 1976 sous le Capouliérat de René Jouveau.
Cette cigale, vous l’avez compris, est un peu particulière, premièrement elle n’a jamais voyagé, jamais elle ne quitta la Gascogne et deuxièmement elle détient deux records, celui du Majoralat le plus long de l’histoire (celui de Camélat), et elle est une des deux cigales (avec celle du Mount-Ventùri) attribuée en 1876, qui compte le moins de titulaires c’est à dire 4. La destinée a donc voulu qu’en 2011 avec l’élection de Madame Baylac-Serret la cigale Gascouno, o de Douzo demeure en Gascogne. Je veux voir son arrivée dans la vallée de Campan comme un renouveau du Félibrige en Bigorre et dans les Pyrénées en général. Cette cigale d’or qui se pose dans vos montagnes a pour mission d’illuminer l’avenir et l’esprit félibréen dans cette région de nos pays d’oc.
Chère Majorale Baylac-Serret, vous voici donc la quatrième titulaire de la cigale Gascouno, o de Douzo. Vous voici un des cinquante, qui ont la charge de garder la tradition félibréenne et de maintenir notre mouvement dans le chemin que montrèrent les primadiers en favorisant et en organisant au plus haut niveau toutes les actions qui paraîtront indispensables à la défense du patrimoine, au respect de l’identité, au maintien et à la mise en avant de la langue et de la culture des pays d’oc.
Vous voici, dans cette noble et valorisante fonction de Majorale et je peux vous affirmer que le Consistoire se réjouit de vous avoir désormais parmi les siens.
Votre rôle, à présent, comme celui de tous vos confrères, est de rassembler et d’orienter les êtres et de les amener vers plus de compréhension.
Les majoraux doivent être des membres agissants et prendre la part de travail qui leur revient, dans l’objectif de mieux faire vivre le Félibrige et de stimuler son ardeur, de faire retentir sa parole.
Mesdames, Messieurs, qui nous faites l’honneur de votre présence et qui peut-être ne connaissez pas les raisons, les usages et l’organisation du Félibrige, dois-je vous en dire un peu plus sur notre vieille et noble société. Sans être trop long, voici rapidement ce que nous pouvons résumer.
En créant le Félibrige en 1854 les sept fondateurs (Frédéric Mistral, Joseph Roumanille, Théodore Aubanel, Jean Brunet, Paul Giéra, Anselme Mathieu, Alphonse Tavan) se disent de restaurer, de défendre et de promouvoir la langue et la littérature provençale, mais très vite et naturellement la graine semée germera sur l’ensemble des pays d’oc.
Bien sûr, au cours des années, les statuts du Félibrige ont évolué dans la rédaction, mais le fond demeure, les derniers, votés en 1997 à Sarlat, stipulent : « le Félibrige est établi pour défendre, maintenir et exalter la langue, la culture la civilisation et l’identité des pays d’oc ; pour rendre frères et motiver tous ceux qui se reconnaissent dans la pensée et l’œuvre de Frédéric Mistral. » 158 ans après sa fondation, le Félibrige poursuit sa tâche dans la rigoureuse pensée de ses prédécesseurs.
Le Félibrige se répartit en régions territoriales administratives qui correspondent aux régions d’expression de langue d’oc : ce sont les Maintenances. Les Maintenances sont dirigées par un syndic (un Président régional). Quiconque adhère au Félibrige est nommé félibre mainteneur, il y a aussi quelque 120 associations qui y sont affiliées et que nous appelons les Escolo Felibrenco. Le Félibrige est également représenté à l’étranger, par les membres associés, ce sont les Sòci du Félibrige répartis dans le monde entier.
Enfin, au niveau national, les Félibres-majoraux constituent le Consistoire du Félibrige, sorte d’académie de 50 membres garants de la philosophie et de l’institution félibréenne. Ils sont élus à vie et nous l’avons dit, ils sont titulaires d’une cigale que l’on peut comparer à un fauteuil d’académie, d’ailleurs selon les usages académiques, chaque année, au moment de la Santo-Estello (le Congrès du Félibrige), se tient une séance solennelle au cours de laquelle les nouveaux majoraux prononcent l’éloge de leur prédécesseur. Vous aurez donc, chère amie, la charge devant l’assemblée des félibres, de louer la mémoire de la regrettée Clotilde Lamazou-Betbeder.
Mesdames, Messieurs, le Félibrige doyen des mouvements de défense et de promotion de la langue d’oc, a su, à toutes les époques, faire valoir les fondements d’une société harmonieuse. Aujourd’hui encore, dans ce fidèle cheminement, le Félibrige tient le cap pour faire connaître et reconnaître de tous, les langues et cultures minorisées, notre histoire, les valeurs simples de nos contrées face à un monde détraqué et à l’abêtissement général qui tous les jours nous accablent un peu plus.
Le Félibrige évolue, se modernise et agit :
En congrès, à Castillonnès en 2010, il y rappelait une fois de plus qu’il défend la langue d’oc dans la diversité de ses parlers.
Il publie une revue tous les deux mois, il a créé, il y a 4 ans, le Conseil de l’Ecrit Mistralien, qui a pour objectif de mettre à jour le Trésor du Félibrige et il a créé Félibrige Edition.
Il a réorganisé ses maintenances, une réforme adoptée l’an dernier.
Il agit en direction des élus et revendique publiquement, dans la rue quand il le faut, la nécessité d’une loi en faveur des langues régionales.
Il apporte sa contribution à la préparation des projets de loi en faveur des langues régionales.
Il rappelle, lorsqu’il en a l’occasion, qu’il a inventé le régionalisme et la nécessité d’une véritable décentralisation.
Bref, Mesdames, Messieurs, après li Sarrail, li Palay, li Grangé, li Camelat, li Dejan et votre prédécesseur Clotilde Lamazou-Betbeder, les Pyrénées retrouvent un Majoral. C’est dire l’abondance de la tâche à accomplir, c’est dire toutes l’espérance que nous mettons en vous car le travail ne manque pas. Je connais votre énergie et votre dévouement à la Cause et je sais que vous serez toujours prête à apporter votre pierre à l’édifice. Je vous connais également avec suffisamment de caractère et de volonté pour être confiant dans la réussite de l’œuvre qui vous attend.
Vous me permettrez enfin, d’adresser notre respectueux salut à M. Baylac-Serret pour la bonne grâce avec laquelle il accepta de vous voir prendre cette nouvelle fonction.
À présent, après ces paroles peut-être un peu longues, et en vous renouvelant mes félicitations, mes encouragements et toute mon amitié, je suis particulièrement heureux de vous épingler la Cigale Gascouno, o de douzo.

Jacques MOUTTET
Capoulié du Félibrige

Cet article a été publié par

Agenda

< 2022 >
Octobre
LMMJVSD
     1
  • Librejado

    10:00 -18:00
    01-10-2022

    Librejado Trets

    Escrivan prouvençau

2
  • ÓUMAGE AU MAJOURAU JAN FAY

    09:00 -17:00
    02-10-2022

    Dimanche 2 d’octobre 2022 la Maintenance d’Auvergne du Félibrige organise une journée culturelle et festive en hommage au Majoral Jean FAY (1914-2012) dans son village de MENET, Cantal.

3456789
1011121314
  • Filadelfe de Gerde

    15:00 -12:00
    14-10-2022-16-10-2022

    Hommage à Filadelfe de Gerde

    Bagnères de Bigorre

15
  • Filadelfe de Gerde

    15:00 -12:00
    15-10-2022-16-10-2022

    Hommage à Filadelfe de Gerde

    Bagnères de Bigorre

16
  • Filadelfe de Gerde

    15:00 -12:00
    16-10-2022-16-10-2022

    Hommage à Filadelfe de Gerde

    Bagnères de Bigorre

17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits