AFFICHE CARCASSONNE

Trouvez ci dessous les affiches A4 et A3 pour la manifestation du 24 octobre

CRIDO ANEN O

La manifestation du 24 octobre à Carcassonne s’approche.

-Nous avons été 10000 en 2005 et 20 000 en 2007.
-Ces mobilisations ont déjà payé.
-Les langues régionales sont désormais inscrites à l’article 75 de la Constitution et de plus en plus de collectivités territoriales s’engagent pour les faire vivre.

-Il faut amplifier ce succès et obtenir notamment du gouvernement la loi « langues régionales » promise en 2008.
-Pour cela, nous devons être plus nombreux encore le 24 octobre. Pour cela aussi, nous appelons les responsables syndicaux, associatifs et politiques, les personnalités du monde culturel, les élus (munis de leur écharpe ! ), à manifester avec nous.

-Anem O ! pèr la lengo d’O ! / Allons oui ! pour la langue d’Oc !

-Appel pour la manifestation du 24 octobre 2009 à Carcassonne

-La préservation de la diversité linguistique et culturelle dans le monde est un enjeu majeur pour les années à venir. En France, la situation légale est pourtant défavorable à cette préservation. La langue d’Oc, notamment, est particulièrement menacée par l’absence de politique positive pour sa transmission.
-Il faut donc, sur le territoire où se parle la langue d’oc, créer un environnement favorable à l’enseignement de la langue et dans la langue, à la création culturelle en occitan-Langue d’oc, à la présence de la langue dans les médias électroniques, audiovisuels et écrits, à son emploi dans la vie publique et sociale. Tout cela sera un encouragement à la transmission familiale de cette langue.

-Les médias
-Nous voulons un service public de radio et de télévision en langue d’Oc.
-Nous demandons une aide spécifique pour les opérateurs privés (radios associatives, télévisions, presse) qui travaillent en faveur de l’occitan-langue d’Oc.

-La création
-Le soutien à la création, c’est une politique spécifique en faveur de l’édition, du théâtre, du spectacle vivant en général, du cinéma et de la musique. La population doit pouvoir découvrir une culture trop souvent occultée.

-L’enseignement
-Il faut que chacun puisse choisir s’il le souhaite un enseignement sous des formes diverses :
– un enseignement en langue d’Oc (bilingue à parité horaire ou en immersion);
– un enseignement de la langue et de la culture d’Oc
– un enseignement spécifique en direction des adultes
-Il s’agit d’une politique d’offre généralisée.

-La vie publique
-La langue d’oc doit être présente dans la vie publique. Cela veut dire par exemple :
– le respect de la toponymie et la mise en place d’une signalisation bilingue ;
– l’encouragement à l’utilisation de l’occitan-langue d’Oc dans les lieux publics et dans la vie sociale.
-Toutes ces demandes ont pour seul but de permettre à cette langue de vivre et à ceux qui le désirent de l’utiliser. Elles s’adressent à la fois aux collectivités locales des Pays d’Oc (communes, communautés de communes, départements, régions) et à l’Etat. Chacun doit prendre en charge ce qui est de sa responsabilité. Il appartient à l’Etat d’adapter sa législation.

-Coordination « Anen O ! » :
– Felibrige, mouvement de défense de la Langue d’Oc fondé en 1854 par Fréderic Mistral
– IEO : Institut d’Estudis Occitans, organisme culturel reconnu d’utilité publique
– F.E.L.C.O. Fédération des Enseignants de Langue et Culture d’Oc (Enseignement Public),
– Calandreta, écoles occitanes associatives laïques
– Òc-Bi, association de parents d’élèves pour l’enseignement bilingue public

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Août
LMMJVSD
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits