gramaci dóu Felibrige

-RÉUSSITE COMPLÈTE
-POUR LA MANIFESTATION DU 24 OCTOBRE
-A CARCASSONNE EN FAVEUR DE LA LANGUE D’OC

-Ce sont quelques 25 mille personnes (18 à 20 000 suivant les services de police) qui se sont réunis à Carcassonne samedi 24 octobre pour revendiquer une loi, des droits et des moyens en faveur de la langue d’Oc à l’appel de la Coordination “Anen O pèr la lengo d’O” (Félibrige, IEO, Calandreta, FELCO, Oc-bi)
-Ils sont venus de tous les pays d’oc : Auvergne et Gascogne, Limousin et Languedoc, Périgord et Provence, Dauphiné et Rouergue …
Ils sont venus malgré leur éloignement, malgré la crise, pour demander haut et fort à l’Etat, aux députés et sénateurs, aux Conseils régionaux et généraux, d’agir sans tarder pour prendre des mesures importantes pour sauvegarder et promouvoir la langue d’oc, les langues régionales en général, ce qui depuis juillet 2008 est inscrit dans la Constitution comme Patrimoine de la France.
-Les félibres, (membres de l’association : Lou Felibrige, fondé en 1854 par le prix Nobel Frédéric Miistral) en particulier étaient très nombreux autour de leur Président, le Capoulié Jacques Mouttet.

Dans le discours officiel prononcé à la fin du défilé, les responsables des associations qui ont organisé la manifestation ont présenté les revendications, entre autres :
– M. Philippe Martel pour la FELCO (Federation des enseignants de langue & culture d’Oc) : l’Etat, les collectivités territoriales doivent mettre à disposition de l’enseignement de la langue d’oc, de la maternelle à l’université, des moyens pour assurer son existence et son devenir, ils doivent mettre en œuvre tout ce qui est nécessaire pour généraliser l’offre aux enfants de cet enseignement.
– M. Jean-Louis Blenet, président de l’association “Calandreta” (enseignement de la langue d’oc par immersion) : La langue d’oc doit avoir naturellement une place importante, officialisée, dans les media (journaux, télé, radio) et dans la création culturelle, afin que les enfants qui apprennent la langue, la retrouve partout autour d’eux dans les divers moyens d’expression.
– M. David Grosclaude, président de l’IEO (Institut d’Etudes occitan) : la langue d’oc doit être aux yeux de tous dans l’espace public, administration, signalisation … Afin que notre langue apparaisse dans les usages quotidiens, car elle est vivante.
– M. Jacques Mouttet, Capoulié du Félibrige (association pour la langue d’oc, fondée en 1854 par Frédéric Mistral, prix Nobel) : “On nous a donné un symbole, la petite phrase dans la Constitution. Les symboles ne suffisent pas. Les promesses nous font plaisir. Elles nous font encore plus plaisir quand elles sont tenues ! Ce que nous sommes venus dire ici, haut et clair, c’est que le moment est venu de passer aux actes, de concrétiser les promesses. Nous avons été très patients et depuis fort longtemps, maintenant notre patience est à bout.”

Le Vendredi 16 octobre, un conseiller du Ministre de la culture déclarait aux dirigeants de la Confédération culturelle basque Euzkal Konfederazioa, que “le gouvernement se demande s’il est opportun de faire une loi en faveur des langues régionales de France” ; la réponse est venue de la rue, claire et nette, 25 000 manifestants à Carcassonne, 5 000 à Bayonne, ont demandé que la démocratie soit respectée, que les langues régionales aient des droits et des moyens clairement définis par une loi.

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Août
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits