105enco Fèsto Vierginenco

105enco Fèsto Vierginenco

i Sànti Marìo de la Mar

Les 25 et 26 juillet 2009, les Saintes-Maries de la Mer ont vécu sous le signe de la culture et des traditions provençales.
-Tout le samedi, l’ombre dóu Marqués Folco de Baroncelli fut présente.
Dès le matin au cimetière, la Nacioun Gardiano, accompagnée de la reine d’Arles entourait la petite fille d’Herman Paul pour fleurir la tombe de ce dernier, restaurée par la municipalité Saintoise. Rappelons qu’Herman Paul, à l’invitation de Folco de Baroncelli créa la croix camarguaise, symbole qu’il offrit à la Camargue.
-A quelques pas, un hommage fut rendu sur la tombe du peintre Ivan Pranishnikoff, mort il y a juste 100ans, très grand ami dóu Marqués et l’un des dix fondateurs du comité vierginien. Cent ans, juste l’âge officiel de la Nacioun Gardiano, constituée le 16 août 1909 et affiliée au Félibrige le lendemain 17 août. Cette association fait suite au « Coumitat Vierginien » créé lui par Folco de Baroncelli le jour de la Saint Jean de 1904.
-Vers midi, c’est dans la salle du relais culturel saintois que ce déroulait le vernissage des expositions : photographies des premières fèsto vierginenco, photographies de la fête des gardians le 1er mai en Arles et dessins des enfants des Saintes sur le thème Mireille.
-Guy Chaptal, le capitaine réunit autour de lui tous les membres de « sa » Nacioun avant de prononcer son allocution d’anniversaire en présence du maire des Saintes-Maries.
-En fin d’après midi, il était dans tous les esprits, Folco.
Sur les sansouires de son mas de l’Amarrée là où il créa le coumitat vierginien se déroulèrent successivement une ferrado et une roussataio superbes dans la lumière du soleil couchant.

Le dimanche, ce sont 61 jeunes filles qui prenaient officiellement le ruban, lors de la « 105e Fèsto vierginenco ».
-Le Capoulié du Félibrige, Jacques Mouttet, le Capitaine de la Nacioun Gardiano, Guy Chaptal, la Reine d’Arles, Caroline Serre et le maire des Saintes-Maries, Roland Chassain, accompagnaient les jeunes filles et leurs marraines lors du défilé les menant de l’église aux arènes.
Là, ce fut un magnifique spectacle que toutes ces arlésiennes en cotonnades fraîches et lumineuses s’abritant sous leurs ombrelles en dentelles et encerclant les cavales blanches lors de la bénédiction de celles-ci.
-Vers 17 h, c’est autour de la statue de Mireille que toutes et tous se retrouvaient pour écouter l’allocution du Capoulié en cette année du 150e anniversaire de la publication du poème de Frédéric Mistral :

« L’annado mireienco, que d’en pertout esbrihaudo, atrobo soun trelus eici ounte dins un realisme cenglant : « souspirè l’angounissanto, e revessè lou front, coume pèr s’endourmi… », eici ounte l’acabado d’uno époupèio entrinavo la coumençanço, eici ounte s’es aubourado la pus bello dis estatuo de Mirèio, e qu’à soun entour l’ouro nous acampo. Aquelo estatuo es la marco, i bèus iue vesènt dóu mounde, dóu resson inmense dóu pouèmo mistralen. Car enfin, Mirèio es nascudo de l’imaginacioun de Mistral e fuguè qu’un simbèu. Soun lis artiste fin finalo que i’an baia vido, que i’an mes un cors, uno caro.
-Frederi Mistral escriguè à l’escultour Antounin Mercier : « Mireille ! l’héroïne du poème est bien l’apparition de l’idéal du poète, dans sa beauté classique, sa réalité de vie, sa pureté d’amour… »
-Mai tambèn, l’annado mireienco atrobo eici, à l’óucasioun de la cènt-cinquenco Fèsto Vierginenco, la plenour de l’obro, la significacioun founso de ço que sian e de ço que voulèn. La Fèsto Vierginenco, fai perdura lou resson que jamai calara de l’eterne reviéure coungreia pèr Frederi Mistral.
-Damisello, sias tout à n-un cop la provo indisputablo de la capitado de Mistral, lou prouloungamen de sis ate e de sa determinacioun, lou rebat de nòsti terraire viéu e fièr, sias la responso claro e digno i degaiaire de tout péu que s’enfangon dins d’entènto contro naturo. Sias ansin, gènti Damisello, lou pus bèu dis oumenage que se posque rèndre au Mèstre, sias la vido e l’espèr, lou maioun de la cadeno que ligo li generacioun, sias li gardiano de la Nacioun.
-Veici lou mot, veici lou sourgènt dóu noum tant ufanous de Nacioun Gardiano que despièi cènt an de tèms viho e gardo.
-Siéu urous aqui de saluda la Nacioun Gardiano que segound lou dire d’Anfos Arnaud, d’Enri Aubanel, de Reinié Theron, d’Andriéu Rouquairol e de Gibèrt Fourmaud, i’a mai de quaranto an d’acò, « a pèr toco de manteni lis us e coutume de la Camargo e di païs de bouvino, persegui l’espandimen de la lengo d’O, de faire gagna la dóutrino felibrenco caupudo dins lis obro de Frederi Mistral ».
-Aquelo voulounta d’èstre, aquel amour di tradicioun e dóu travai, aqueste devé, es arrapa au cor di gardian de vuei, coume l’èro au cor di gardian d’aièr, d’aquéli bèu cavalié de la Nacioun Gardiano que seguisson afeciouna, vuei coume aièr, l’eisèmple que ié baiè i’a proun tèms lou Marqués, lou Marqués que vouguè faire d’éli de chivalié en meme tèms que de cavalié.
-Ansin l’oumenage qu’adusèn vuei à Mirèio, à la Mirèio sèmpre jouino, vivènto e afrescoulido, emai à soun pouèto noste Mèstre Frederi Mistral, es au cop un oumenage fervourous à la memòri dóu Marqués e de si disciple, au Marqués qu’èro èu-meme lou disciple afeciouna dóu Mèstre.
Gènti Damisello, flame gardian de la Nacioun, en tóuti vous fau mi gramaci e mi coumplimen ! »

La fête s’achevait aux arènes par des jeux traditionnels et la remise des diplômes aux jeunes femmes qui auront à cœur pour rester fidèles au maître de Maillane « d’enaura l’atrencaduro reialo di femo dou païs d’Arle e de manteni l’amour de si bèu ajust patriau ».

Un que i’èro

Cet article a été publié par

Agenda

< 2020 >
Avril
LMMJVSD
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   
© Le Felibrige Tous Droits réservés | Réalisation Dream Media® 2016 - Mentions légales et crédits